Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

On se quitte ou pas ? - Les aléas de l'amour

 

Les éditions J. Lyon sont heureuses de vous présenter le livre du Docteur Claude Negre "On se quitte (... ou pas ?)

Une question que se posent, chaque jour, des millions de couples, de tous âges.
La vie commune serait-elle donc incompatible avec l’Amour ?


Ce livre vous propose de nombreux conseils pratiques vous aidant à prendre, sans risques majeurs de regrets, la décision de persévérer. Ou de rompre. Des pièges du coup de foudre à l’érosion de l’entente sexuelle, en passant par les nouveaux aspects de l’adultère, la précarité sentimentale, la soif de liberté et l’angoisse de s’engager dans une vie commune qui ne cesse de s’allonger, la trajectoire amoureuse est plus complexe aujourd’hui que celle que nous décrivait la littérature romantique. Mais si aimer est toujours prendre un risque, l’Amour restera encore longtemps ce que Stendhal appelait « la plus grande des affaires, ou plutôt la seule ».


A tous ceux qui doutent et hésitent entre sauver ou briser leur couple, ces pages proposent de nouvelles pistes de réflexion susceptibles de faciliter leur choix.


• Un sujet dont on parle peu... alors qu’il concerne la majorité des couples
• Un ton familier dans lequel chacun se reconnaîtra
• Des conseils pratiques, sans considérations “psycho-analytiques”
• Des exemples et des anecdotes
• Un optimisme constant, suggérant aux lecteurs et lectrices que toute crise comporte une chance de rénover son couple, et que même une séparation peut être porteuse de renouveau


Médecin des Missions Paul-Emile Victor, Claude Nègre a traversé l’Arctique avant d’exercer dans l’Océan Indien, puis au Moyen-Orient où il dirigea pendant plusieurs années un hôpital français. De retour en France, l’auteur porte un regard lucide sur la société contemporaine et, plus particulièrement, sur la problématiques des couples actuels. Conseiller de nombreux patients, malades de l'amour, il livre ici une autre vision de la relation amoureuse contemporaine. Une vision optimiste qui concerne tous les couples, qu'ils soient mariés, pacsés, ou vivant en union libre.


 

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Les pères favorisent-ils leurs enfants qui leur ressemblent ?

 

Une équipe de l'Institut des sciences de l'évolution (CNRS / Université de Montpellier 2) a vérifié la prédiction de la théorie de l'évolution de Darwin qui prédit que les hommes s'occupent davantage des enfants qui leur ressemblent.


Cet investissement paternel est un facteur décisif pour leur développement, leur croissance, voire leur survie, notamment dans les pays où la mortalité infantile est importante. Cela est en partie influencé par des similitudes d'origine génétique.

Dès lors que ce comportement est transmis de génération en génération, il peut évoluer par la sélection naturelle. La théorie de l'évolution prédit que les hommes doivent avoir développé la capacité à reconnaître leurs enfants biologiques. Cette reconnaissance du lien paternel génétique peut reposer sur la ressemblance des traits physiques.

L’étude a été menée dans plusieurs villages du Sénégal où les chercheurs ont mis en place une méthodologie pour quantifier à la fois l'investissement des pères et leur ressemblance avec leur progéniture.
En tout, 30 familles ayant deux enfants ont été sollicitées. Pour noter l’investissement du père, les mères ont répondu à un questionnaire où elles devaient évaluer le temps que passait le père à s'occuper de l'enfant, son attention, son affection, ou même l'argent qu'il pouvait donner. D'après leurs réponses, un indice d'investissement était attribué au père.

De plus, des personnes venant d’autres villages et ne connaissant pas les familles étudiées ont participé à l'évaluation de la ressemblance des visages et des odeurs. Pour les visages, une photo de chaque enfant était montrée avec celles de trois hommes, dont le père ; pour l'odeur, de la même façon, l'évaluateur devait comparer les odeurs d'un tee-shirt porté par l'enfant avec celles de deux hommes.
Chaque fois que le père était reconnu, on lui attribuait un point de ressemblance, constituant au final un indice de ressemblance. Une corrélation a ainsi été mise en évidence entre l'investissement paternel et la ressemblance avec l'enfant.
L'étude a également confirmé explicitement l'impact positif de la présence du père sur les conditions de nutrition et de croissance de l'enfant. Dans cette région, les enfants qui bénéficient de la présence paternelle ont des conditions de vie clairement améliorées.

Sur le plan de la théorie de Darwin, très peu d'études avaient été menées sur le lien entre l'investissement paternel et les ressemblances d'origine génétique, et aucune auprès de familles réelles. Ces résultats représentent aujourd'hui une étape importante dans l'étude de l'évolution de l'investissement paternel. L'équipe de l'ISEM a également mené une étude sur l'investissement des pères en France dont les résultats seront publiés dans les mois à venir.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy