Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Sexualité des femmes en baisse si responsabilités ?

Une étude menée par l'Université Johns Hopkins sur la relation entre l'autonomie des femmes mariées et la fréquence des rapports sexuels, suggère que la position des femmes dans leur ménage influe sur l'activité sexuelle. (Parution dans l’édition d’octobre du Journal of Sex Research).

Les femmes habilitées à prendre des décisions pour leur famille auraient des relations sexuelles moins fréquentes.

Les chercheurs ont analysé des données représentatives au niveau national à partir des Enquêtes démographiques et de santé au Ghana, Malawi, Mali, Rwanda, Ouganda et Zimbabwe, qui interrogeaient les participants sur le jour, la semaine, le mois et l’année des derniers rapports sexuels. Les participants ont également été invités à indiquer la personne dans le ménage qui prend généralement les décisions sur les soins de santé, les achats ménagers, les rencontres avec la famille et les amis etc... Les chercheurs ont également pris en compte les facteurs socio-démographiques, l'âge, la richesse, la parité, la résidence du mari, et la durée du mariage et constatent d’ailleurs que la plupart des standards variables socio-démographiques n’ont pas de lien systématique avec la fréquence des relations sexuelles.

Plus la femme décide… « Une constante a été observée dans les 6 pays couverts par l’étude, plus la femme est « décideur » dans le ménage, moins les rapports sexuels sont fréquents. Le rapport pourrait ainsi varier de 3 à 100 en fonction du pouvoir décisionnaire de la femme, concluent ces chercheurs.

C’est différent pour les hommes…La majorité des hommes et des femmes participant à l'enquête ont déclaré avoir eu des rapports sexuels au cours du dernier mois mais les modèles de pouvoir de décision se sont révélés très différents selon les pays. Mais, quel que soit le modèle dominant du pays, pour les hommes, la prise de décisions n’apparaît pas liée à la fréquence des relations sexuelles.

« Si des études complémentaires, couvrant d’autres pays sont nécessaires pour explorer davantage la forte association entre le pouvoir de décision des femmes et leur activité sexuelle, comprendre comment la position des femmes dans le ménage influe sur l’activité sexuelle peut contribuer à favoriser une vie sexuelle à la fois sûre et agréable», explique Carie Muntifering, co-auteur de l'étude.

Santelog / John Hopkins «

 

 

Increased Responsibility Could Lead to Decreased Sexual Activity Among Women"

 

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Le doudou du jeune enfant, mode d’emploi

 

La plupart des enfants ont, dans leur plus jeune âge, un doudou, une tétine ou même le pouce. Mais à quoi cela sert-il ?


En général, avant l’âge d’un an, l’enfant a tendance à adopter de lui-même une peluche, un morceau de tissu… Cependant, si votre enfant ne correspond pas à ce descriptif, ne vous inquiétez pas, ce n’est pas pour cela qu’il n’est normal.

Le jeune enfant répond à un besoin en s’attachant à son doudou. Tout petit, l’enfant est marqué par sa dépendance à ses parents. En grandissant, il va gagner en autonomie petit à petit. Pour cela, il a besoin d’un intermédiaire, le fameux objet transitionnel, pour passer de la dépendance à l’autonomie, phases essentielles du développement de l’enfant.

De plus, le doudou (souvent il est « doux »), est un ami, le confident des joies et des peines, le consolateur indéfectible, toujours présent, jamais fâché.

L’enfant investit affectivement ce doudou et l’anime de sentiments, de vie. Il arrive que l’enfant projette sur cet objet les affects et émotions qu’il a du mal à accepter en lui. Doudou se fait donc parfois gronder !

Le doudou est un repère stable qui rassure.

Si vous craignez une trop forte dépendance de votre enfant à son doudou, ne l’emportez pas partout avec vous, gardez-le pour le sommeil (nuits, siestes), les chagrins, les grands moments (entrée en crèche, hospitalisation……) ; et surtout pour éviter que votre enfant ne s’y attache trop, lavez le régulièrement.

La séparation est salutaire pour l’enfant. Cependant, évitez de supprimer le doudou. Celui-ci aide l’enfant à devenir indépendant même si vous avez l’impression qu’il tire votre enfant vers la régression.

Seul votre enfant pourra décider de se séparer de son doudou de façon définitive. Par contre, la tétine ou le pouce peuvent être supprimés sous votre insistance à partir de 3 ans. Le doudou, quant à lui, aide à la séparation et peut être gardé même jusque l’âge adulte, sans que cela ne révèle de problème particulier.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy