Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Préparer un entretien d'embauche avec la sophrologie

 

Avant de rencontrer un recruteur, l’objectif est de retrouver confiance en soi. Comment s’y prendre ?

Boule à l’estomac, mains moites, coups de chaud…Les manifestations liées au stress que peut générer un entretien d’embauche sont variées. Voici 3 conseils pour arriver détendu(e) le jour J.

1/ A la maison. Prendre le temps de se poser quelques instants dans un environnement calme. Fermer les yeux. Visualiser l’entretien à venir. Faire défiler le scénario de ce rendez-vous dans sa tête en déroulant une histoire positive. Imaginer que cette entrevue se passe bien. Que vous êtes détendu (e), souriant (e), à l’aise avec les questions que vous pose le recruteur. Vous êtes sûr (e) de vous et n’avez aucune hésitation.

2/ Sur le trajet. L’objectif est d’éliminer le stress. Dès que vous sentez monter l’angoisse, inspirez profondément en comptant 2 temps dans votre tête. Bloquez votre respiration puisexpirez en comptant 4 dans votre tête. Répétez l’exercice en inspirant sur 3 temps puis en expirant sur 6 temps. Les tensions sont évacuées et vous retrouvez calme et concentration.

3/ Juste avant l’entretien. Le but ici est de renforcer sa prestance naturelle. Debout, respirez profondément. En marchant, imaginez deux tigres à vos côtés. Vous marchez avec eux. La confiance en vous et l’assurance sont de retour.

 

Institut de Formation à la Sophrologie

52 rue René Boulanger 75010 Paris M°République

Tél.: 01 43 38 43 90 - Fax 01 43 38 43 92

Email : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Frères et Soeurs : Quand Vivre Ensemble dans une Fratrie permet de Grandir Mieux

 

La fratrie est sans aucun doute une source d’attachement affectif entre enfants, mais également un cadre d’apprentissage de liens sociaux et aussi un facteur de sécurité, notamment en cas de défaillance des parents.


Tout d’abord, la fratrie est un terrain exceptionnel d’expérimentation pour la construction du « moi » des enfants.
Les liens fraternels se construisent le plus souvent sur des dualités « complicité/rivalité », « entente/ mésentente », entre les frères et sœurs.
La fratrie permettrait donc à chaque enfant d’expérimenter des sentiments complexes selon lesquels il pourrait aimer et haïr le même frère, en fonction des moments et des circonstances.
Pour parvenir à développer des relations adultes, il est important de savoir appréhender les subtilités de nos émotions.

De même, il semble primordial d’expérimenter et d’assumer son rôle et sa place dans la fratrie : être l’aîné, par exemple, peut comporter certains avantages qui rendront les plus jeunes jaloux : permission de sortir seul ou rentrer plus tard à la maison. Cependant, cela peut aussi avoir des côtés moins plaisants comme supporter la pression de devoir montrer le bon exemple à ses cadets.

Ensuite, la fratrie est également une barrière de sécurité contre la défaillance des adultes.
Avoir des frères et sœurs permet de se créer un sous-groupe familial relativement indépendant des parents. Cette unité peut ainsi devenir une source de sécurité si les parents ne remplissent pas ou plus leur rôle.
Il semble que les relations fraternelles deviennent fréquemment plus intenses et vitales pour les enfants lorsque les parents sont défaillants.
Le maintien d’un cadre de vie commun pour les enfants de la fratrie entraîne moins de troubles comportementaux et affectifs, notamment chez les plus jeunes, pour qui l’aîné représente une source de sécurité. Ainsi, dans le cadre d’un placement, il est vraiment souhaitable qu’il soit conjoint pour permettre une meilleure régulation des émotions et ainsi contribuer à une meileure adaptation psychosociale.

Il est donc important pour les membres d’une même fratrie de vivre ensemble. Il existe très souvent une pérennité des liens fraternels que ce soit la connivence, l’attachement, le sentiment de sécurité, une fois que les frères et sœurs sont parvenus à l’âge adulte.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy