Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

La Maison de l’Adoption

 

Le Conseil général des Hauts-de-Seine a créé en 2005 la Maison de l’Adoption, au sein du service départemental des adoptions Famillle-Enfance-Jeunesse qui a en charge l’aide sociale à l’enfance et participe aux dispositifs de protection des mineurs.

La situation d’un enfant sans famille est particulièrement vulnérable et c’est pourquoi les conventions internationales des droits de l’enfant ratifiées par la France obligent à s’assurer que les candidats à l’adoption sont qualifiés et aptes à accueillir cet enfant avec son histoire complexe.

En France, cette disposition s’est traduite par l’agrément en vue d’adoption dont l’instruction est la principale mission du service adoptions. 20 personnes sont mobilisées autour de cette tache principalement. Cela implique des réunions d’information préalables (30 réunions ont été organisées en 2012), des entretiens psycho-sociaux, la réunion de la commission d’agrément (37 fois en 2012). En 2012, 235 dossiers de demandes ont été déposés. L’instruction doit durer 9 mois et 178 agréments ont été délivrés. Ils concernent principalement des couples mariés (69%) mais également des personnes célibataires (20%) et des couples non mariés (11%).

L’autre mission importante de la Maison de l’adoption consiste à accompagner les parents adoptifs après la rencontre avec leur enfant. Cela se traduit par des visites à domicile en présence de l’enfant et de ses parents.

En 2012, 75 enfants ont été adoptés sur le département des Hauts-de-Seine dont 68 provenaient de l’étranger, principalement de Russie (18 enfants) et de Colombie (11 enfants), la chine et Haïti (4 enfants chacun) et le Vietnam, le Chili et Sénégal pour 3 enfants chacun. Par ailleurs, 7 nourrissons français du département des Hauts de Seine ont été adoptés en 2012 par des couples mariés.

D’autres services mis en place au sein de la Maison de l’adoption se sont poursuivis.

Enfin, une conférence réunissant 152 personnes, animée par le docteur Levy-Soussan sur le sujet des limites à l’adoption internationale s’est tenue au mois de mars 2012.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Les conséquences de la télévision chez l'enfant

 

Une équipe spécialisée en pédiatrie de l'Université de Washington prétend que la télévision allumée en permanence compromettrait le développement du langage et de l'intelligence des jeunes enfants, même si ceux -ci ne la regardent pas.


Selon l’étude de cette équipe de chercheurs américains, la télévision allumée en permanence réduirait les capacités intellectuelles des enfants.
Des tests ont été réalisés sur 329 enfants âgés de 2 à 4 ans. Pendant deux ans, ils ont porté de manière périodique, des gilets équipés d'enregistreurs numériques, captant leur conversation et ceux qu'ils entendaient.
Le résultat apparaît plutôt inquiétant. En effet, les chercheurs montrent que pour chaque heure pendant laquelle la télévision est allumée, les enfants entendent entre 500 et 1000 mots de moins que les adultes. Les adultes prononcent 941 mots/heure et ces mots sont complètement éliminés quand l'enfant entend la télévision.
C'est justement ces mots entendus en moins qui peuvent engendrer des retards de langage.

"La télévision allumée à la maison réduit clairement la verbalisation à la fois chez les enfants et ceux qui s'en occupent, et est donc potentiellement néfaste pour le développement des bébés", affirme Dimitri Christakis, professeur en pédiatrie de l'université de Washington (nord-ouest), principal auteur de l'étude.
Il explique également que « ces résultats pourraient expliquer le lien entre l'exposition des enfants à la télévision et le retard dans le développement du langage».

On sait que le langage est un élément clef du développement cérébral, ainsi, une exposition constante à la télévision pourrait expliquer d'autres types de retard, comme la capacité d'attention.

Aux États-Unis, 30 % des foyers laisseraient leur télévision allumée en permanence, y compris quand personne ne la regarde. Cela soulève donc de grandes questions.

Ainsi, selon cette étude américaine publiée lundi, laisser la télé allumée en permanence nuit au développement des tout-petits. Laisser une télévision allumée en permanence à la maison nuit au développement du langage et de l'intelligence des jeunes enfants, même s'ils ne la regardent pas, en réduisant le nombre de mots qu'ils entendent et prononcent.

Si la télévision ouverte en permanence nuit au langage des enfants, il est donc fortement déconseillé aux parents d’utiliser la télévision comme une baby-sitter.

Pensez donc à éteindre plus souvent votre télévision, pour le bien être de vos petits bouts. Et surtout, dialoguez avec eux, racontez leur des histoires, expliquez verbalement ce que vous faites etc etc.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy