Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Les séniors et le sexe
 

Même opérés de la hanche, du coeur ou d’ailleurs, les séniors d’aujourd’hui, rajeunissent : ils voyagent, sont hyperactifs, font du sport et n’ont plus de retenue avec leur libido : « Un orgasme par jour éloigne le médecin pour toujours » disait l’actrice Mae West.
Avec des orgasmes de qualité – 7 sur l’échelle de Richter – on vit de sept à dix ans de plus et, ce qui ne gâte rien, on a l’air plus jeune.
Réjouissez-vous, ô sexy seniors, les études sont formelles : une sexualité épanouie est synonyme de longue vie en meilleure santé.

...Ces secousses sismiques sensuelles sont bonnes pour le moral, et pour cause : endorphines, dopamine, ocytocine et autres sérotonines en surrégime vous emmènent direct au nirvana.
Les mêmes substances chimiques fabriquées par vos soins font des miracles contre la douleur : migraine, arthrite, impatiences nocturnes, stress, insomnies et autres non grata.
Elles sont bonnes pour le coeur, le cerveau (mieux que le sudoku et plus drôle), font baisser la tension artérielle, chassent le blues et préviennent la formation de la plaque dentaire. Et cette liste n’est pas exhaustive !
Ces joyeux ébats font aussi travailler les muscles – y compris ceux du visage : 34 lorsque vous embrassez votre partenaire – et brûler des calories.
Bref, il y a 1001 raisons de ne pas renoncer à ce plaisir intense, qui fait un bien fou, ne fait pas grossir et favorise la neurogenèse. L’autre bonne nouvelle, c’est que les orgasmes se bonifient avec l’âge.
Donc si vous êtes sénior, et que vous avez décroché en cours de route, ce livre pratique et illustré vous aidera à continuer ou à reprendre une activité sexuelle même si vous avez mal au dos, au genou, à la hanche ou ailleurs ou si votre libido est à zéro.
Traité avec sérieux, ludisme et humour, l’auteur nous donne 1001 raisons de booster sa libido quand la routine s’est installée et le désir s’est émoussé, de continuer lorsque la machine se rouille ou est en panne, sans oublier qu’il n’y a pas d’âge pour faire des rencontres !

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Doudou perdu

 

Vous redoutez la perte du doudou de votre enfant. En fait, vous redoutez surtout sa réaction.


Cependant, cette perte est souvent la 1ère expérience de séparation que connaîtra votre enfant.
Ce premier traumatisme lui permettra de mieux supporter les séparations futures ou deuils futurs.

Si votre enfant perd son doudou, ne vous affolez pas pour lui trouver le frère jumeau. Soyez présent pour votre enfant, soutenez le, il en aura besoin. En effet, l’enfant réagira de façon différente selon son âge. Cette perte sera vécue dans la douleur vers 2 ans car l’attachement aux objets ou personnes est encore très fort à ce moment là. A contrario, vers 4 ans, quand l’autonomie est installée, votre enfant réagira avec plus de sérénité.

Si un jour votre enfant perd son doudou. Surtout, évitez de lui mentir, même si cela part d’une bonne intention. Ne lui dites pas que doudou est parti, ne culpabilisez pas l’enfant. Le mieux à faire est de dédramatiser, en soutenant et accompagnant votre enfant dans cette période délicate. Cela sera positif car cela posera de bonnes bases pour plus tard. Ecoutez sa peine et dites lui que le fait de perdre doudou est une chose qui arrive et que maman et papa sont là pour le câliner et l’aider à surmonter cette perte.

Il semble aussi important pour l’enfant de procéder à des recherches pour retrouver éventuellement ou en vain « doudou ». Il est primordial de prendre ce temps là avec votre enfant et de constater ensemble que doudou n’a pas été retrouvé. Cela permettra à votre enfant de faire son deuil petit à petit.

Ne vous précipitez pas pour remplacer le doudou perdu par un autre. Laissez cette liberté à votre enfant. Quand il se sentira prêt, il en réclamera ou en choisira un autre, ou pas. Car s’il n’est jamais prêt pour cela, tant pis, ce n’est pas grave.

Parfois, cette période délicate pour l’enfant est également difficile à vivre pour les parents car il n’est pas évident de voir son enfant confronté à un chagrin, à de la peine. Pourtant, cela fait partie du développement "classique". On ne peut, et heureusement, protéger les enfants de toute émotion négative, de tout imprévu. Alors, laissez votre enfant profiter de son doudou sans qu'il ne s'y attache de trop.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy