Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Le Vieillissement du Sommeil : Pourquoi les Personnes Agées Dorment Moins Bien?

 

Les personnes âgées se plaignent assez souvent de troubles du sommeil. Il est important de s'en préoccuper car ces troubles ont des conséquences sur la vie elle-même et l'activité diurne (de la journée). La personne qui vieillit se fragilise et son sommeil aussi, tant au niveau de la quantité que de la qualité.


Nous remarquons fréquemment une évolution du sommeil avec l'âge. Celui-ci semble subir certaines perturbations : le temps de sommeil semble diminuer alors que le temps passé au lit augmente. De même, le délai d'endormissement s'allonge pour la plupart. Il est à noter l'apparition d'éveils nocturnes. De ce fait, le besoin de compenser dans la journée se fait sentir et la personne âgée a donc besoin de faire la sieste. Il ne faut pas occulter cette réalité, que nous montre bien les chiffres de prescription d'hypnotiques et d'anxiolytiques pour cette tranche d'âge de la population.

On note donc une réorganisation et des perturbations du sommeil plutôt qu'une détérioration. Mais cela peut avoir de graves conséquences.

En détaillant, la principale modification du sommeil induite par l'âge est la diminution du sommeil lent profond au cours des 3 premières heures de sommeil. Cela a des répercutions sur la sécrétion d'hormones, notamment de croissance. La sécrétion diminue et cela entraîne de la fatigue.
Autre perturbation à prendre en compte : celle de l'automatisme cardiorespiratoire. Cela entraîne une modification de la qualité du sommeil et éventuellement des apnées du sommeil qui peuvent aboutir à des accidents respiratoires nocturnes.

En résumé, le vieillissement perturbe l'induction du sommeil, c'est à dire qu'il entraîne des difficultés d'endormissement. Il provoque aussi des éveils nocturnes mais aussi un réveil précoce. Pour compenser l'insuffisance du sommeil nocturne, la personne âgée a besoin de faire la sieste. Tout cela fait que la vigilance diurne fait défaut et peut entraîner une augmentation des risques de chute.

Outre le vieillissement, certaines maladies, qu'elles soient aigües ou chroniques, ont un rôle dans ces perturbations. Les pathologies cardiovasculaires peuvent expliquer l'insomnie par la gêne respiratoire nocturne et la prise de diurétiques (crampes douloureuses et envies d'uriner). La douleur dùe à la maladie augmente un stress éventuel et empêche de dormir. Notons que les douleurs rhumatismales notamment dans l'arthrite et la goutte, sont causes de réveils dans la deuxième moitié de la nuit. Les mouvements périodiques nocturnes, c'est à dire les secousses musculaires des membres inférieurs, ont une fréquence qui augmente avec l'âge. Ils ne réveillent généralement pas la personne mais allègent le sommeil. Les démences séniles, notamment la maladie d'Alzheimer, ont comme conséquences rapportées par l'entourage, des insomnies voire une inversion du rythme veille/sommeil. Il ne faut pas oublier certains troubles psychiatriques ou psychologiques qui sont de grands pourvoyeurs de troubles du sommeil, notamment la dépression, l'anxiété...

Il existe aussi une relation entre l'alimentation et le sommeil : par exemple, l'alcool va déstructurer le sommeil. Attention aussi à la caféine qui va augmenter le nombre d'éveils nocturnes.

Quelle approche thérapeutique peut s'avérer efficace face à ces troubles du sommeil ?

- Tout d'abord, il s'agit d'éduquer le patient et lui proposer une hygiène des rythmes de vie. Il faut donc combattre les idées fausses sur le sommeil du point de vue de la qualité et de la quantité de celui-ci. C'est à dire qu'il n'existe pas de norme quant à la durée du sommeil nocturne : on est moyen, court ou long dormeur, c'est selon.
Le plus important est la qualité du sommeil et l'état de la personne à son réveil : elle doit se sentir en forme et avoir un fonctionnement satisfaisant dans la journée.
Autre idée reçue à combattre, celle de la grasse matinée. En effet, faire la grasse matinée n'est pas salutaire et cela n'apporte pas la récupération escomptée. Car ce temps là se compose surtout de microépisodes de sommeil hâché. Mieux vaut encore se coucher plus tôt si le besoin de sommeil est plus important.
De même, faire la sieste c'est bien mais pas plus de 20 à 30 minutes, pour ne pas perturber le rythme veille/sommeil.
Il est également nécessaire de faire attention aux conditions qui entourent le sommeil : qualité de la literie, température de la chambre, bruit, ronflements éventuels du conjoint... Il faut également "préparer" l'organisme à la venue du sommeil. Le soir, il est indispensable de diminuer la température corporelle (température centrale) : pour cela on préconise un bain tiède relaxant et non chaud, une tisane qui favorise la détente, on bannit toute pratique sportive et dernier conseil : la chambre doit être peu ou pas chauffée. Par contre, le matin, il faut faire remonter la température centrale. Rien de mieux qu'une douche chaude qui réveille mieux que la douche froide!!! Sans oublier un petit déjeuner protéïnique, l'exposition à la lumière vive et quelques mouvements de gymnastique (quand cela est possible!).

- Si cette "rééducation" n'est pas suffisante, le médecin peut prescrire des médicaments. Cependant, il faut être vigilant et faire attention à la prescription d'hypnotiques (inducteurs de sommeil) car ce sont des dépresseurs respiratoires. Ils ont donc des conséquences sur la vigilance et la mémoire mais aussi et surtout peuvent entraîner des complications des apnées du sommeil : infarctus, démence, décès au cours du sommeil.... Alors pas d'automédication!!!!!
De même, il ne faut pas prescrire de barbituriques comme inducteurs du sommeil car ils ont de nombreux inconvénients : outre la mauvaise qualité du sommeil, ils peuvent entraîner la persistance de la somnolence diurne, une dépendance....
Il existe de nouvelles molécules hypnotiques qui engendrent peu de dépendance et favorisent moins les apnées du sommeil. Cependant, la prescription doit être limitée dans le temps et revue voire modifiée ou diminuée régulièrement.
Il s'agit aussi de penser aux antidépresseurs surtout sédatifs, souvent suffisants pour traiter les troubles du sommeil liés à la dépression (troubles courants chez les personnes âgées).
La recherche s'intéresse aux hormones et notamment aux oestrogènes qui ont une action anxiogène et stimulante voire antidépressive.

Le traitement médicamenteux doit toujours être transitoire et d'utilisation brève. Les contre-indications existent et nécessitent une vigilance de la part du médecin à la prescription (interrogatoire minutieux du patient et/ou de la famille).
Cette thérapeutique est délicate car susceptible de mettre à mal des équilibres et organismes fragiles. On pourrait se poser la question de traiter l'hyperéveil plutôt que le sommeil, notamment le stress, l'angoisse qui maintiennent en hypervigilance.

Les modifications "physiologiques" du sommeil avec l'âge sont incontestables. Elles sont dues aussi à la cassure que représente la retraite ou le manque d'activité. Cassure à laquelle s'en rajoutent d'autres comme le départ ou l'éloignement des enfants, les différents deuils dans l'entourage familial et amical.... Tout cela contribue à une sorte d'involution de la personne âgée. L'évolution du sommeil avec l'âge peut également venir d'un certain ennui, d'une démotivation due au manque de stimulation sociale. L'inactivité et la somnolence qui peuplent des journées entières peuvent entraîner des "nuit-jour" ou "jour-nuit" (Jacques Mouret), et le cercle vicieux inactivité-insomnie se met en route.

 

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

LE JEU DE LA BOBINE (FREUD)

 

Le jeu de la bobine (ou "Fort/Da") a été décrit par Freud dans "Au-delà du principe de plaisir" (1920).


Le jeu a une fonction symbolique. Il ne montre pas la réalité objective que vit l'enfant mais la réalité psychique. Le jeu est un moyen d'accès au vécu psychique de l'enfant.

Lorsqu’on veut parler des jeux d’enfants, comment ne pas évoquer le « fort-da » ou jeu de la bobine observé par Freud chez un petit enfant de son entourage.
L’enfant passait son temps à jeter au loin ses jouets, sous le lit, etc. En même temps, il prononçait le son prolongé « o-o-o-o-o » qui est l’ébauche du mot « fort « (« loin » en allemand).
Un jour, Freud observa également chez le même enfant un jeu plus complet. Il le vit jouer avec une bobine en bois entourée d’une ficelle. L’enfant jetait la bobine par-dessus son lit derrière les rideaux où elle disparaissait, tout en s’écriant et prononçant le même son « o-o-o-o » puis l’enfant tirait sur la ficelle pour faire réapparaître la bobine et la ramenait à lui en s’exclamant « Da ! » (« là »).

Freud relie alors ces jeux à la situation de l’enfant à cette période : une période où sa mère s’absentait pendant de longues heures. Le jeu symboliserait ainsi la disparition et la réapparition de la mère .

Freud a interprété ce jeu de « disparition-retour » comme une manière pour l’enfant de mettre en scène les disparitions et retours de sa mère et par là même de devenir actif par rapport à cet événement au lieu de simplement le subir.

Freud a donné un sens profond à ce jeu du « fort-da » : il lui paraissait évident que la disparition et la réapparition de la bobine représentait le départ et le retour de la mère. Comme les enfants vivent douloureusement cette séparation, ils la reproduisent symboliquement de façon répétitive. La joie de ces retours joués leur permet de supporter l’attente du retour réel. Ils aiment tous les jeux qui se répètent. Le jeu de cache-cache des yeux « coucou, beuh » recommencé indéfiniment est un autre exemple des situations par lesquelles les enfants vont aménager la séparation et vont se montrer capables d’agir intérieurement sur un monde extérieur qu’ils ont du mal à appréhender.

Le jeu serait donc similaire à un espace psychique dans lequel l’enfant peut faire le lien entre présence et absence, dedans et dehors, lui et les autres. Dans cet espace qui apprivoise le manque, il ne se pose pas la question du vrai ou du faux, et pénètre dans un univers singulier situé entre le réel et l’imaginaire où il peut déplacer, représenter, jouer ses émotions : c’est l’univers symbolique.

Pour Freud, la psyché de l’enfant va se construire sur ce prototype de la maîtrise de la présence-absence (de la mère, du corps).

Le jeu mène vers une unification et une intégration générale de la personnalité.

L’intériorisation psychique de la séparation signifie en même temps d’autres jeux : la capacité de se mettre à la place de l’autre, l’imitation, l’identification. A travers les jeux symboliques, la construction des relations sociales mais aussi le concept de temps vont pouvoir s’élaborer. Une grande partie de la vie de l’enfant est remplie par le jeu. Le jeu, c’est la preuve continue de la créativité, qui signifie la vie.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy