Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Quels sont les symptômes de la précocité intellectuelle d’un enfant ?

 

Les signes de la précocité peuvent se révéler aussi bien à l’école (maternelle, primaire) qu’à la maison.


A l’école, voici des signes d’alerte :

- l’enfant s’ennuie (il peut renier son potentiel en le laissant caché)
- l’enfant est souvent dans la lune
- l’enfant comprend dès la 1ère explication
- l’enfant est turbulent de par son ennui : il chahute, discute, perturbe la classe
- l’enfant cherche l’affrontement, la rivalité intellectuelle, pour répondre à sa soif de savoir
- l’enfant est agressif avec ses camarades
- l’enfant est très susceptible aux remarques et reproches
- l’enfant supporte mal d’être en échec
- l’enfant accepte difficilement l’autorité de l’enseignant.

A la maison :

- l’enfant est hypersensible
- l’enfant ne cesse de poser des questions surprenantes
- l’enfant s’intéresse au monde adulte
- l’enfant est boulimique de connaissances.

On remarque que l’enfant précoce n’aime pas l’école, se fait peu d’amis. Il subit souvent en décalage sa précocité intellectuelle et sa psychomotricité : il a donc souvent une écriture de mauvaise qualité, sa main étant incapable de suivre le rythme de sa pensée. L’enfant précoce est également en décalage entre sa précocité intellectuelle et son affectivité. Il a du mal à gérer ses émotions, il peut être sujet à des insomnies, des angoisses nocturnes. Certains réclament beaucoup de câlins et semblent immatures.

 

Commentaires  

 
0 #2 07-02-2011 09:07
bonjour, le seul moyen de définir la précocité est de passer les tests "techniques". Le plus important est quand même de bien vivre cette situation. Si cela ne vous pèse pas, si vous ne vous sentez pas en décalage avec les autres enfants de votre âge, il ne semble pas pertinent d'être diagnostiquée à tout prix. Vous pouvez en parler avec l'infirmière scolaire, pour avoir son avis. Quant au fait de pleurer souvent, d'avoir du mal à supporter les remarques, cela vous montre sensible et peut-être en mal avec la frustration. Ne tirez pas de conclusion de tel ou tel "signe". Cependant, si vous vous sentez en questionnement, le plus judicieux serait d'en parler à vos parents sans leur demander forcément de passer les tests, seulement partager avec eux vos doutes. Belle journée
Citer
 
 
0 #1 06-02-2011 20:04
Bonjour,

Je viens d'avoir 12 ans et me pose beaucoup de questions à ce sujet. Je ne pense pas être une personne intellectuellem ent précoce, mais je me retrouve dans certains critères que vous citez, sauf l'attitude " cancre " à l'école qui n'est pas mon cas. Mais il m'arrive de pleurer lorsque qu'un professeur s'énerve à mon sujet et à la maison j'ai dû mal à supporter les reproches. Je pleure souvent et j'aimerais en savoir la cause. J'ai déjà fait un test en ligne ou j'avais plus d'une chance sur deux d'être précoce. Mais je n'y crois pas vraiment. Je ne veux pas demander à mes parents qu'ils me fassent passer un test, un véritable test, j'aimerais qu'ils s'en rendent compte tout seul. De plus, je trouve que j'ai une très belle écriture. Mais j'aime travailler seule. Pourriez-vous, en analysant mon écriture et ma façon de m'exprimer, s'il y a des possibilités de précocité chez moi ?
Citer
 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Enfants : 3 astuces de sophrologue pour améliorer leur sommeil

  

Les problèmes de sommeil chez l’enfant peuvent avoir des conséquences importantes sur son développement. Voici 3 exercices qui peuvent l’aider à mieux dormir.

Lorsqu’un enfant est inquiet, c’est souvent au moment du coucher que se cristallisent ses tensions. Résultat : il a du mal à s’endormir, cherche à retarder le moment du coucher et se réveille même la nuit. Quel que soit son âge, des solutions existent.

Chasser les contrariétés

Afin d’évacuer les idées noires, l’enfant respire profondément, puis, souffle très fort et très loin pour évacuer tout ce qui a pu l’ennuyer pendant la journée. A répéter 3 fois au moment du coucher.

Tirer la couverture de sécurité

En inspirant profondément, l’enfant imagine une couverture imaginaire qu’il tire vers lui. En expirant longuement, il l’amène sur son corps tout entier, il sent son pouvoir de protection et peut s’endormir sereinement.

Elire des gardiens de nuit

Votre petit enfant possède des peluches ou objets fétiches au bord de son lit… Aidez-le à nommer chacun d’entre eux, à leur attribuer un rôle protecteur afin que ses doudous deviennent les gardiens de sa nuit.

 

 

Institut de Formation à la Sophrologie

52 rue René Boulanger 75010 Paris M°République

01 43 38 43 90 - Fax 01 43 38 43 92

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy