Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Sophrologie : les principaux champs d’application

  

Développement personnel :

La sophrologie est plus qu’une méthode de relaxation, sa pratique permet de développer la confiance et la valorisation de soi en prenant conscience de ses valeurs. Cet outil est particulièrement efficace lors d’un changement de vie ; la formulation d’un projet puis sa visualisation à l’état de détente permet d’accompagner en douceur l’évolution du sujet.

Recommandée pour accroître la confiance et les capacités d’adaptation pendant les changements de vie (divorce, licenciement, passage à la retraite).

Gestion du stress :

Les exercices de respiration sont vivement recommandés pour gérer les tensions. Le simple fait de respirer par le ventre enclenche un mécanisme de détente : le ventre se gonfle, le diaphragme s’ouvre et libère la zone du système nerveux. Par ailleurs, les exercices de tension-détente proposés lors d’une séance, permettent de relâcher le corps et l’esprit.

Recommandée pour le stress au travail, les contrariétés de la vie familiale, la préparation aux examens ou permis de conduire. 

Gestion de la douleur :

La pratique de la respiration et de la visualisation permet d’accompagner la douleur. L’objectif est de détourner la personne de ses sentiments négatifs (peurs, angoisses, souffrances...) en l’aidant à se concentrer sur des sensations positives. Il s’agit d’aider la personne à trouver ses propres ressources.

Recommandée pour la préparation à l’accouchement, les acouphènes, la fibromyalgie, la sclérose en plaques, les cancers, les interventions chirurgicales et dentaires, la rééducation

Amélioration des performances :

Concentration, capacité d’écoute, gestion des émotions, recentrage… des qualités recherchées dans le monde éducatif, sportif et professionnel, qui peuvent être renforcées par la pratique de la sophrologie. Par ailleurs, la répétition des exercices à l’état de détente favorise l’apprentissage.

Recommandée pour la préparation des sportifs, la performance des salariés, l’apprentissage scolaire, la prise de parole en public, l’animation d’un groupe… 

Contrôle des dépendances :

La relaxation plonge les personnes dans un état entre veille et sommeil qui permet au corps de se régénérer et au cerveau de se déconnecter de ses peurs, de ses jugements. Entrer dans un niveau de conscience différent permet de se concentrer sur un besoin spécifique et de modifier son comportement en développant l’estime de soi.

Recommandée pour la reconstruction personnelle ou les nouveaux départs, l’arrêt du tabac ou de l’alcool, la lutte contre les compulsions alimentaires (boulimie)

Retrouver le sommeil :

Les troubles du sommeil peuvent être liés à l’anxiété. Les exercices de sophrologie vont permettre de gérer les phases d’angoisse et d’apprendre à faire le vide. Le travail sur la respiration est essentiel.

Recommandée pour les troubles du sommeil, les insomnies, les angoisses à l’endormissement, les peurs nocturnes

 

Institut de Formation à la Sophrologie

52 rue René Boulanger 75010 Paris (M°République)  01 43 38 43 90 - Fax 01 43 38 43 92

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

www.sophrologie-formation.fr

 

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Les lacunes de la pédopsychiatrie

Le Conseil Economique, Social et Environnemental (CES), sort un rapport qui pointe les lacunes de la pédopsychiatrie en France, malgré des progrès considérables.

Le rapport révèle notamment que les troubles mentaux sont souvent détectés tardivement chez les enfants. Ainsi, le délai moyen d'attente pour une première consultation en centre médico-psycho-pédagogique (CMPP)est de 50 jours en Seine-Saint-Denis.
Pour le CES, "le retard dans le dépistage est d'autant plus préjudiciable qu'il annonce des difficultés supplémentaires dans le traitement. Les détections tardives sont également à l'origine d'un passage à l'acte délictuel chez les jeunes".

Le rapport pointe également les difficultés à prendre en charge les urgences et à répondre au désarroi des familles.
En France, seuls 24% des secteurs peuvent adresser des patients à des centres de crise permettant un accueil en urgence. Ainsi, 78% des secteurs renvoient les patients vers les urgences de l'hôpital général et 41% vers un médecin de ville.

Enfin, les difficultés à assurer la continuité des soins dans certains secteurs sont également pointées du doigt. Ainsi, 1 enfant pris en charge en Seine-Saint-Denis reçoit en moyenne 10 soins dans l'année alors que la fréquence devrait être d'un soin par semaine.
Selon le rapport, cela s'explique par le non-remboursement par la sécurité sociale des soins délivrés par certains professionnels en libéral.

Pour palier à ces lacunes, le CES propose notamment d'"associer l'école au repérage des troubles", d'organiser un suivi pour les jeunes en situation d'absentéisme scolaire, d'assurer la prise en charge des professionnels par l'assurance maladie, ou encore de renforcer l'accompagnement des familles tout au long du parcours de soins.

 

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy