Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Enfants et tabagisme passif

Des chercheurs de l’Institute of Environmental Medicine (IMM) du Karolinska Institute (Suède) avec une équipe d’experts de l’OMS ont réalisé une première série d'estimations de l'exposition au tabagisme à travers le monde.

Les chercheurs ont d’abord estimé l’ampleur de l'exposition à travers le monde à la fumée secondaire puis la charge de morbidité chez les enfants et les adultes non-fumeurs (en 2004). La charge du tabagisme passif a été estimée à partir du nombre de décès et d’années de vie d’invalidité ajustées (disability-adjusted life-years ou DALY) pour les enfants et les adultes non-fumeurs. Les calculs étaient basés sur des estimations du risque relatif des différentes maladies spécifiques réalisées à partir de données de 192 pays.

Les résultats publiés dans l’édition en ligne du Lancet du 26 novembre sont impressionnants :

- le tabagisme passif provoque 603.000 décès prématurés par an à travers le monde, dont 165.000 sont des décès d’enfants, écrit le Dr Annette Prüss-Üstün, co-auteur de l’étude. 40% des enfants dans le monde, 33 à 34 % des non fumeurs seraient donc exposés au tabagisme passif. La « fumée secondaire » provoquerait  chaque année dans le monde, 379.000 décès par AVC, 165.000 par infections respiratoires, 36.900 par crise d’asthme et 21.400 par cancer du poumon.

- cause d’invalidité… surtout chez les enfants : environ 11 millions d’années d’invalidité chaque année, seraient liées au tabagisme passif.  

Ainsi, près de 6 millions d’enfants souffriraient d’infections respiratoires et 1,2 d’asthme, liés toujours à l’exposition à la fumée du tabac. Deux tiers de ces décès surviennent en Afrique et au sud de l’Asie.

Les auteurs de cette recherche lancent un cri d'alerte car ces estimations de la charge mondiale de morbidité attribuable au tabagisme passif montrent que des gains substantiels pour la santé pourraient être apportés par une stratégie de lutte beaucoup plus intensive de réduction du tabagisme passif dans le monde entier.

 

(The Lancet  « Worldwide burden of disease from exposure to second-hand smoke: a retrospective analysis of data from 192 countries »)

 

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Soins palliatifs pédiatriques : première unité en France

L'Oasis, sera la première « maison d’accompagnement et de soins palliatifs destinée aux enfants. Initiative unique en France, cet établissement basé près de Toulouse permettra aux petits malades – et à leurs proches - de bénéficier d’un accompagnement à la fois digne et humain.

Créé en partenariat avec Enfants Do, l’équipe mobile de soins palliatifs pédiatriques du CHU de Toulouse, l’Oasis devrait permettre d’accueillir des enfants en fin de vie et leurs familles, et ce, dès l’automne 2010.

Ce lancement est une réelle nécessité. En effet, en France, seulement 10% des 2 000 enfants dont l’état de santé nécessite la mise en œuvre de soins palliatifs en bénéficient aujourd’hui.

La démarche inaugurée par la Croix-Rouge française suit les exemples du Canada et de la Grande-Bretagne. Elle s’inscrit dans le cadre du plan Soins Palliatifs 2008-2012, porté par les pouvoirs publics. A l’issue de cette phase expérimentale de 3 ans, elle devrait être déployée sur l’ensemble du territoire.

Sur 350m², cette oasis accueillera les enfants mais aussi leurs familles, pour leur permettre de vivre au mieux cette période de fin de vie. Le centre sera pourvu de quatre chambres de repos et d’une suite familiale.

Cependant, il est à signaler que la Croix-Rouge française pourrait se heurter à un problème de financement. Même si le budget de fonctionnement sera en partie couvert par une dotation ministérielle, près de 150 000€ annuels sont encore nécessaires pour couvrir l’ensemble des charges prévues par le budget prévisionnel.

(Croix-Rouge française)

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy