Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Couple
   Affichage # 
1 FAIRE L’AMOUR AVEC AMOUR 710
2 Petit cahier d'exercices pour surmonter la jalousie 747
3 Réussir ses rencontres sur internet 635
4 L'amour véritable 1106
5 10 stratégies pour faire parler son homme 1173
6 Vivre en couple après l'inceste - L'inceste quand les victimes en parlent ! 1283
7 Gérer ses ex 4033
8 On se quitte ou pas ? - Les aléas de l'amour 6234
9 Scènes de la vie conjugale 4579
10 Mon conjoint est jaloux, comment vivre avec cela et l’aider à surmonter cette jalousie ? 17363
 
<< Début < Précédent 1 2 3 Suivant > Fin >>
Page 1 sur 3

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Allaitement et anti-dépresseurs

 

Une étude menée à l'Université de Cincinnati (Etats-Unis) montre que la prise d'antidépresseurs serait susceptible de gêner la montée de lait chez les jeunes mamans.


Près de 450 femmes ont été interrogées dans les suites immédiates de leur accouchement.

Pour celles qui étaient traitées par un médicament appartenant à la classe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), la montée de lait a connu un retard important. Elle n'est intervenue en moyenne qu'après 85 heures suivant la naissance, contre 69 chez les femmes non-traitées. Or pour les spécialistes, la montée de lait est considérée comme tardive si elle survient plus de 72 heures après l'accouchement.

Même après la première montée de lait, l'allaitement s'est avéré plus difficile pour ces femmes. Les ISRS en effet, freinent la production du lait. La lactation est en effet étroitement liée au métabolisme et à la régulation de la sérotonine dans l'organisme. Or ces antidépresseurs empêchent la recapture de la sérotonine, aussi bien au niveau du cerveau bien sûr, que des glandes mammaires !

De toute façon, l'indication d'allaitement pour une femme sous traitement antidépresseur doit être soumise à avis médical : la plupart de ces médicaments passent en effet dans le lait. Seul le médecin, selon l'état psychologique de sa patiente, pourra évaluer les bénéfices et les risques et décider de l'opportunité de poursuivre le traitement ou de poursuivre ou non l’allaitement.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy