Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Les dossiers de Conseil-Psy
L’humour Un défi aux certitudes

 

Ouvrage de Marie-France Patti

Qu’est-ce que l’humour ? Un défi à soi-même, à la pensée, ou à la mort, qui vient questionner les certitudes.

L’humour se différencie du comique, de la dérision, de l’ironie, du mot d’esprit et joue un rôle irremplaçable dans l’expression humaine. Son histoire est sinueuse, varie en fonction des cultures et des époques, prenant des voies d’expressions différentes et spécifiques, avec l’humour noir, l’humour anglais ou l’humour juif. Pour la psychanalyse, c’est un processus psychique singulier et révélateur. Freud en a décrit les mécanismes, montrant que l’humour n’est pas présent chez tout individu, mais que c’est une disposition d’esprit, une façon de se situer dans la vie et de voir le monde, un art de vivre. Il répond à certaines conditions qui se mettent en place très tôt, et il prend sa source dans le jeu spontané de l’enfant, lorsque celui-ci crée un monde imaginaire à sa convenance, à partir des objets de la réalité qui l’entourent. Plaisir dans la vie quotidienne, il étincelle comme un clin d’oeil complice. Soulagement, il évite les affects pénibles et détourne les tensions agressives. Dernier recours dans les situations extrêmes, il préserve le sentiment de dignité. C’est un défi à soi-même, à la pensée, ou à la mort, venant questionner les certitudes, les convictions et les idéaux. Il peut endosser les habits d’un clown ou d’un provocateur. Entraînant des questions bien connues : peut-on rire de tout ? L’humour a-t-il des limites ?

 

Marie-France Patti est psychologue clinicienne, psychothérapeute. Secrétaire de l’École de Propédeutique à la Connaissance de l’Inconscient (EPCI), où elle est enseignante, elle a publiéplusieurs articles dans la revue Psychomédia et dans la Psychiatrie de l’enfant.

Le directeur de collection, Gérard Bonnet est psychanalyste (APF), co-créateur du Collège des Hautes Études Psychanalytiques, a été enseignant de psychopathologie à l’Université Paris VII, secrétaire de rédaction de la Revue Psychanalyse à l’Université, et il est l’auteur de nombreux ouvrages de psychanalyse. Après avoir travaillé toute sa carrière en hôpital et en secteurs psychiatriques, il dirige actuellement l’Ecole de Propédeutique à la Connaissance de l’Inconscient (EPCI).

 
Automédication. Le Guide expert

 

Ouvrage de Giroud Jean-Paul

La Martinière Bien-Etre Sante

La santé est une préoccupation majeure des Français et 80% d’entre eux traitent les problèmes bénins de santé sans avis médical. Si depuis plusieurs années les pouvoirs publics encouragent l’automédication, ils ne donnent toutefois pas au public les informations indispensables à cette pratique.

Or un médicament même sans ordonnance n’est jamais anodin. Contrairement à ce que pouvoirs publics et laboratoires affirment, l’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) n’est ni un garant d’efficacité ni d’innocuité. Plus de 50 % des médicaments commercialisés en France n’ont jamais démontré d’efficacité scientifique chez l’homme. En revanche, tous les médicaments présentent des effets indésirables, parfois graves.

Dans ce guide pratique d’automédication, le professeur Giroud, expert international en médicaments, donne au lecteur les outils pour soigner seul et sans danger 120 troubles de santé bénins du quotidien (fièvre, constipation, rhume, toux...). Unique au monde, ce guide s’appuie sur l’évaluation scientifique et comparative de la balance efficacité/tolérance de près de 4000 médicaments vendus sans ordonnance.

Pour chaque pathologie, l’auteur détaille symptômes, causes, signes d’alerte et liste l’ensemble des médicaments disponibles sans ordonnance, classés selon leur Dénomination Commune Internationale (DCI), évalués, notés de 0 à 20 et commentés. La liste est complétée par un ou deux médicaments préconisés par l’auteur (« favoris ») avec contre-indications, précautions, incidents et effets indésirables. Critique et indépendant, c’est un ouvrage indispensable pour le grand public et pour les professionnels de santé.

Jean-Paul Giroud est professeur de pharmacologie clinique et membre de l’Académie de Médecine. Les évaluations qu’il mène depuis plus de 40 ans sur l’efficacité et la tolérance des médicaments disponibles sur le marché (avec ou sans ordonnance) n’ont jamais été financées ni remises en cause par un organisme privé ou public ou un laboratoire. Ses notations et commentaires issus de l’analyse des centaines d’études publiées dans le monde entier sur les médicaments ont fait l’objet d’ouvrages professionnels et grand public dont certains ont dépassé les 100 000 ex. Il s’est entouré de pharmaciens et l’ensemble des « symptômes et maladies » a été validé par des médecins spécialistes hautement qualifiés.

En vente dès le 2 mars 2017

 
La maison de rêve Image du corps familial et habitat

 

Patrice Cuynet
 

Pour pouvoir s’installer et se représenter son « être ensemble » la famille a besoin d’habiter un espace circonscrit. Le domicile est l’expression concrète de sa manière de vivre ses relations conscientes et inconscientes. Par la distribution des lieux et sa façon de les investir, le groupe familial révèle sa structure inconsciente du « corps commun familial » et les possibilités qu’il laisse à l’individu de se singulariser pour construire son identité.
Mais à côté de cette maison réelle, qu’en est-il pour chacun de sa maison de rêve ? «Dessinez-moi ensemble votre maison de rêve, et je vous dirai qui vous êtes... » C’est à cette perspective fantasmatique que s’attache Patrice Cuynet. Le dessin familial d’un plan de maison imaginaire devient alors une épreuve projective groupale. Désirs et liens inconscients se révèlent dans une inter-relation de contenants à travers cette épreuve : espace intime / espace privé, dedans / dehors, contenant / contenu, enveloppe psychique et Moi-Peau… Patrice Cuynet explore cette épreuve à travers ses multiples dimensions. Il fournit les clés méthodologiques pour mener cette épreuve et les grilles pour interpréter les résultats.
Un ouvrage riche tant sur le plan théorique de l’image inconsciente de corps familial, que pour une clinique thérapeutique largement illustrée.
Un livre qui intéressera tout clinicien et soignant.

 L'auteur :

Patrice Cuynet est professeur de psychologie clinique et psychopathologie à l’Université de Bourgogne-Franche-Comté, psychologue, psychanalyste familial de la Société française de thérapie familiale psychanalytique (SFTFP) ainsi que de l’Association internationale psychanalytique de couple et de famille (AIPCF). Ce nouveau livre est le pendant complémentaire de l’ouvrage : L’arbre généalogique en famille, déjà paru en 2016, aux Editions In Press.
 
Alimentation et autisme Relever le défi… une bouchée à la fois

 

Ouvrage de Marie-France Lalancette, Dt.P.

Québec – Le 22 février 2017 - Pour améliorer la qualité de vie des autistes.

Il faut admettre que l’alimentation est souvent là où le bât blesse pour l’autiste et sa famille. Quoi de pire pour un parent que de ne pas pouvoir nourrir adéquatement son enfant?

Et pour l’autiste, c’est un défi difficile à relever. La nutrition a un impact direct sur nos cellules et notre métabolisme et entraine donc des réactions globales du corps, comme la douleur, l’irritabilité ou les troubles de sommeil.

L’autiste a besoin de toutes ses ressources potentielles pour s’intégrer au monde qui l’entoure. Quand la douleur monopolise le cerveau, aucun apprentissage n’est possible.

Peut-on guérir l’autisme par la modification de la diète? Malheureusement, non. Mais lorsqu’un enfant se replie moins sur lui-même et se met à sourire parce qu’il n’a plus de crampes, qu’il a un meilleur sommeil ou qu’il s’alimente enfin suffisamment, n’est-ce pas une forme de guérison?

Pour un autiste, se sentir mieux dans son corps est une condition essentielle pour qu’il s’ouvre au monde…et que le monde s’ouvre à lui!

L’auteure base son approche sur cinq principes selon lesquels doit s’effectuer tout changement alimentaire: prévenir les carences, adapter nos décisions à notre enfant, développer une relation positive avec la nourriture, identifier les troubles digestifs et les intolérances et, enfin, soulager et soigner.

Un livre unique et complet qui s’adresse aux parents, aux intervenants, aux éducateurs et aux autistes euxmêmes.

 

En plus d'être nutritionniste depuis 20 ans, Marie-France Lalancette se consacre aux enfants, avec des défis alimentaires importants, depuis 10 ans autant à l’Hôpital Ste-Justine qu’en CLSC. Elle est également diplômée en biologie et en sciences de l’éducation. Elle offre des ateliers en ligne et des conférences aux parents et aux professionnels via le portail Passeport Nutrition, un portail d’information fiable en nutrition créé par le Réseau Nutrition Familia, l’organisme qu’elle a fondé et qui regroupe des nutritionnistes se consacrant aux familles. Rédactrice de nombreuses chroniques, elle est l’auteure de deux ouvrages publiés aux Éditions de l’Homme et chez Modus Vivendi.

 
Les perles chez le sexologue

 

par Steve Abadie-Rosier

Une chose est certaine avec Steve Abadie Rosier, c’est qu’il ne laisse pas indifférent.

Petit génie de la psy et des relations humaines, surdiplômé aux multiples visages, le docteur Abadie Rosier est psychotérapeute spécialisé en psychocriminologie et en psychotraumatologie également psychanalyste et sexologue. Auteur déjà de quatre livres dont « Les forteresses psycho pathologiques du sujet criminel » (éditions les neurones moteurs, 2010) qu’il a écrit à 23 ans, il revient cette fois en opérant un grand écart littéraire au travers de son cinquième ouvrage « Les perles chez le sexologue ».

En toute bienveillance, l’auteur a sélectionné le meilleur des mots et maux recueillis lors des consultations au sein de son cabinet, véritable laboratoire et miroir sociétal, anonymisés bien évidemment, aussi impertinents que drôles, parfois très crus et parfois comiques autant que tragiques.

Préfacé par Olivier Macé, écrivain, metteur en scène et Molière de la meilleure pièce en 2001 pour « Ladies Night », ce livre de la célèbre collection « Les perles de… » ouvre une fenêtre sur le quotidien des consultations en sexologie, nous faisant voyager dans le cabinet du praticien qui partage ainsi avec le lecteur ses meilleurs moments sans trahir l’intimité de ses patients.

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 8 sur 463

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Sévérité des parents et troubles anxieux

 

La sévérité extrême de l'éducation parentale causerait des troubles anxieux.
Une recherche (Canada - Québec) a cherché à identifier les marqueurs neurologiques liés à l'association "punitions – troubles anxieux".

Certaines pratiques parentales entraîneraient une augmentation du niveau d'anxiété chez les enfants ; notamment : agripper un enfant par le bras, crier contre lui et le punir à répétition.... De telles pratiques parentales ne sont pas sans risque et seraient associées à l'émergence de différents troubles anxieux chez les jeunes, dont la phobie sociale, l'anxiété de séparation et le trouble panique.

Françoise Maheu, chercheuse au Département de psychiatrie de la Faculté de médecine de Montréal conclut que les pratiques parentales coercitives sont l'une des causes liées à la manifestation de l'anxiété. Il ne s’agit pas de maltraitance ou d’abus physique mais des punitions trop courantes. « Cela ne permet pas d'inculquer une bonne discipline. Au contraire. Il y a des effets psychologiques sur les enfants.»

Depuis 2008, une analyse sur les liens entre le fonctionnement du circuit de la peur et les pratiques parentales coercitives ainsi que l'anxiété vécue par les enfants, est effectuée pour une durée de 12 ans sur groupes de jeunes définis en termes de pratiques parentales coercitives et d'anxiété, analysés en fonction de leurs trajectoires développementales.

Des évaluations sont réalisées, annuellement, depuis l'âge de 5 mois et jusqu'à 12 ans, chez quelque 2.500 jeunes issus d'une cohorte du Groupe de recherche sur l'inadaptation psychosociale chez l'enfant. Ces enfants sont nés au Québec et les mères ont fourni des renseignements par entretiens prolongés sur les pratiques parentales et le degré d'anxiété des enfants et des autres membres de la famille.

L'étude montre que 5 à 7 % des femmes qui ont de nombreuses pratiques parentales coercitives alors que leur enfant est âgé de 5 mois les poursuivent au fil du temps, indique Madame Maheu. D'où l'importance d'intervenir le plus tôt possible afin d'avoir un effet à long terme sur le bien-être des jeunes.»

«Mon hypothèse est neurologique et le circuit de la peur jouerait un rôle. Ce circuit comprend deux structures distinctes : l'amygdale, située dans le lobe temporal médian, et le cortex cingulaire antérieur, localisé à l'avant du cerveau. Ces deux structures sont associées à la peur. Répartis en 4 groupes, 120 jeunes de la cohorte ont accepté des tests par IRM. En observant leur activité cérébrale, Françoise Maheu observe le circuit de la peur et leur niveau d'anxiété. «L'objectif est d’identifier les marqueurs neuronaux en cause chez ces jeunes, qui n'ont pas encore de troubles anxieux déclarés, dans l’objectif de mettre en place des traitements préventifs pour empêcher l'anxiété de se manifester et de persister à l'âge adulte».

"Mon hypothèse est qu'il y aura une différence chez les enfants du groupe témoin dont les parents ne souffrent pas de troubles anxieux. Si c'est le cas, la prédisposition neuronale à l'anxiété aurait donc une forte composante héréditaire(…)" Personne n'a, à ce jour étudié de façon poussée le fonctionnement du cerveau chez les jeunes asymptomatiques dont les parents souffrent d'un trouble anxieux.

 

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy