Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Le jour où je me suis aimé pour de vrai

 

Passionnée par ses recherches sur le cancer du cerveau, Maryse s’accroche à son identité d’éminente neuropédiatre et à son désir éperdu de reconnaissance. Mais voilà que Charlot, ce fils singulier, cet enfant qui l’émerveille et l’exaspère à la fois, la plonge dans des questionnements inconfortables, la pousse dans ses derniers retranchements.

C’est que Charlot, neuf ans, est confronté à des questions philosophiques et existentielles étonnantes : Quel sens donner à sa vie lorsqu’on est atteint d’une maladie incurable ? Comment résister à l’intimidation, la bêtise, la peur de l’autre ? Et surtout, qu’est ce que l’ego, cette chose dont tout le monde semble souffrir ?

Pour l’accompagner dans cette quête, la mal-nommée Maryse du Bonheur, sa mère, devra se délester de son autosatisfaction, se dépouiller de ses certitudes et apprendre à « s’aimer pour de vrai ».  

Les personnages :

Charlot : à cause de Chaplin. Petit garçon de neuf ans à la démarche clownesque et la lucidité désarmante. Il y a quelque chose en lui du Petit Prince. Dans sa candeur, dans sa quête de l’absolu. Dans ses questions qui visent si juste. Depuis son plus jeune âge, celle de l’ego occupe toutes ses pensées. Qui est-il ? Comment agit-il ? Comment s’en libérer ?

Maryse du Bonheur : la mère de Charlot, brillant médecin dont les recherches occupent tout le temps. Elle en oublie son fils, dont les questions la déstabilisent. Elle a autre chose à penser. Ce qui importe, c’est elle avant tout, sa car­rière, sa réputation. Jusqu’au jour où la maladie de Charlot va lui faire prendre conscience des ravages de son propre ego.

Marie-Lou : amie de Charlot, muette. Ensemble, ils vont mener des recherches incessantes sur cette question de l’ego.

Georges : pédopsychiatre. Il tente d’aider Maryse à répondre aux interrogations de Charlot. Drôle et imprévi­sible, il est secrètement éperdu de l’éminente neuropédiatre.

 

UN ROMAN EN LIBRAIRIE LE 11 MAI 2017

Serge Marquis l’auteur canadien qui réchauffe nos coeurs.

Spécialiste en santé communautaire et consultant dans le domaine de la santé mentale au travail, le Dr Serge Marquis donne plus de 150 conférences par an et intervient régu­lièrement dans les médias. En 1995, il a mis sur pied sa propre entreprise de consultation, TORTUE (Organisation pour réduire les tensions et l’usure dans les entreprises).

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Les lacunes de la pédopsychiatrie

Le Conseil Economique, Social et Environnemental (CES), sort un rapport qui pointe les lacunes de la pédopsychiatrie en France, malgré des progrès considérables.

Le rapport révèle notamment que les troubles mentaux sont souvent détectés tardivement chez les enfants. Ainsi, le délai moyen d'attente pour une première consultation en centre médico-psycho-pédagogique (CMPP)est de 50 jours en Seine-Saint-Denis.
Pour le CES, "le retard dans le dépistage est d'autant plus préjudiciable qu'il annonce des difficultés supplémentaires dans le traitement. Les détections tardives sont également à l'origine d'un passage à l'acte délictuel chez les jeunes".

Le rapport pointe également les difficultés à prendre en charge les urgences et à répondre au désarroi des familles.
En France, seuls 24% des secteurs peuvent adresser des patients à des centres de crise permettant un accueil en urgence. Ainsi, 78% des secteurs renvoient les patients vers les urgences de l'hôpital général et 41% vers un médecin de ville.

Enfin, les difficultés à assurer la continuité des soins dans certains secteurs sont également pointées du doigt. Ainsi, 1 enfant pris en charge en Seine-Saint-Denis reçoit en moyenne 10 soins dans l'année alors que la fréquence devrait être d'un soin par semaine.
Selon le rapport, cela s'explique par le non-remboursement par la sécurité sociale des soins délivrés par certains professionnels en libéral.

Pour palier à ces lacunes, le CES propose notamment d'"associer l'école au repérage des troubles", d'organiser un suivi pour les jeunes en situation d'absentéisme scolaire, d'assurer la prise en charge des professionnels par l'assurance maladie, ou encore de renforcer l'accompagnement des familles tout au long du parcours de soins.

 

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy