Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Exploitation sexuelle des enfants

 

Deux millions d'enfants, filles et garçons de tous âges et de tous milieux, sont victimes d'exploitation et de sévices sexuels.


Considérant souvent l'activité sexuelle comme une affaire privée, les communautés locales répugnent à intervenir dans les affaires d'exploitation sexuelle.
Cette attitude rend les enfants plus vulnérables à cette forme d'exploitation.

Que ce soit le tourisme sexuel, des mythes tels que la conviction que l'on peut guérir du VIH/sida en ayant des rapports sexuels avec une vierge mais également Internet qui facilite la pédo-pornographie, tout cela renforce la vulnérabilité des enfants.

Quelques exemples :

• En Lituanie, entre 20 et 50 % des prostitué(e)s sont des mineur(e)s. Certains enfants d’à peine 11 ans se prostituent. On sait que des enfants vivant dans des maisons d'enfants, dont les plus jeunes avaient entre 10 et 12 ans, ont été utilisés pour réaliser des films pornographiques.

• On considère qu’entre 30 et 35 % des travailleurs du sexe de la sous-région du Mékong en Asie du Sud-est ont entre 12 et 17 ans.

• L'organisme mexicain de services sociaux signale que plus de 16 000 enfants se prostituent, plus particulièrement dans les destinations touristiques.

http://www.unicef.fr

 

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Le «baby blues» : les papas aussi !

Une étude américaine menée par le Dr James Paulson de l'Eastern Virginia Medical School, et publiée dans le Journal of the American Medical Association conclut que le « baby-blues» n'est pas seulement l'affaire des jeunes mères. Les conclusions se fondent sur 43 études ayant inclus 28.004 parents de 16 pays différents.


Les papas souffrent aussi de dépression post-natale et il serait pertinent que les médecins songent à moins les ignorer. En effet, selon les chercheurs, un jeune père sur 10 pourrait souffrir de «baby blues».

Le Dr Paulson espère que plus d'attention sera accordée à ces pères dont la dépression post-natale est rarement diagnostiquée. Il déplore que peu de médecins soient même au courant du phénomène.

Le manque de sommeil, les nouvelles responsabilités, ou la dépression post-natale de la jeune mère comptent parmi les causes de ce «baby blues». La dépression, quand elle existe, étant souvent partagée par les deux parents, les chercheurs proposent donc que des traitements en couple soient envisagés.

D'après l'étude, le «baby blues» n'apparaît pas tout de suite. Les pères sont généralement très heureux dans les premières semaines après la naissance. La dépression n'arrive qu'au bout de 3 ou 6 mois. Comme chez les jeunes mères, les signes de dépression sont très variables, pouvant aller d'une dépression relativement faible à des pensées suicidaires.

Le «baby blues» des papas ne doit pas être sous-estimé, cependant, pas d’excès, il ne faut pas en arriver à médicaliser des émotions normales.

(www.slate.fr)

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy