Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

FRÉDÉRIQUE CHATAIGNER PUBLIE SON CARNET DE BORD POUR AIDER LES FRANÇAISES À PERDRE DU POIDS

 

Le surpoids en France ne cesse d’augmenter, toutes catégories sociales confondues. Ainsi, 25,3 % des Françaises sont en surpoids et 15,6 % souffrent d’obésité. Pour les aider à dépasser leurs kilos en trop, à retrouver une vie plus saine et plus agréable, la Méthode Chataigner allie les forces de la nature aux connaissances médicales actuelles.

Sa fondatrice Frédérique Chataigner publie son premier Carnet de bord pour aider et accompagner les femmes en surpoids à se transformer définitivement grâce au soutien et au travail du Docteur Michaël Alafakis, le carnet de bord contient également de nombreux conseils en compléments alimentaires.

UN CARNET DE BORD POUR PERDRE DU POIDS AVEC LA MÉTHODE CHATAIGNER

Plébiscité par les patientes en surpoids depuis plusieurs années, Frédérique Chataigner, créatrice de la méthode éponyme, a décidé de publier son principal outil d’accompagnement des femmes en surpoids.

Ce carnet de bord innovant propose de suivre le quotidien de ces femmes pendant 6 mois, durée du programme proposé. Le carnet de bord de la Méthode Chataigner allie les forces de la nature aux connaissances médicales actuelles.

L’auteur, Frédérique Chataigner, souligne : C’est parce que je suis révoltée par tout que qui se dit sur les régimes minceur que j’ai décidé d’apporter mon témoignage de réussite aux femmes en surpoids. Je leur partage mes astuces et ma méthode globale basée sur l’hypno-nutrition.

En 136 pages illustrées, colorées et détaillées, les lectrices peuvent suivre l’évolution de la mascotte « Miss Chataigner » qui les accompagne joyeusement sur le chemin du mieux-être et de la transformation.

Conçu comme un véritable carnet de note, le Carnet de Bord permet de rédiger ses doutes, d’inscrire ses progrès ou ses évaluations.

Après 5 ans d’études auprès du CERFPA et de nombreuses formations en France et à l’étranger, Frédérique Chataigner est devenue nutritionniste spécialisée en nutrithérapie.

Depuis plus de quinze ans, elle a toujours poursuivi ses recherches avec un esprit ouvert, totalement indépendant et critique afin de combiner les principes de chaque discipline dans le but de proposer une méthode efficace à long terme. Spécialiste du comportement alimentaire et de la gestion du poids, elle a créé une méthode innovante, La Méthode Chataigner, et a fondé un réseau d’hypnonutritionnistes qui aident les patients à retrouver santé et énergie.

Frédérique Chataigner est aussi l’auteur de Maigrir et être en bonne santé, ça s’apprend, publié par les éditions Persées, puis de Méthode Chataigner, l’alimentation des gens heureux, publié par Hachette.

Après cette troisième publication, Frédérique Chataigner fera la promotion de sa plateforme internet contenant des formations pour les particuliers : alimentation de la femme enceinte (avant, pendant, après), arrêt du tabac, perdre du poids, alimentation de l’enfant, faire soi-même des friandises… Chaque mois, la plateforme proposera de nouvelles formations en vidéo à des prix très abordables.

En mars 2019, le jeu familial de la Méthode Chataigner verra le jour, suivi par d’autres projets tout aussi importants : convention espagnole, ouverture d’un centre de cure… de beaux projets à suivre !

 

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Hyperactivité : le sommeil en cause ?

Le déficit d’attention et l’hyperactivité forment un duo dont les conséquences, en l’absence de prise en charge adaptée, peuvent être néfastes. Une série d’études montre de nombreuses associations entre ce syndrome et les troubles du sommeil, ouvrant de nouvelles pistes de traitement.

Il bouge, il s’agite, il parle tout le temps, c’est une « tornade »… mais avant tout, le gros problème de l’enfant ou de l’adulte « hyperactif », c’est qu’il n’arrive pas à se concentrer. Résultat : il est gêné dans les apprentissages, dérange ses proches, et ses difficultés affectent tous les domaines de sa vie quotidienne. Le trouble déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH) est un trouble de la vigilance. Le cerveau n’est pas assez « éveillé » et le patient se comporte comme s’il devait lutter contre la fatigue, d’où l’agitation et le manque de concentration.

Près de 200 000 enfants pourraient être concernés, de façon plus ou moins importante. Le TDAH est un problème de santé publique, car il entraîne dans de nombreux cas un échec scolaire, mais aussi des difficultés psychosociales, affectives et professionnelles – chez les enfants, puis à l’âge adulte. Il s’agit en effet d’un trouble développemental, évoluant tout au long de la vie. Il serait dû à un mauvais fonctionnement de la circulation de l’information dans le cerveau, via les neurotransmetteurs, notamment au niveau des systèmes dopaminergiques et noradrénergiques.

L’hyperactivité est souvent associée à des troubles du sommeil, un lien encore souvent méconnu par les médecins. Chez l’enfant, ce peuvent être des difficultés d’endormissement, ou du maintien du sommeil nocturne. On peut aussi observer, chez l’enfant comme chez l’adulte, un « syndrome des jambes sans repos ». Un besoin irrépressible de bouger les jambes empêche le patient de s’endormir, et s’il y arrive, ses jambes échappent à son contrôle et bougent sans arrêt : on parle alors de « syndrome de mouvements périodiques des membres inférieurs ».
A l’Hôpital Robert Debré (AP-HP), le Dr Eric Konofal étudie depuis 10 ans les liens entre les troubles du sommeil et le TDAH. Ses recherches ont montré une augmentation de 30% de la motricité au cours du sommeil chez les enfants présentant un TDAH. Ces derniers ont également tendance à somnoler durant le jour – tout en s’agitant pour se maintenir éveillés – ce qui aggrave leur trouble.

Les études sur le sujet ont montré qu’une baisse des réserves de fer dans l’organisme pouvait être lié au déficit d’attention avec hyperactivité, tout comme aux troubles du sommeil, car le fer est impliqué dans le bon fonctionnement du système dopaminergique. Le Dr Konofal a ainsi retrouvé un manque de fer chez 84% des enfants « hyperactifs » participant à son étude.
Suite à ces résultats, un traitement de sulfate de fer pendant 3 mois a amélioré significativement leurs symptômes. D’autres recherches sont menées pour savoir si un apport de fer pourrait diminuer les troubles du sommeil.

Pour en savoir plus : http://www.thada-france.org/

(Flavie Chatel-Baudrier AP-HP)

 

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy