Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Vivre en couple après l'inceste - L'inceste quand les victimes en parlent !
Ce livre traite des difficultés pour les victimes d’établir une relation de couple et une relation d’intimité à l’autre, des relations avec la famille de la victime, de la position difficile du conjoint, de la parole à libérer et surtout des ressources mises en place par les victimes pour construire une vie sentimentale équilibrée.

Points forts
 
• Premier livre sur le sujet en France entièrement rédigé à partir de l’expérience des victimes et de leurs conjoints grâce au recueil de leur expérience lors des groupes de parole AIVI. Cela concerne potentiellement quatre millions de personnes car il y a deux millions de victimes en France.
• Comment agir sur sa vie pour que l’inceste ne continue pas à interférer dans le couple, comment le conjoint peut lui aussi être actif et ne plus subir les conséquences de ce meurtre psychique et social qu’est l’inceste. Grâce à l’expérience des victimes, comment reprendre confiance en sa vie amoureuse, son intimité, soi-même.
• De nombreux témoignages.
• L’expertise et les conseils de l’association AIVI.

Auteur

AIVI est une association de victimes née en 2000 pour donner la parole aux victimes et présidée par Isabelle Aubry. Considérant que ces dernières sont expertes de l’inceste et de leurs conséquences, AIVI fait appel à elles pour défendre leurs droits et informer tous les publics sur ce fléau encore tabou.
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Le doudou du jeune enfant, mode d’emploi

 

La plupart des enfants ont, dans leur plus jeune âge, un doudou, une tétine ou même le pouce. Mais à quoi cela sert-il ?


En général, avant l’âge d’un an, l’enfant a tendance à adopter de lui-même une peluche, un morceau de tissu… Cependant, si votre enfant ne correspond pas à ce descriptif, ne vous inquiétez pas, ce n’est pas pour cela qu’il n’est normal.

Le jeune enfant répond à un besoin en s’attachant à son doudou. Tout petit, l’enfant est marqué par sa dépendance à ses parents. En grandissant, il va gagner en autonomie petit à petit. Pour cela, il a besoin d’un intermédiaire, le fameux objet transitionnel, pour passer de la dépendance à l’autonomie, phases essentielles du développement de l’enfant.

De plus, le doudou (souvent il est « doux »), est un ami, le confident des joies et des peines, le consolateur indéfectible, toujours présent, jamais fâché.

L’enfant investit affectivement ce doudou et l’anime de sentiments, de vie. Il arrive que l’enfant projette sur cet objet les affects et émotions qu’il a du mal à accepter en lui. Doudou se fait donc parfois gronder !

Le doudou est un repère stable qui rassure.

Si vous craignez une trop forte dépendance de votre enfant à son doudou, ne l’emportez pas partout avec vous, gardez-le pour le sommeil (nuits, siestes), les chagrins, les grands moments (entrée en crèche, hospitalisation……) ; et surtout pour éviter que votre enfant ne s’y attache trop, lavez le régulièrement.

La séparation est salutaire pour l’enfant. Cependant, évitez de supprimer le doudou. Celui-ci aide l’enfant à devenir indépendant même si vous avez l’impression qu’il tire votre enfant vers la régression.

Seul votre enfant pourra décider de se séparer de son doudou de façon définitive. Par contre, la tétine ou le pouce peuvent être supprimés sous votre insistance à partir de 3 ans. Le doudou, quant à lui, aide à la séparation et peut être gardé même jusque l’âge adulte, sans que cela ne révèle de problème particulier.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy