Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Vivre en couple après l'inceste - L'inceste quand les victimes en parlent !
Ce livre traite des difficultés pour les victimes d’établir une relation de couple et une relation d’intimité à l’autre, des relations avec la famille de la victime, de la position difficile du conjoint, de la parole à libérer et surtout des ressources mises en place par les victimes pour construire une vie sentimentale équilibrée.

Points forts
 
• Premier livre sur le sujet en France entièrement rédigé à partir de l’expérience des victimes et de leurs conjoints grâce au recueil de leur expérience lors des groupes de parole AIVI. Cela concerne potentiellement quatre millions de personnes car il y a deux millions de victimes en France.
• Comment agir sur sa vie pour que l’inceste ne continue pas à interférer dans le couple, comment le conjoint peut lui aussi être actif et ne plus subir les conséquences de ce meurtre psychique et social qu’est l’inceste. Grâce à l’expérience des victimes, comment reprendre confiance en sa vie amoureuse, son intimité, soi-même.
• De nombreux témoignages.
• L’expertise et les conseils de l’association AIVI.

Auteur

AIVI est une association de victimes née en 2000 pour donner la parole aux victimes et présidée par Isabelle Aubry. Considérant que ces dernières sont expertes de l’inceste et de leurs conséquences, AIVI fait appel à elles pour défendre leurs droits et informer tous les publics sur ce fléau encore tabou.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

La sérotonine en cause dans la mort subite du nourrisson ?

 

Une étude américaine parue dans le Journal of American Medical Association, révèle que le syndrome de la mort subite du nourrisson pourrait être causé par une production insuffisante de sérotonine, une molécule clé pour réguler le système nerveux central.


Jusqu’à présent, plusieurs causes étaient évoquées pour expliquer le syndrome de la mort subite du nourrisson : infection respiratoire virale ou bactérienne, hyperthermie, reflux gastro-oesophagien, ou encore mauvaise position de couchage… Plus récemment, la nicotine avait également été mise en cause.

Des chercheurs américains du NIH (Institut national de la santé) ont exploré une autre piste : l’hypothèse hormonale. Ils « ont autopsié des nourrissons décédés, dont 35 de mort subite. Le cerveau de ces derniers sécrétait en trop faible quantité ce neurotransmetteur ».

Les chercheurs de la faculté de médecine d’Harvard ont constaté que le cerveau des bébés victimes de la mort subite contenait moins de sérotonine, une substance chimique qui permet la transmission des messages entre les cellules cérébrales et joue un rôle essentiel pour la transpiration, le rythme cardiaque et le sommeil. Selon les chercheurs, un faible taux de sérotonine pourrait diminuer la capacité des bébés à réagir normalement en cas de diminution de l’oxygène ou de taux élevés de dioxyde de carbone accumulés en dormant sur le ventre ».

Yehezkel Ben Ari, neurobiologiste à l’Inserm, constate que « c’est une étude intéressante, mais qui nécessite d’être poursuivie pour pouvoir affirmer une parfaite relation de cause à effet ».

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy