Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Qu'est-ce qu'une Phobie?

La phobie ou plutôt les phobies sont une des formes pathologiques de l’anxiété. Cette crainte angoissante est déclenchée par un objet ou une situation qui n’ont pas eux-mêmes un caractère objectivement dangereux. L’angoisse disparaît en l’absence de l’objet ou de la situation.

La phobie est le symptôme principal de la névrose phobique.
Des conduites particulières sont mises en place pour conjurer la crainte phobique :

- Les conduites d’évitement par lesquelles la personne va éviter l’objet ou la situation phobogène.
- Les conduites de réassurance grâce à des situations ou objets contra-phobiques.

Il y a de très nombreuses phobies : phobies des animaux (souris, serpents, araignées…), phobies de situations (peur des lieux clos tels que les ascenseurs, les tunnels, peur de la hauteur, de l’eau, de l’avion…), phobies sociales (peur de parler en public, agoraphobie, peur de rougir…), etc.

Les phobies sont des peurs irrationnelles, non justifiées ou démesurées par rapport à leur cause. Les personnes phobiques ont conscience que ces peurs sont irrationnelles mais ne peuvent s’empêcher de ressentir une extrême anxiété pouvant aller jusqu’à la panique.

De nombreuses personnes sont sévèrement handicapées dans leur travail et leurs relations personnelles.
Les phobies qui semblent les plus handicapantes sont les phobies sociales avec un retentissement important sur la vie quotidienne des personnes qui en souffrent. Elles peuvent parfois conduire à la dépression ou à des conduites pathologiques, comme l’alcoolisme….

Quelles causes? quelle évolution ?

Plus d’une personne sur dix est sujette à des phobies plus ou moins importantes. Les causes de ce trouble ne sont pas connues. Il y a souvent une prédisposition familiale. Elles sont légèrement plus fréquentes chez les femmes. Elles existent chez de nombreux enfants et disparaissent alors souvent à l’âge adulte.

Quels traitements ?

Aucun traitement n’est nécessaire lorsque l’objet de la phobie est facilement évitable ou rarement rencontré.

Sinon, un traitement d’appoint peut être proposé, notamment des anxiolytiques lorsque la situation ou l’objet phobogène ne peut être évitée, et que l’anxiété est majeure et envahissante. Il faut faire attention à une éventuelle intolérance, notamment somnolence.

Si un syndrome dépressif est associé à la phobie, des antidépresseurs seront prescrits.

Il ne faut pas oublier de traiter les complications de ces troubles phobiques mais aussi les troubles associés.

L’essentiel du traitement est la psychothérapie.
Les approches cognitivo-comportementales sont bénéfiques quand la phobie est stable et localisée. La phobie est une réaction de peur conditionnée (réponse) qui dure dans le temps, s’installe. La personne va anticiper la situation mais l’évitement ne diminue pas la peur car la personne ne peut être exposée à la situation ou l’objet sans anxiété importante. Ainsi, la psychothérapie comportementale permet de déconditionner la personne phobique afin de transformer son comportement pathologique en une conduite adaptée.

Les thérapies comportementales sont souvent couronnées de succès, associées ou non à des médicaments (anxiolytiques, bêtabloquants, antidépresseurs). Elles consistent à confronter le sujet à la situation phobique dans des circonstances peu menaçantes, voire virtuelles. Elles sont volontiers associées à des techniques de relaxation.

L’approche psychanalytique peut être une bonne indication pour la névrose phobique mais nécessite une demande de la part du patient.

 

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Autisme : le traitement comportemental efficace dès l'âge de 18 mois

Une nouvelle étude américaine vient conforter les partisants d'une prise en charge précoce de l'autisme.


Cette étude montre qu'un enfant autiste traité par thérapie comportementale dès l'âge de 18 mois et pendant 2 ans voit ses symptômes s'améliorer de manière considérable.

L'étude est certes limitée (seulement 48 enfants évalués à l'Université de Washington), mais ses résultats ont été si encourageants qu'elle a été étendue à d'autres sites, a souligné la responsable scientifique de l'association "Autism Speaks" qui conduit l'équipe de recherche.

Jusque-là, le traitement précoce de l'autisme retenait l'attention des spécialistes tout en restant controversé, faute de preuves réelles de son efficacité. Cette étude est donc "une étape très importante", selon Tony Charman, spécialiste des méthodes éducatives pour l'autisme à l'Institut de l'Education de Londres.

Les spécialistes s'accordent de plus en plus sur l'importance d'un diagnostic le plus précoce de l'autisme. Et cette étude montre que la précocité est rentable dès lors qu'elle s'accompagne d'un traitement également précoce, estime une spécialiste de l'autisme à Université de Californie à San Diego.

Des enfants âgés de 18 à 30 mois, ont été désignés au hasard, certaines suivant un traitement comportemental particulier, d'autres suivant des traitements moins approfondis.

La thérapie choisie, le modèle "Early Start Denver", est très proche d'autres formes de traitement comportemental de l'autisme. Elle est axée sur les interactions sociales et la communication, deux domaines particulièrement difficiles pour nombre d'enfants autistes.

Par exemple, thérapeutes et parents vont de façon répétée tenir un jouet près du visage d'un enfant pour l'encourager au contact visuel, dont l'absence est fréquente dans l'autisme. Ou bien ils vont récompenser un enfant qui utilise des mots pour réclamer un jouet.

Dans le groupe spécialisé, les enfants avaient quatre heures de traitement avec un thérapeute cinq jours par semaine, sans compter les cinq heures hebdomadaires données par les parents eux-mêmes.

Au bout de deux ans, le QI des enfants a progressé de près de 18 points en moyenne dans le groupe spécialisé, contre sept points dans les autres groupes. Le language s'est aussi amélioré davantage dans le groupe spécialisé.

Après ces deux ans, près de 30% des enfants autistes de ce groupe ont été à nouveau diagnostiqués avec une forme un peu moins sévère d'autisme, contre 5% des autres. Aucun n'était considéré "guéri".

Cette étude, financée par l'Institut national de santé mentale, est publiée sur le site en ligne du journal Pediatrics : http://www.pediatrics.org

(AP)

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy