Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

colloque ANR Santé Environnement Santé Travail
 
Santé-environnement Santé-travail : Colloque bilan et perspectives organisé par l’Agence Nationale de la Recheche
1er et 2 février 2012 à Paris


Le programme « Santé-environnement Santé-travail » a été mis en œuvre par l’ANR afin de favoriser la production de connaissances fondamentales sur le rôle des déterminants environnementaux sur la santé et d’analyser leurs effets conjugués avec les déterminants génétiques, sociaux et comportementaux. Il s’est attaché à l’exploration du rôle des modifications de l’environnement dans la dynamique des pathogènes, de leurs vecteurs et dans le développement des maladies infectieuses. Il a également permis d’étudier les déterminants organisationnels et sociaux de la santé au travail.
114 projets, mobilisant 318 équipes de recherche, ont été financés dans les trois éditions de l’appel à projets pour un montant de 25 millions d’euros.

Principaux résultats du programme :

1/ Dans le domaine du rôle de l’environnement sur la santé humaine les travaux financés ont permis de mieux caractériser les déterminants et leurs effets, en renforçant les connaissances dans le domaine des allergies et maladies respiratoires, et en explorant des domaines plus émergents comme ceux des effets neurologique et des effets sur la reproduction. L’étude conjointe de la caractérisation physicochimique des contaminants physiques (radiations, ondes et nanomatériaux…), chimiques, (pesticides, résidus médicamenteux, métaux, hydrocarbures aromatiques polycycliques…) et biologiques (virus, agents pathogènes, toxines…) de leur dispersion dans les différents milieux ainsi que de leur diffusion au sein des cellules et de leurs effets biologiques et cliniques, permettent de mieux comprendre les mécanismes d’exposition et de toxicité.

2/ Dans le domaine des maladies infectieuses émergentes et ré-émergentes, les études pluridisciplinaires de la distribution spatio-temporelle des pathogènes, du rôle des vecteurs, des pratiques sociales, des modifications environnementales contribuent à élaborer des modèles de diffusion des maladies virales, pour le chikungunya, la peste, la grippe, etc. D’autres travaux analysent les potentialités de résistances aux biocides (insecticides, antibiotiques…) des agents pathogènes et de leurs vecteurs.

3/ Dans le domaine de la santé au travail, les travaux de recherche en épidémiologie, en clinique et en sciences humaines et sociales permettent de caractériser les troubles et les pathologies (troubles musculo squelettiques, cancers, maladies respiratoires) et d’identifier de nouvelles pénibilités, leurs déterminants organisationnels ou sociaux et les conditions de leur réduction. Ils mettent aussi en évidence les transformations de la prise en charge des problèmes de santé au travail et permettent de comprendre la façon dont les salariés les vivent.


Le colloque des 1er et 2 février a pour objet de faire le point sur les principaux résultats scientifiques de l’édition 2007, de faire un bilan de l’ensemble du programme et de définir de nouvelles perspectives de recherche.

Les 2 journées s’organisent comme suit :
•    4 grands modules présentant les résultats de l’édition 2007 :
- Rôle de l’environnement dans l’émergence et la réémergence des maladies infectieuses : agents pathogènes et leurs vecteurs ; bactéries et toxines
- Facteurs environnementaux et impacts sur la santé : allergies et maladies respiratoires, inflammation ; perturbateurs endocriniens ; environnement, cancers et facteurs de risques ; effets des rayonnements, mécanismes moléculaires ; effets des nanomatériaux et des contaminants chimiques
- Santé, travail et autres déterminants sociaux
- La construction sociale de l’expertise

•     Le bilan de l’ensemble du Programme (2005/06/07) sera l’occasion de faire le point sur les principaux résultats et de présenter des témoignages de chercheurs.

•    Enfin, une discussion sur les perspectives de recherche permettra d’identifier les recherches prioritaires à explorer dans ce thème. Elle réunira des chercheurs des différents champs disciplinaires, des représentants des institutions de recherche et des ministères concernés. Elle sera organisée autour de 4 grands thèmes :
- Dynamiques du vivant et dynamiques de l’environnement
- Nouvelles approches toxicologiques et écotoxicologiques : mécanismes moléculaires et cellulaires
- Connaissances des populations et caractérisation des expositions environnementales
- Santé, environnement, travail et société : dimensions économiques et sociales

Vous trouverez quelques exemples de recherches développées dans le programme SEST (2005/2007)

Programme du colloque : www.agence-nationale-recherche.fr/Colloques/SEST2012/programme-SEST-2012.pdf

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Les bienfaits de l'allaitement sur le plan de l'orthodontie

 

 

Les bienfaits nutritionnels de l'allaitement maternel ainsi que leurs apports sur le plan des allergies, de la prévention du surpoids et de certaines infections sont bien connus. Mais qu'en est-il sur le plan de l'orthodontie ?


L'allaitement maternel agit sur la croissance de la mâchoire dès le premier trimestre. Les orthodontistes insistent aujourd'hui sur l'importance de ce mode d'alimentation, capable d'assurer ainsi une croissance optimale de la mâchoire du nourrisson.

L'allaitement maternel favorise également le développement harmonieux du visage de l'enfant. En effet, la tétée au sein, contrairement à la prise du biberon, nécessite une gymnastique musculaire intense. Le bébé happe le sein, avance sa langue et sa mâchoire inférieure et serre énergiquement le mamelon contre son palais pendant qu'il serre les lèvres pour maintenir le mamelon dans sa bouche. Ainsi, la tétée au sein se fait dans un mouvement complexe mettant en jeu tous les muscles de la langue, des joues, des lèvres et des mâchoires.

Or, à sa naissance, le bébé a pratiquement toujours le menton en retrait et c'est cette gymnastique effectuée lors de la tétée qui va remodeler son profil.

Par ailleurs, les pressions exercées à l'intérieur de la bouche du bébé vont également développer les maxillaires, préparant ainsi les arcades dentaires à recevoir les futures dents.

L'allaitement maternel a également un autre avantage : par le travail musculaire intense qu'il exige, l'allaitement fatigue le bébé qui, épuisé, s'endort ainsi plus facilement, sans prendre son pouce.

La 1ère année de la vie est une période de croissance intense et rapide, durant laquelle il est souhaitable que le nourrisson bénéficie de tous les stimuli nécessaires à une croissance faciale optimale.
L'allaitement prolongé, de 6 à 12 mois, sans éliminer tous les risques de voir apparaître des malpositions dentaires, peut constituer un moyen de prévention simple, et agréable, des ces malpositions si repandues de nos jours.

(Docteurs Jacqueline Kolf et Jean-Louis Raymond, membres de la Fédération Française d'Orthodontie)

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy