Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Les dossiers de Conseil-Psy
Végano sceptique

 

Simple phénomène de mode ou véritable changement de société à venir ?

Partout dans le monde, le phénomène végane prend de l’ampleur. Nous avons tous été confrontés un jour à la question : faut-il arrêter de consommer des produits d’origine animale ?

Et d’autant plus, depuis la diffusion alarmante des vidéos de l’association L214 et L269 Life révélant la maltraitance des animaux destinés à la consommation.

Les véganes refusent tout produit issu de l’exploitation du monde animal, dont le cuir, la laine, la soie, certains cosmétiques, et proscrivent la chasse, l’équitation, les spectacles de corrida et les visites de zoo.

Simple provocation ou glaçante vérité, le message végane produit son effet : il bouleverse, désempare et surtout questionne chacun d’entre nous. Et si les véganes avaient raison ? Cependant, les matières textiles qu’ils préconisent sont, ironiquement, issues de l’exploitation humaine et polluent fortement.

Berger et éleveur préoccupé d’écologie et amoureux du monde animal, Pierre Rault répond à l’idéologie végane dont les discours moralisateurs placent la profession au banc des accusés. En ouvrant le dialogue, il soulève des questions concrètes qui ne cèdent pas à la complaisance émotionnelle. La voix originale de cet homme qui se revendique comme paysan tend à prouver que l’harmonie est possible entre les hommes et les bêtes… à condition que les pratiques des consommateurs soient cohérentes avec ce qu’ils dénoncent.

À 27 ans, Pierre Rault devient berger d’alpage après un début de carrière en tant qu’officier de Marine Marchande. Il se confronte à la réalité de ce métier et pour la première fois en tant qu’éleveur, doit amener ses propres agneaux à l’abattoir. Il lui faut donc trouver de solides réponses pour légitimer ses actes et leur donner un sens. C’est alors, en quête d’une vérité, qu’il a lu et écouté le message des véganes tout en continuant à vivre avec ses bêtes, à les soigner, à les admirer. Il a entrepris de comprendre les fondements de leur idéologie, et bien que très sensible aux questions environnementales et aux considérations liées à l’éthique animale, leurs discours moralisateurs ne lui permettaient pas de trouver sa place sur le banc des accusés. 

La préface a été rédigée par Marie Astier, journaliste à Reporterre, spécialiste des questions d’agriculture et d’alimentation et également auteure de « Quel pain voulons-nous ? » paru aux Éditions du Seuil/Reporterre. 

Parution 2 novembre 2017

 
« PETIT GUIDE DE SURVIE AU BRUIT ET AU STRESS AU TRAVAIL »

Si, comme 8 personnes sur 10, vous vous sentez gêné par le bruit sur votre lieu de travail, que vous avez des difficultés à vous concentrer en raison du brouhaha, que vous n’avez plus envie de communiquer en rentrant chez vous, qu’une lassitude s’installe… ne laissez surtout pas le bruit diminuer votre « capital auditif », perturber votre équilibre de vie et impacter votre santé. Car il est possible d’agir, collectivement et individuellement.

Ce guide pratique vous dévoile les bienfaits de la santé auditive sur votre bien-être général et donne des clés, des astuces et des solutions concrètes pour améliorer durablement la qualité de vie au travail.  

Se protéger des émissions sonores toxiques

Oser exprimer son malaise

Mieux organiser l’espace collectif

S’autoriser une pause auditive, pendant et en dehors du temps de travail

Gérer sa fatigue auditive, le stress et les émotions liés au travail 

Prendre soin de son capital auditif c’est améliorer durablement sa santé, sa forme et son dynamisme au travail.

L’association JNA (Journée Nationale de l’Audition), association neutre et indépendante gérée par des experts scientifiques et médicaux, oeuvre depuis vingt ans pour intégrer la santé auditive à l’hygiène générale de santé.

Elle organise chaque année, au mois de mars, la campagne nationale d’informations Journée Nationale de l’Audition ainsi que les campagnes de prévention Fête de la Musique et Semaine de la santé auditive au travail.

Elle intervient également en ressource de l’ensemble des acteurs de la prévention et de la santé, des institutions et des médias. Elle est l’auteure du Guide de l’audition, paru chez le même éditeur.

www.journee-audition.org et www.sante-auditive-autravail.org

Parution Novembre 2017

 
Les Clefs du passé

Se libérer des événements et des plaies du passé pour prendre un nouvel élan

Le bonheur... Existe-t-il plus grand mystère ?

Il suffit d'ouvrir la presse ou de se connecter à n'importe quel média pour voir à quel point il est convoité, idéalisé, rêvé.

Mais comment le trouver ?

Que faire pour l'atteindre ?

Noémie de Saint-Sernin, coach en développement personnel et formatrice, publie un ouvrage vrai, intime, fort et didactique à destination de tous ceux qui veulent réapprendre le bonheur : Les Clefs du passé.

Quand le bonheur tarde à venir, apprendre à le chercher

Il est des situations qui semblent impossibles à régler, des moments de vie qu'on laisserait bien volontiers derrière nous... Lorsque les difficultés s'accumulent ou se répètent, il est très difficile de rester optimiste.

Solitude, tristesse, maladie, chômage, problèmes de poids, addictions, les embûches ne manquent pas surtout lorsqu'en plus, on a le malheur de les accumuler. Il est alors courant de croire que le sort s'acharne sur soi. Nous avons tous besoin de trouver notre bouffée d’oxygène. Mieux encore, nous sommes nombreux à nous mettre en quête de LA solution qui nous aidera à positiver et à avancer en confiance.

Comment se libérer de sa colère, de sa tristesse mais aussi du lourd poids de son passé ? Est-ce même possible ?

Pour venir en aide à toutes ces personnes et leur prouver que le bonheur est à la portée de tous, Noémie de Saint-Sernin, auteur, formatrice et coach en développement personnel a écrit un ouvrage complet, Les Clefs du passé. Plus qu'un livre, son récit est à la fois confession, constat et méthode.

Les Clefs du Passé : un ouvrage pour comprendre sa vie et avancer !

Le bonheur ne se mérite pas, il se choisit, il s’apprend, il se construit et il s’entretient. Voilà le premier message que souhaite faire passer Noémie de Saint-Sernin à travers son livre.

Elle qui entend régulièrement ses élèves ou ses amis lui dire : « Tu es toujours positive, mais c’est facile pour toi, tout te réussit », la jeune femme n'a pourtant pas eu une enfance qui la prédestinait à la positivité. Son parcours tient plus du chaos que de la félicité : violences, alcool, abandon, destruction, séparation… Les premières années de vie de la coach sont loin d’être idéales et portées par l’amour. Pourtant, elle trouve chaque fois la force de se relever, dans la confiance, l’amitié et la conviction qu’elle mérite elle aussi le bonheur.  

Les clefs du passé est un ouvrage complet autobiographique, composé d’enseignements théoriques, d’exercices et d’outils pratiques tirés de sa propre vie.

 
Mon Rêve d'or et de neige

 

A l’aube de l’hiver le plus important de sa carrière où il conduira la délégation française aux JO en Corée, le double Champion olympique de biathlon Martin Fourcade publie un ouvrage très personnel aux éditions Marabout. Un livre en forme d’introspection dans lequel ce grand pudique se dévoile de manière inédite, raconte les moments forts de sa carrière d’athlète et de sa vie d’homme, sans fard. Au travers de cet exercice, et pour la première fois, Martin Fourcade lâche prise et livre des clés pour expliquer de quelle manière il s’est construit en décortiquant les ressorts intimes de son incroyable soif de victoire.

« Je voulais être comme ces types sur les posters qui décoraient ma chambre. C’était plus qu’une envie. Une flamme, une petite flamme qui ne s’est toujours pas éteinte »

A l’origine de ce projet littéraire, son propre journal. Au fil de sa fascinante carrière qui l’a conduit sur les plus hautes marches des podiums mondiaux et olympiques, le Champion français a pris l’habitude d’écrire. Ecrire pour analyser, pour comprendre, pour solder des périodes délicates de sa vie et lui permettre de toujours avancer. Dans cet ouvrage organisé par thèmes avec l’aide de Jean Issartel*, Martin Fourcade raconte avec franchise ses origines, ses ambitions, ses frustrations d’athlète.

« Je me souviens des hésitations d’Hélène, ma compagne, au milieu de sa lecture… ‘Tu es sûr que tu veux que les gens sachent cela ? Tu n’as pas peur de passer pour un aigri ?’ Mais je voulais être transparent. Il n’y a pas d’intérêt à témoigner si c’est pour embellir la réalité. »

Au fil des pages, Martin Fourcade analyse de manière méthodique les mécanismes qui ont fait de lui l’un des sportifs français les plus titrés de tous les temps. Il se raconte aussi de manière très personnelle, notamment sur sa relation complexe avec son frère Simon, en revenant sur des moments forts comme les Jeux Olympiques de Vancouver qui ont bouleversé durablement la hiérarchie sportive entre les deux frères.

« Mon sang se glace lorsque je l’aperçois enfin. En pleurs. Caché derrière le drapeau tricolore de mon père. Je suis en train de vivre le plus beau moment de ma vie tandis que mon frère, lui, vit le pire. En une fraction de seconde, j’ai perdu le sourire qui ne m’avait pas quitté depuis le matin. »

*Jean Issartel a été journaliste et notamment rédacteur en chef de l’Equipe Magazine.

A propos de Martin Fourcade

Martin Fourcade est un athlète français de 29 ans, double Champion Olympique de Biathlon, 6 fois vainqueur de la Coupe du Monde et 10 fois Champion du Monde (en individuel). Il sera le porte-drapeau de l’Equipe de France aux Jeux Olympiques de Pyeongchang en Corée en février 2018.

En libraire le 8 novembre 2017

 
Sophrologie et sport

 

Le sport existe depuis toujours et dans toutes les cultures, même s’il prend des formes différentes au cours de l’Histoire et selon les civilisations. Ce simple fait démontre qu’il répond au besoin humain de jouer, d’échanger, mais aussi de s’évaluer et de se surpasser. Le sport tient également une place importante dans la société, en raison des valeurs qu’il véhicule. Pour beaucoup, il est la matérialisation d’une bonne hygiène de vie, d’une attitude de « gagnant » (être déterminé, aimer l’effort, savoir prendre des risques, etc.) et d’une intégration sociale. Dans ce contexte, on comprend pourquoi le nombre de sportifs amateurs ne cesse d’augmenter.

Le sportif, amateur ou de haut niveau, attend beaucoup de ses performances et de ses résultats qui sont le prolongement de son être et caractérisent sa personnalité. Lorsque ceux-ci ne sont pas à la hauteur de ses attentes, le sportif peut le vivre comme un vrai « drame personnel ».

Bien que la sophrologie ne puisse, à elle seule, faire gagner une compétition, elle apporte aujourd’hui une aide précieuse dans les programmes de préparation mentale des sportifs et son efficacité sur le sujet n’est plus à démontrer. C’est pourquoi de plus en plus de sophrologues collaborent avec les préparateurs physiques ou le staff médical en charge des athlètes.

 

Catherine Aliotta est Sophrologue, fondatrice de l’Institut de Formation à la Sophrologie à Paris, Présidente de la Chambre Syndicale de la Sophrologie. Auteure d’ouvrages à destination du grand public et des professionnels comme Pratiquer la sophrologie au quotidien ou Manuel de Sophrologie chez InterEditions, elle s’efforce de valoriser et rendre accessible la technique pour le plus grand nombre.

En librairie le 8 novembre 2017

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 2 sur 482

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Le sommeil, nécessaire au bon développement de bébé

 


Le sommeil est la deuxième fonction fondamentale chez le nouveau-né, après l’alimentation. Le fait de dormir est primordial pour se reposer, grandir, régénérer les cellules ….
C’est aussi une coupure avec le monde extérieur et ressemble à la fusion retrouvée avec la mère.
Au cours de la première année de la vie, la durée totale du sommeil diminue alors que les réveils deviennent de moins en moins fréquents. L’enfant dort moins mais par périodes plus longues.

Le sommeil du nouveau-né est lié à l’alimentation ; le bébé se réveille quand il a faim ou soif et se rendort une fois que ce besoin est comblé. Durant les premiers mois de vie du bébé, ses parents devront se conformer à son rythme. Dans le cas contraire, le bébé ressentira un sentiment de malaise et se mettra à pleurer.

Vers 6-8mois, le cadre environnemental de l’enfant joue un grand rôle pour celui-ci. Bébé a pris conscience de l’existence distincte de ses parents, de son entourage, mais aussi des odeurs, des bruits, des variations de lumière, etc. Tout changement de cadre pourra donc affecter l’enfant même si cela n’implique pas une séparation d’avec les parents (ex : déménagement, une naissance…).

Entre 1 et 3 ans, les parents remarqueront souvent que leur enfant dort souvent moins bien. Il est très excité par l’apprentissage de la marche ; petit curieux, il s’intéresse à tout ce qui l’entoure. Il prend plaisir à bouger, et donc pourra avoir du mal à s’endormir, ou à vouloir arrêter les activités nouvelles et intéressantes même s’il est fatigué.

De même, l’acquisition de l’autonomie qui le rend explorateur, peut aussi le rendre souvent craintif, anxieux. L’enfant pourra être troublé par un changement dans ses habitudes, par un départ, par la naissance d’un petit frère ou petite sœur. De cet événement perturbateur pourra en résulter parfois des rêves pénibles, des difficultés pour s’assoupir, des réveils très matinaux.

Il faut savoir qu’un rite rassurant est souvent nécessaire à l’enfant pour s’endormir ; il a besoin de la présence de ses parents, d’un doudou, d’une histoire, d’une boîte à musique ou de toute autre coutume apaisante.

La question du sommeil sera aussi en jeu surtout dans la période du « non ». Le moment du coucher pourra être le prétexte à une opposition systématique. L’enfant refuse alors de se coucher malgré la fatigue, l’esprit de contradiction l’emportant sur le besoin physiologique de repos.

Pour l’enfant, dormir signifie être séparé de ses parents ; il a parfaitement conscience que ceux-ci continuent à vivre sans lui. Inconsciemment il sait que la nuit est le moment où ses parents ont des relations intimes. Au moment de l’apparition du complexe d’Œdipe, l’enfant peut donc chercher à empêcher ce rapprochement en refusant de se coucher dans son lit, en pleurant et en les appelant ou bien en venant les retrouver dans leur chambre.

Tout en rassurant l’enfant et en lui montrant qu’ils là, il est indispensable que les parents se gardent un espace pour eux seuls, adultes. Cela signifie dormir dans une chambre à eux, distincte de celle de l’enfant. Même mère, la maman est en même temps une femme, et un père en même temps un homme. Il est primordial de se réserver une certaine intimité, non seulement pour l’équilibre du couple mais aussi dans l’intérêt de l’enfant. Le complexe d’Œdipe est une phase indispensable du développement de l’enfant. Celui-ci doit sortir de cette période, grandi, rassuré et prêt à assumer quelques années plus tard (mais sur ces bases là), sa vie d’adolescent puis d’adulte.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy