Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Juste après mon dernier souffle

Catherine Roumanoff

« J’ai aidé des centaines de personne à aller mieux, mais je ne me suis pas suffisamment écoutée. Il est temps de comprendre ce qu’il me manque, ce que j’espère encore. »

Allysson Flaherty, thérapeute et conférencière de renommée internationale, est victime d’un tueur, entré une nuit par effraction dans sa maison des bords de la Loire.

Sous la forme d'une entité consciente, elle décide d'enquêter sur les circonstances de sa propre mort. En effet, spécialiste des régressions sous hypnose, elle avait un don pour libérer ses patients de leurs phobies et traumatismes, et la capacité également d’emmener les esprits désincarnés vers la lumière ; la voilà à son tour de l’autre côté.

C’est le début d'une aventure passionnante, mêlant rencontres avec d'autres âmes errantes et flash-back sur sa vie d’hypnologue.

Dans cette fiction chorale, largement inspirée de sa proche expérience, l’auteur va chercher ce qui anime les protagonistes parfois jusque dans leurs vies antérieures.

Un roman initiatique dans le monde des vivants et des morts, palpitant émouvant et drôle, et qui nous conduit à des perspectives rassurantes sur la survivance de l’âme.

Catherine Roumanoff est hypnothérapeute, illustratrice et metteuse en scène. Elle se consacre désormais à la thérapie et à l’écriture et donne des conférences. Elle utilise son imagination et son expérience avec ses patients pour construire des histoires qui guérissent.

 

Parution le 7 juin 2018

 

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Un Enfant doit-il assister à l’Enterrement d’un proche ?

 

Face à la perte d’un être cher, le premier réflexe des parents est de protéger leur enfant. Pourtant, celui-ci doit aussi pouvoir faire ses adieux mais surtout pouvoir commencer son travail de deuil.


Il semble important pour l’enfant de comprendre que la mort est définitive. Les paroles et explications n’ont pas toujours « l’impact » voulu. L’enterrement est en cela un bon principe de réalité.

Alors, il est fortement conseillé de permettre à l’enfant d’assister aux funérailles.

Cette cérémonie des funérailles peut lui permettre de comprendre la disparition du proche, et ainsi de vivre cette épreuve en étant entouré et en bénéficiant du soutien familial : présence rassurante, paroles réconfortantes, gestes tendres, textes en souvenir de l’être cher…

L’enfant peut ainsi observer les rituels, prendre le temps de la cérémonie pour assimiler le deuil en se fabriquant des souvenirs et pleurer librement.

L’enterrement est aussi le meilleur moyen de faire ses adieux à une personne disparue.

Ainsi, associer l'enfant au deuil de la famille, lui permet d'affronter la réalité tout en profitant de l’entourage réconfortant.

Cela n’a pas de sens de laisser l’enfant seul à la maison pendant que toute la famille assiste à un enterrement. Peut-être le vivra-t-il comme une punition, comme une mise à l’écart et son imagination aura tout le loisir de créer des fantasmes concernant ce décès. Les choses doivent être claires et posées et pour cela la présence de l’enfant est très souhaitable.

L'enfant a le droit de pleurer, de se fabriquer des souvenirs, de faire son deuil, sinon comment pourrait-il se construire? L’enfant a parfois aussi envie d’être aux côtés de ses parents, pour les soutenir.

On a longtemps pensé qu’il fallait protéger les enfants des réalités trop dures de l'existence. Ce genre de réflexe ne fait que repousser le moment où l'enfant devra affronter la réalité. C'est exactement le même principe de fuite lorsqu'un parent rachète un doudou identique à celui perdu la veille !

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy