Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

La Maison de l’Adoption

 

Le Conseil général des Hauts-de-Seine a créé en 2005 la Maison de l’Adoption, au sein du service départemental des adoptions Famillle-Enfance-Jeunesse qui a en charge l’aide sociale à l’enfance et participe aux dispositifs de protection des mineurs.

La situation d’un enfant sans famille est particulièrement vulnérable et c’est pourquoi les conventions internationales des droits de l’enfant ratifiées par la France obligent à s’assurer que les candidats à l’adoption sont qualifiés et aptes à accueillir cet enfant avec son histoire complexe.

En France, cette disposition s’est traduite par l’agrément en vue d’adoption dont l’instruction est la principale mission du service adoptions. 20 personnes sont mobilisées autour de cette tache principalement. Cela implique des réunions d’information préalables (30 réunions ont été organisées en 2012), des entretiens psycho-sociaux, la réunion de la commission d’agrément (37 fois en 2012). En 2012, 235 dossiers de demandes ont été déposés. L’instruction doit durer 9 mois et 178 agréments ont été délivrés. Ils concernent principalement des couples mariés (69%) mais également des personnes célibataires (20%) et des couples non mariés (11%).

L’autre mission importante de la Maison de l’adoption consiste à accompagner les parents adoptifs après la rencontre avec leur enfant. Cela se traduit par des visites à domicile en présence de l’enfant et de ses parents.

En 2012, 75 enfants ont été adoptés sur le département des Hauts-de-Seine dont 68 provenaient de l’étranger, principalement de Russie (18 enfants) et de Colombie (11 enfants), la chine et Haïti (4 enfants chacun) et le Vietnam, le Chili et Sénégal pour 3 enfants chacun. Par ailleurs, 7 nourrissons français du département des Hauts de Seine ont été adoptés en 2012 par des couples mariés.

D’autres services mis en place au sein de la Maison de l’adoption se sont poursuivis.

Enfin, une conférence réunissant 152 personnes, animée par le docteur Levy-Soussan sur le sujet des limites à l’adoption internationale s’est tenue au mois de mars 2012.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Les bienfaits de l'allaitement sur le plan de l'orthodontie

 

 

Les bienfaits nutritionnels de l'allaitement maternel ainsi que leurs apports sur le plan des allergies, de la prévention du surpoids et de certaines infections sont bien connus. Mais qu'en est-il sur le plan de l'orthodontie ?


L'allaitement maternel agit sur la croissance de la mâchoire dès le premier trimestre. Les orthodontistes insistent aujourd'hui sur l'importance de ce mode d'alimentation, capable d'assurer ainsi une croissance optimale de la mâchoire du nourrisson.

L'allaitement maternel favorise également le développement harmonieux du visage de l'enfant. En effet, la tétée au sein, contrairement à la prise du biberon, nécessite une gymnastique musculaire intense. Le bébé happe le sein, avance sa langue et sa mâchoire inférieure et serre énergiquement le mamelon contre son palais pendant qu'il serre les lèvres pour maintenir le mamelon dans sa bouche. Ainsi, la tétée au sein se fait dans un mouvement complexe mettant en jeu tous les muscles de la langue, des joues, des lèvres et des mâchoires.

Or, à sa naissance, le bébé a pratiquement toujours le menton en retrait et c'est cette gymnastique effectuée lors de la tétée qui va remodeler son profil.

Par ailleurs, les pressions exercées à l'intérieur de la bouche du bébé vont également développer les maxillaires, préparant ainsi les arcades dentaires à recevoir les futures dents.

L'allaitement maternel a également un autre avantage : par le travail musculaire intense qu'il exige, l'allaitement fatigue le bébé qui, épuisé, s'endort ainsi plus facilement, sans prendre son pouce.

La 1ère année de la vie est une période de croissance intense et rapide, durant laquelle il est souhaitable que le nourrisson bénéficie de tous les stimuli nécessaires à une croissance faciale optimale.
L'allaitement prolongé, de 6 à 12 mois, sans éliminer tous les risques de voir apparaître des malpositions dentaires, peut constituer un moyen de prévention simple, et agréable, des ces malpositions si repandues de nos jours.

(Docteurs Jacqueline Kolf et Jean-Louis Raymond, membres de la Fédération Française d'Orthodontie)

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy