Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Sophrologie et sport

 

Le sport existe depuis toujours et dans toutes les cultures, même s’il prend des formes différentes au cours de l’Histoire et selon les civilisations. Ce simple fait démontre qu’il répond au besoin humain de jouer, d’échanger, mais aussi de s’évaluer et de se surpasser. Le sport tient également une place importante dans la société, en raison des valeurs qu’il véhicule. Pour beaucoup, il est la matérialisation d’une bonne hygiène de vie, d’une attitude de « gagnant » (être déterminé, aimer l’effort, savoir prendre des risques, etc.) et d’une intégration sociale. Dans ce contexte, on comprend pourquoi le nombre de sportifs amateurs ne cesse d’augmenter.

Le sportif, amateur ou de haut niveau, attend beaucoup de ses performances et de ses résultats qui sont le prolongement de son être et caractérisent sa personnalité. Lorsque ceux-ci ne sont pas à la hauteur de ses attentes, le sportif peut le vivre comme un vrai « drame personnel ».

Bien que la sophrologie ne puisse, à elle seule, faire gagner une compétition, elle apporte aujourd’hui une aide précieuse dans les programmes de préparation mentale des sportifs et son efficacité sur le sujet n’est plus à démontrer. C’est pourquoi de plus en plus de sophrologues collaborent avec les préparateurs physiques ou le staff médical en charge des athlètes.

 

Catherine Aliotta est Sophrologue, fondatrice de l’Institut de Formation à la Sophrologie à Paris, Présidente de la Chambre Syndicale de la Sophrologie. Auteure d’ouvrages à destination du grand public et des professionnels comme Pratiquer la sophrologie au quotidien ou Manuel de Sophrologie chez InterEditions, elle s’efforce de valoriser et rendre accessible la technique pour le plus grand nombre.

En librairie le 8 novembre 2017

 

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Allongement du congé maternité

Actuellement, en France, la durée légale du congé maternité est actuellement de 16 semaines.

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, est favorable à l'allongement à 20 semaines de ce congé, indemnisé à 100%, proposé la semaine dernière par le Parlement européen. 

"Vingt semaines, je suis pour. C'est une bonne démarche du Parlement européen", a déclaré Roselyne Bachelot sur LCI, prenant le contre-pied de la secrétaire d'Etat à la Famille, Nadine Morano, qui a estimé que cela coûterait trop cher. "En moyenne, nous sommes assez près des 20 semaines mais il y a un effort à faire", a jugé Roselyne Bachelot. "Cet effort, il coûte 1,1 milliard d'euros."

Il faut savoir que déjà 70% des femmes enceintes bénéficient d'un allongement du congé maternité, grâce au "congé pathologique" d'une durée de 2 semaines. Il faut également ajouter que le congé est de 21 semaines en cas de grossesse multiple, et qu'il est également allongé à partir du troisième enfant.

Le Parlement européen se prononce en faveur d'un congé maternité indemnisé à 100% de 20 semaines minimum, pour l'ensemble des pays européens (il est à ce jour, en moyenne de 14 semaines) et pour la reconnaissance dans l'UE du congé paternité.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy