Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

La Maison de l’Adoption

 

Le Conseil général des Hauts-de-Seine a créé en 2005 la Maison de l’Adoption, au sein du service départemental des adoptions Famillle-Enfance-Jeunesse qui a en charge l’aide sociale à l’enfance et participe aux dispositifs de protection des mineurs.

La situation d’un enfant sans famille est particulièrement vulnérable et c’est pourquoi les conventions internationales des droits de l’enfant ratifiées par la France obligent à s’assurer que les candidats à l’adoption sont qualifiés et aptes à accueillir cet enfant avec son histoire complexe.

En France, cette disposition s’est traduite par l’agrément en vue d’adoption dont l’instruction est la principale mission du service adoptions. 20 personnes sont mobilisées autour de cette tache principalement. Cela implique des réunions d’information préalables (30 réunions ont été organisées en 2012), des entretiens psycho-sociaux, la réunion de la commission d’agrément (37 fois en 2012). En 2012, 235 dossiers de demandes ont été déposés. L’instruction doit durer 9 mois et 178 agréments ont été délivrés. Ils concernent principalement des couples mariés (69%) mais également des personnes célibataires (20%) et des couples non mariés (11%).

L’autre mission importante de la Maison de l’adoption consiste à accompagner les parents adoptifs après la rencontre avec leur enfant. Cela se traduit par des visites à domicile en présence de l’enfant et de ses parents.

En 2012, 75 enfants ont été adoptés sur le département des Hauts-de-Seine dont 68 provenaient de l’étranger, principalement de Russie (18 enfants) et de Colombie (11 enfants), la chine et Haïti (4 enfants chacun) et le Vietnam, le Chili et Sénégal pour 3 enfants chacun. Par ailleurs, 7 nourrissons français du département des Hauts de Seine ont été adoptés en 2012 par des couples mariés.

D’autres services mis en place au sein de la Maison de l’adoption se sont poursuivis.

Enfin, une conférence réunissant 152 personnes, animée par le docteur Levy-Soussan sur le sujet des limites à l’adoption internationale s’est tenue au mois de mars 2012.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Le doudou du jeune enfant, mode d’emploi

 

La plupart des enfants ont, dans leur plus jeune âge, un doudou, une tétine ou même le pouce. Mais à quoi cela sert-il ?


En général, avant l’âge d’un an, l’enfant a tendance à adopter de lui-même une peluche, un morceau de tissu… Cependant, si votre enfant ne correspond pas à ce descriptif, ne vous inquiétez pas, ce n’est pas pour cela qu’il n’est normal.

Le jeune enfant répond à un besoin en s’attachant à son doudou. Tout petit, l’enfant est marqué par sa dépendance à ses parents. En grandissant, il va gagner en autonomie petit à petit. Pour cela, il a besoin d’un intermédiaire, le fameux objet transitionnel, pour passer de la dépendance à l’autonomie, phases essentielles du développement de l’enfant.

De plus, le doudou (souvent il est « doux »), est un ami, le confident des joies et des peines, le consolateur indéfectible, toujours présent, jamais fâché.

L’enfant investit affectivement ce doudou et l’anime de sentiments, de vie. Il arrive que l’enfant projette sur cet objet les affects et émotions qu’il a du mal à accepter en lui. Doudou se fait donc parfois gronder !

Le doudou est un repère stable qui rassure.

Si vous craignez une trop forte dépendance de votre enfant à son doudou, ne l’emportez pas partout avec vous, gardez-le pour le sommeil (nuits, siestes), les chagrins, les grands moments (entrée en crèche, hospitalisation……) ; et surtout pour éviter que votre enfant ne s’y attache trop, lavez le régulièrement.

La séparation est salutaire pour l’enfant. Cependant, évitez de supprimer le doudou. Celui-ci aide l’enfant à devenir indépendant même si vous avez l’impression qu’il tire votre enfant vers la régression.

Seul votre enfant pourra décider de se séparer de son doudou de façon définitive. Par contre, la tétine ou le pouce peuvent être supprimés sous votre insistance à partir de 3 ans. Le doudou, quant à lui, aide à la séparation et peut être gardé même jusque l’âge adulte, sans que cela ne révèle de problème particulier.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy