Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Les dossiers de Conseil-Psy
J'ai été Infidèle, que faire ?

Etre fidèle, préserver son couple, ce n’est pas toujours facile et cela peut arriver d’avoir des moments de faiblesse. Après une dispute, dans un moment de solitude, dans une soirée où on sort sans sa moitié, on trompe son conjoint. Alors que faire, quoi penser, comment réagir ?

La première question à se poser c’est « Est-ce que je l'aime vraiment ? »
Cette question vaut pour son conjoint mais aussi pour l’amant ou la maîtresse d’un soir.

On peut tromper quelqu'un par pure attirance physique pour une autre personne. On peut être infidèle car on ne se sent pas bien dans son couple, sans vraiment mettre des mots sur ce malaise. Souvent l’infidélité peut ouvrir les yeux.

Alors, il est important de se demander pourquoi on a trompé son conjoint. Cela peut parfois éviter des souffrances inutiles.

Cela permet aussi d’orienter la réaction, la décision à prendre : Que faire après l'avoir trompé(e) ? Tout avouer ou au contraire, taire cette aventure ?

Dire la vérité

Après avoir été infidèle, vous vous sentez perdu(e). Vous ne savez pas comment réagir. C'est normal de se sentir mal, dans le flou total. Etre infidèle c’est quitter une situation établie pour découvrir une situation nouvelle, excitante, ou alors angoissante.
Parfois, dire la vérité provoque des surprises. Cela peut permettre une franche explication où chacun a reconnu ses torts et pardonné à l'autre. Cela peut amener à une prise de conscience des problèmes de couple. Tout peut s’arranger mais chacun doit se refaire confiance.
Cela dit, dire la vérité c'est aussi et surtout risquer la rupture.

Garder le silence

Etre honnête, c'est d'abord se laver de toute culpabilité et surtout s’engager (au moins envers soi-même) de ne pas tromper une autre fois son conjoint.
Mais certain(e)s préfèrent garder le silence par peur de la rupture.
Certains diront que ce n'est pas parce qu’il (elle) est infidèle qu’il (elle) n'aime pas son conjoint. En se taisant, rien ne changera dans la relation.
D’autres ne peuvent se passer de plaire, de flirter sans prêter d’importance à ces relations éphémères.
Cependant, beaucoup craignent d’avouer leurs incartades, de peur de perdre l’être aimé.
Dans le couple, il faudrait donc que cela puisse être discuté. Certains font clairement la distinction entre les sentiments forts envers leur conjoint et le besoin charnel, sans implication dans la relation amoureuse initiale. Mais il apparaît clair que ce point de vue mérite d’être partagé, afin de ne pas faire souffrir l’un des deux conjoints.
Cependant, même si se taire semble la solution idéale pour ne blesser personne, il faut avoir en tête que garder le silence peut-être une vraie torture. On aime vraiment quelqu'un, cependant on l'a trompé, et on ne sait plus quoi faire. Certain(e)s culpabilisent et d'autres pas. Le mensonge permet de ne pas faire souffrir l’autre et donc il n’y a pas la culpabilité de rendre l’autre malheureux.
D'autres encore multiplient les aventures sans pour autant s'interroger sur leur comportement. Comme quoi chacun réagit à sa façon, mais il faut tout de même penser à préserver l'autre un minimum....

Seulement, la confiance dans un couple a toute son importance, et la fidélité est en quelque sorte la base de cette confiance. Alors si elle se change en infidélité, cela peut faire basculer tout le reste et par conséquent conduire à la rupture.

La vérité n'est pas toujours bonne à dire. Votre conjoint peut ne pas vous pardonner.
Souvent la perte de l’être aimé sert d’électrochoc…… vous l’aimez réellement et cette infidélité vous a permis de vous ouvrir les yeux. Vos sentiments ont eu besoin de ce conflit pour revenir en force.
Il ne vous reste plus qu’à essayer de reconquérir l’être aimé mais perdu. Cela ne sera pas facile car le fait d’être trompé(e), d’être trahi(e) est très douloureux.

Si cette aventure vous a ouvert les yeux sur votre couple et que vous décidez de rompre, annoncez cette décision en douceur à votre conjoint, en essayant de lui expliquer clairement, mais calmement vos sentiments, ce que cette infidélité vous a révélé. Essayez de préserver votre futur(e) ex conjoint(e). Etre trompé est souvent vécu comme une trahison, une dégradation. Cela peut prendre du temps à panser ces blessures narcissiques particulières.

http://www.conseil-psy.fr/admin/index.php?2009/02/27/38-que-faire-en-cas-d-infidelite

http://www.conseil-psy.fr/admin/index.php?2009/02/27/37-l-infidelite

http://www.conseil-psy.fr/admin/index.php?2009/02/27/36-la-fidelite

 
Les Amours de Vacances : Aventures éphémères ou histoires à suivre ?

Coup de foudre, amourette ou amour fou : les vacances sont la période propice aux aventures sentimentales. Mais ces histoires peuvent-elles ou doivent-elles durer ?

Avec les beaux jours voici revenue la saison des amours. Tous les ans à la même époque, c'est la même chose : à la ville comme à la plage, tout un chacun redevient fringant, charmeur... D'où vient ce phénomène estival ?

Rien n’est du au hasard : durant cette période vouée au repos et à la remise en forme, les conditions de vie sont idéales !

Les « vacances »... un mot synonyme d'insouciance et de rencontres amoureuses, synonyme de redécouverte du temps devant soi, du temps pour séduire.

Les conditions idéales sont vraiment réunies en vacances.
Plus de contraintes horaires, plus de petits tracas du quotidien….. Exit le stress et les soucis, place à la détente ! Vous prenez le temps de vous occuper de vous. Le repos et le beau temps aidant, vous embellissez : plus de cernes, plus de rides, vous voilà plus détendu(e)!
Et qui dit détente dit bien-être et plaisir. L'épanouissement amoureux et sexuel passe par cette détente.
Que du bénéfice pour votre apparence et votre disponibilité. Vous vous étonnez même de craquer facilement : que ce soit au club, à la plage ou en boîte, vous êtes sensible aux sourires qui vous sont adressés.

Pendant les vacances, vous êtes libre de votre temps et libre dans votre tête. C’est le moment idéal pour se laisser aller à l’imprévu et aux nouvelles rencontres. Le temps libre des vacances favorise donc un état d’esprit en demande de découverte et de plaisir.

L’amour et la séduction ne supportent pas d’être confinés dans le carcan du quotidien. Ils ont besoin d’espace pour s’épanouir. Séduire l’autre, se laisser désirer, apprendre à se connaître sont des jeux amoureux qui ne se font bien que dans la durée… Et cela tombe bien, puisqu’en vacances, du temps, vous en avez !
L’activité préférée de l’été ? Traîner au bord de la piscine, rêver aux personnes rencontrées la veille… Mais le temps n’est pas le seul à savoir faire naître l’érotisme et la passion : le climat et le décor favorisent aussi les rencontres romantiques et les grands sentiments.

Chaque jour la vie moderne ne cesse de vous mettre sous tension : embouteillages, rythme de travail. L'excès de stress se révèle un obstacle à la détente.
Sans compter qu'il reste peu de place dans un emploi du temps chargé pour les rencontres et pour les jeux amoureux. Pendant l'année, les rapports amoureux manquent souvent de sensualité. Il faut dire que les soucis, la fatigue sont les pires ennemis du désir.
Les vacances permettent de décompresser.

Les vacances, c'est un entre-deux hors du temps, sans passé ni futur. Vous vivez au jour le jour, c'est si reposant. Vous partagez une passion avec un(e) inconnu(e) : sport, voyage. Peu importent vos situations sociales respectives, les études que vous faites ou vos professions : ce sont les aventures du moment qui vous unissent, et non, comme en temps ordinaire, le milieu dans lequel vous vivez.

L'été et les vacances ensoleillées se révèlent le moment idéal pour réveiller une libido quelque peu endormie !

L’été permet de redécouvrir son corps et de laisser épanouir sa sensualité. L’esprit libéré de toute contingence et le corps ainsi désinhibé sont des conditions idéales aux jeux érotiques et à la découverte du plaisir.

La période estivale est donc synonyme de liberté du corps et l'esprit. Les vacances peuvent être riches en aventures sentimentales. Mais votre idylle est-elle faite pour durer ?

Ces amours de vacances sont elles Le Grand Amour ou une simple illusion ?

Ce partenaire qui vous plaît tant, l'auriez-vous connu en temps normal ? si oui, vous aurait-il attiré ? Se serait-il intéressé à vous ?
Pouvez vous croire à un amour réciproque ? Qu'importe ! Le bonheur n'est pas programmable ; saisissez-le quand il frappe à votre porte ! Pour autant, ne précipitez pas les choses, n'imaginez pas avoir rencontré l'homme ou la femme de votre vie ! Plutôt que de gâcher le présent en envisageant l'avenir, sachez accepter que cette histoire soit éphémère.
Vous n'aviez pas prévu cette relation ? Alors n'en pronostiquez pas la durée ! Profitez des bons moments et si cela se concrétise par quelque chose de solide alors non seulement vous aurez vécu de belles vacances mais vous aurez aussi trouver votre partenaire de vie.

Les amours de vacances ne résistent généralement pas au retour à la réalité ! La parenthèse enchantée s’est refermée, et la vie quotidienne a repris le dessus : fini la bonne mine, vous êtes à nouveau stressé(e), le temps est une fois de plus minuté… C’est une réalité qui n’enlève pourtant rien au charme du flirt estival. Plus l’histoire et courte, plus elle se doit d’être intense : profitez-en alors à 100 % !

Vous vous quittez sur la promesse de se revoir. Mais sachez que souvent, une fois les vacances terminées, les retrouvailles peuvent s’avérer décevantes : celui ou celle, qui vous avait tellement plu pour sa spontanéité ou sa joie de vivre, a complètement changé. Son apparence même s'est modifiée. Finies les sorties jusqu'à des heures impossibles, les fous rires, l’insouciance : il ou elle est redevenu(e) sérieux(se), en réintégrant sa famille, son travail, ses habitudes.

Cependant, même si la plupart de ces romances estivales ne sont pas faites pour durer, pourquoi s'en priver ? Grâce à elles, peut-être apprendrez-vous en adéquation avec vous-même et, du coup, vous rencontrerez le compagnon idéal.

Profitez donc des bienfaits des amours de vacances.
Certes, elles sont souvent éphémères. Pourtant loin de décourager ces rencontres estivales, il est vraiment bénéfique de s'y laisser prendre. En effet, cela est bon pour l'ego, le moral et la santé.

Après ces vacances vous rentrez chez vous reboosté(e), fort(e) d’une confiance nouvelle sur votre potentiel de séduction, prêt(e) à attaquer le boulot en pleine forme… Alors pourquoi s’en priver ?

En tout cas, une règle d’or : se protéger. Les préservatifs ne sont pas réservés aux jeunes ou aux personnes « débutantes ». Au contraire, il est primordial de se respecter et de respecter votre ou vos partenaire(s) de ces amours estivales.

 

 
Votre conjoint est infidèle ? vous êtes infidèle ? Comment réagir ?

Que l’on soit la personne adultère ou celle qui est trompée, comment réagir ?

Souvent, il est de notoriété publique de penser qu’une personne qui a été infidèle, le sera encore parce que elle a en soi de telles insatisfactions qu’elle passera sa vie à quêter et à mendier de l’attention, de l’amour…… Sur un plan purement psychologique et non moral, l'infidélité s’avère être une mauvaise réponse à une bonne question. Le problème est relatif au couple, mais également à soi-même. Parce que l'on a parfois en une sorte de vide existentiel, d'état de manque, de besoin d'être aimé. Il est classique de dire que les « infidèles » sont des personnes en perpétuelle quête de reconnaissance. Il s’agit donc de répondre à cette question : pourquoi ce vide ? La mauvaise réponse est d'aller combler ce vide de partenaire en partenaire, au lieu de faire un travail sur soi. En voyant cela comme une blessure, une faiblesse, on peut arriver à les pardonner et faire en sorte de leur donner confiance en eux.Ainsi, un infidèle peut redevenir fidèle, à condition que les deux partenaires acceptent le fait que le passé est le passé, à condition de ne pas laisser l'imaginaire et les ressentiments altérer le temps présent.

Dire ou ne pas dire ? Certains couples choisissent de tout se dire et d'accepter les entorses à la fidélité conjugale. Mais même dans ces cas de figure, l'adultère au lieu de renforcer le couple et donner un coup de fouet au désir, peut lui être fatal. Le plus insupportable pour celui qui est trompé n'est pas l'aveu de l'acte en lui-même mais la découverte de tous les mensonges et les omissions qui accompagnent presque souvent la tromperie. Celui en qui l'on avait confiance nous a trahi. Cela est un choc, mais aussi une sacrée remise en question, source de doutes et de questionnements. Celui qui apprend qu’il a été trompé, ressent une blessure inévitable pour son narcissisme, son amour propre. Cependant, pour celui qui a été volage, éviter d'aborder le sujet c'est garder pour soi un acte avec lequel on doit vivre au quotidien, dans le mensonge. Cela n’est pas facile et souvent un malaise s'instaure dans la relation. Le couple devient bancal par le fait même de ce blocage de la communication entre les deux partenaires. Si l'on en parle, il y aura certainement une crise dans le couple, mais elle aura le mérite d'expliciter le malaise, le mettre à nu et peut-être le surmonter... Il y a deux sortes d'infidélité : l'accident de parcours et la liaison installée. Si l'incartade est passagère, ou accidentelle, c’est souvent plus facile, car ce n’est pas sur le long terme qu’il faut faire attention à tout. Mais il faut vivre avec ce souvenir, ce fait qui a eu lieu. Alors, pour se soulager, faut-il le dire ou le taire ? A la longue, les ruses, la peur de se faire piéger finissent par créer chez l’infidèle une tension insupportable : cela précipite souvent l’aveu, qui sépare souvent plus qu'il ne répare.
Petite mise en garde contre cette transparence : La confession provoque un drame qui laisse des traces indélébiles. Elle pointe une transgression du contrat de confiance promis dans le couple. La thérapie permet de se remettre en question, pour en tirer une expérience positive.

Comment trouver la force de pardonner ?

Tout dépend de l’importance de la liaison. L’infidélité porte atteinte au sentiment de singularité : avoir été trompée, c’est ne plus pouvoir se penser la seule élue. Or cette conviction est indissociable de l’idée de couple, surtout s’il a prononcé les vœux du mariage ! Souvent on va mal, voire très mal. L’image de soi est mise à mal. Est-il donc possible d’effacer l’ardoise ? Oublier même quand la plaie est à vif ? Le pardon devient pratiquement impossible, lors de multiples trahisons ou lorsque la liaison a été de longue durée. A la douleur d’avoir été trahie à répétition s’ajoute l’humiliation de ne pas avoir eu le courage de rompre.

Comment pardonner quand on se sent trahi(e) ?

Le pardon, ce n'est pas de faire comme s'il ne s’était rien passé C'est prendre conscience de sa douleur, dire à l'autre cette souffrance. Le pardon n'est pas une absolution les yeux fermés mais quelque chose de très conscient, qui exige de s'élever en conscience et de dépasser son ego.

L'amour véritable, c'est le don d'amour. C'est sortir du besoin d'être aimer, c'est à dire de l'immaturité, sortir de la possessivité et respecter la liberté de l'autre. Dans l'absolu, aimer n'a rien à voir avec la possessivité. Aimer véritablement est un don inconditionnel qui n'attend pas forcément de retour. Aimer, c'est aimer la liberté de l'autre. Et cela n’est pas donné à tout le monde car la souffrance provoquée par cette épreuve identitaire qu’est l'infidélité est immense. Pour en sortir, au lieu de subir l'épreuve, il faut considérer que c'est l'occasion de remettre en cause son couple et sa conception de l'amour. Cependant, dans la réalité, il est primordial mais difficile de retrouver la confiance après une infidélité, car il y a quelque chose de cassé. Pour dépasser cela, il s'avère donc primordial de considérer cette épreuve comme l'occasion, la chance d'analyser les problèmes du couple et de révisiter la relation.

Du côté de l’infidèle, il s'agit de se faire pardonner. L’essentiel est de dialoguer. Il ne faut pas se laisser aller à la culpabilisation. Mieux vaut s'attacher à connaître les raisons d'une telle crise conjugale et trouver des solutions. Il faut réfléchir ensemble pour savoir pourquoi cela est arrivé, d’où provient l’insatisfaction. Il s’agit de dépasser la crise aigüe dans le couple, et l'issue à cette crise est de prendre conscience de la notion d’aimer, de savoir vraiment ce que l'on veut dire en disant aimer.Il faut également bien comprendre que le conjoint trompé ressent une blessure narcissique, se sent dévalorisé. Il va falloir reconstruire des relations de confiance.Et si l'amour est toujours là, il faut s'employer à le préserver. Cela ne se fera pas sans mal, ni en quelques jours.L'infidélité atteint l'amour propre, l'ego. Des liens clairs et sains avec son partenaire ne pourront se renouer qu'en dépassant ces blessures d'amour-propre, en se situant dans l'amour véritable, c'est à dire le dépassement de soi, qui n'a rien à voir avec le sacrifice de soi. C'est le dépassement de ses peurs, de ses angoisses, de ses ressentiments et de ses blessures d'enfance.

Une question essentielle pour la survie du couple réside dans le choix de rester ou partir. Pour cela, soit l’infidèle décide de changer et s’en donne vraiment les moyens, notamment en entamant une thérapie, si cela lui apparaît insurmontable, pour le conjoint trompé, il doit trouver en lui cette confiance en soi, qui s’est effondrée de par la trahison. La rupture est parfois la seule solution. Reste à surmonter les obstacles matériels, notamment financiers. De même, le fait de rester pour les enfants est un faux prétexte, et mauvais : quel modèle de couple leur donner en exemple si vous acceptez la situation. Il faut vraiment vous respecter ainsi que les enfants. Se séparer c’est se projeter dans la solitude, alors la liaison sert parfois de tremplin pour conjurer cela et donc précipiter la rupture du couple.

Dans tous les cas, le pire, c’est de se résigner à contre cœur, d’accepter la situation comme une fatalité. C’est baisser les bras non seulement face à ce choc mais aussi par rapport au sens qu’on donne à sa vie. Le risque que le couple sombre dans une indifférence hostile et méprisante est très grand. Cela est très destructeur pour soi mais aussi pour l’entourage, notamment les enfants qui subissent cette mauvaise ambiance. La trahison vous ronge et vous révolte et c’est une réaction saine. Il s’agit de donner du sens à sa souffrance et non y mettre un terme. Certains, cependant, refusent de lâcher prise car ils continuent à croire en leur couple.
Certains, dans le doute, submergés par les problèmes n’osent pas partir et attendent le départ des enfants, la fin des crédits de la maison à payer. Ils perçoivent, au gré du temps que l’ennui grandit, que le fossé se creuse et que le couple s’enfonce dans une sorte de torpeur avec un quotidien dans lequel il n’y a plus de plaisir, mais un état de tension grandissant face à l’ampleur du désert de leur vie affective. Quand le quotidien devient trop assommant et pesant, l’impossibilité de la vie commune devient flagrante et la séparation devient une évidence.

Mais quand l’amour s’en est allé, lorsqu’on n’a plus d’attente, de désir, ni d’espoir à force d’espérer, et l’on prend conscience de l’érosion du couple, de l’accumulation de frustrations et d’humiliations, il est souvent trop tard. Il faudrait réussir à se séparer avant de laisser à la dérive les sentiments et tout ce qu’on a construit. La liaison extra-conjugale peut être un avertissement, un message à entendre pour signifier qu’il est temps de prendre soin de son couple, pour que celui-ci puisse renaître.
Ces situations diverses aboutissent toutes à un constat d’échec aux conséquences quelquefois dévastatrices. La rupture ne peut se faire sans souffrance ! Face à l’échec, de multiples émotions nous assaillent : tristesse, colère, douleur, peur de l’avenir, solitude, confusion concernant des décisions à prendre avec aussi un sentiment d’échec face à nos rêves brisés et nos projets avortés.

Depuis la fin de la relation, la rupture, jusqu’à la phase de reconstruction, il s’agit de négocier avec toute une palette d’ émotions : choc, incrédulité, marchandage, colère, culpabilité, détresse…. L’épreuve est dure mais il ne faut pas sauter d' étape et être patient. Ces étapes sont nécessaires pour se reconstruire, elles offrent aussi une réelle opportunité pour redéfinir de nouvelles valeurs.

http://www.conseil-psy.fr/admin/index.php?2009/02/27/37-l-infidelite

 
Etre fidèle

De nos jours, l’évolution du couple, de la famille, est flagrante. Les fameux liens "sacrés" du mariage ne font plus rêver, contrairement à l’union libre. Qu’en est-il de la fidélité ? Celle-ci est-elle amenée à disparaître, notamment du fait des nouvelles technologies (téléphone portable, internet…) qui facilitent le papillonnage ? Comment s'inscrit-elle ou non dans l'histoire d'un couple ?

La fidélité semble être une valeur de nombreuses sociétés occidentales ; rappelons-nous que cette notion a initialement été créée par l'homme pour s'approprier le sexe et le ventre des femmes, puis a été érigée en vertu par l'église pour maintenir en place un système patriarcal. En fait, qu'est-ce que la fidélité ?
Etre fidèle, pour les plus "fanatiques", c'est consacrer toute son affection et tous ses désirs à une seule personne. C’est l’union absolue et sans concession. Cela inclut la non différenciation de la fidélité du cœur et la fidélité du corps. En effet, sur le plan de l'absolu de l'amour, la fidélité est totale, corps et âme. Par contre, certaines personnes sont capables de partager leur corps, tout en gardant leur âme acquise à l'autre, c'est une question de structure mentale, cependant il existe le risque d'être emporté par une passion sensuelle et d'aboutir à des situations douloureuses.
Pour d’autres, la fidélité est une manière de prouver à l'autre qu'on l'aime. Alors que dans l'amour, il ne devrait pas avoir de telles preuves à donner.
Il est également préférable de regarder la fidélité par le prisme du respect de soi et de l’autre plutôt que de la considérer comme une question de moralité. Car là les divergences peuvent être multiples selon la culture, la religion.......

La notion de fidélité est-elle universelle ? La notion de couple n'existe pas dans toutes les sociétés. En occident, on aime son conjoint, ses enfants, mais on ne rêve que d’aventures et d’espace, notamment pour fuir la claustrophobie conjugale. On rêve d'exclusivité avec son partenaire, mais on expose une sexualité d’humeur vagabonde. On balance entre deux hypocrisies : le tout-interdit et le tout-permis. La fidélité n'est plus ce tabou qui malmenait les consciences, et bafouait l'honneur conjugal. La fidélité est un idéal à atteindre, il faut donc placer la barre très haut, pour mettre fin aux tentations, de plus en plus nombreuses (travail, internet, sorties diverses et variées...).

La fidélité est facile tant qu'on est amoureux. Le problème se pose quand on le devient un peu moins. La fidélité reste alors possible, mais cela s'avère pas facile. L'amour est un chemin initiatique. Nous sommes tous dans le besoin d'être aimé. Nous sommes à la recherche et en besoin d'amour. Mais aller le chercher en multipliant les partenaires révèle une forme d'immaturité affective. Il faut sortir du besoin d'être aimé, pour s'aimer soi-même et ainsi accéder au véritable amour.

Chaque couple doit créer son histoire mais aussi sa base. Et cela à partir de valeurs communes. L’essentiel est d’en parler, de ne pas laisser de malentendus et d’incompréhensions. Délestée du poids de la morale judéo-chrétienne, et grâce aux progrès de la contraception, la fidélité n'est plus liée à la sexualtié, mais se recompose sous une forme plus laïque, spirituelle. Chacun définit son contrat, ce qui est permis ou non. Les deux éléments du couple doivent être d’accord sur telle ou telle option pour éviter toute souffrance ultérieure.

 

 
Mon conjoint est infidèle

L'infidélité est l’une des crises majeures que peut traverser un couple, mais aussi l'une des plus douloureuses. Elle n’est plus l’apanage des hommes par contre, elle n’ est souvent pas la même : plus accidentelle pour les hommes, et souvent plus calculée et réfléchie chez les femmes. L'adultère n'est plus puni, et devient aujourd'hui une affaire strictement privée. D'ailleurs, cela fait longtemps qu'on ne dit plus «adultère» ni «flagrant délit» au sujet des frasques extraconjugales.

L'infidélité est souvent le reflet d’un problème perdurant au sein du couple, mais elle révèle souvent également l’existence d’un conflit à l'intérieur de soi. Il est donc essentiel de s'interroger sur le pourquoi de l'infidélité, tant du côté de celui ou celle qui trompe son partenaire que de celui ou celle qui est trompé.
Pour certains d’ailleurs, l'infidélité peut s'avérer une crise salutaire pour le couple, une occasion réelle pour faire le point et repartir, ensemble, dans une même direction. il s’agit alors de considérer ce bouleversement comme une chance pour essayer de mieux se comprendre et d'avancer.
Cependant, par les émotions, les remaniements personnels qu'elle entraîne, l'infidélité reste un bouleversement qui peut causer autant de bonheur que de dégâts irréparables.

En mettant de côté le plan moral et en se basant sur un plan purement psychologique, l’infidélité commence lorsque dans notre tête, on n'est pas avec la personne présente mais avec quelqu'un d'autre. Faire l'amour en pensant à quelqu'un d'autre, c'est déjà de l'infidélité. Par contre, éprouver de la tendresse pour quelqu'un, ce n'est pas de l' infidélité si les gestes sont exempts de désir. Souvent, dans l’infidélité, de toute façon, on se trompe soi-même, mais il n'y a pas à culpabiliser.

Pourquoi de nombreux couples connaissent l’infidélité ?

Le plus souvent, on pense que l'insatisfaction sexuelle est le moteur de la relation extraconjugale, ou que celle-ci résulte d’une perte de désir d’un des deux partenaires ou du couple lui-même. En tout cas, les raisons peuvent être multiples : l'ennui, combattre la routine du couple (ou la redouter), le coup de foudre, le plaisir de la transgression, le goût de la vengeance, chercher ailleurs tendresse et attention …

Un adultère n'est jamais anodin. Il s'agit d'un signal d'alarme qui indique un problème de couple : la perte du désir sous la pression anesthésiante de l'habitude ou un besoin profond d'espace personnel, par exemple. L’amant ou la maîtresse comblerait tous les manques, les angoisses et les désirs.

L'amant(e) serait le dopant du mariage, aussi efficace que le Viagra? Faire ménage à trois serait le seul moyen de réveiller sa vie à deux. Certains avancent même des vertus thérapeutiques sur la libido conjugale.

Le passage à l'acte se prépare longtemps à l'avance, sur le terrain inconscient des rêves, des fantasmes, des frustrations. Dans la majorité des cas, ce qui est en ressort, c’est que l'origine du comportement adultère vient d’un conflit datant de l'enfance, un besoin de réassurance narcissique. Plus rarement ce serait réellement un problème d'origine sexuel qui amènerait à l’infidélité.

Ce qui est nouveau, c’est que les femmes sont en train de rattraper les hommes. Cependant, pour les hommes, il s’agit souvent de se rassurer sur leurs performances, sur leurs capacités à séduire…..C'est aussi le fantasme de la madone et de la putain: d'un côté, la femme légitime, aimée ; de l'autre, la maîtresse, « baisée ». Pour les femmes, le principal est tout autant le plaisir charnel qu'une écoute, une attention, ce qu’elles ne retrouvent plus chez leur mari.

La tromperie est un acte de compensation aux frustrations conjugales. Mais inconsciemment, on trompe l'autre pour le punir de ses défaillances, parce qu'on se sent délaissé ou injustement traité.

Les adultères sont plus fréquents entre 30 et 50 ans tant chez les hommes que chez les femmes. C’est une période de doute quant à sa capacité de séduction. La confiance en soi a besoin d'être restaurée en se confrontant à quelqu’un de nouveau. Tout pour se prouver qu'on plait, et séduire, avec l'insouciance des 20 ans. Une sorte de conjuration face à la vieillesse encore lointaine mais inexorable.
Le couple est également en danger pendant la grossesse et immédiatement après la naissance d'un enfant. Si les deux partenaires n'y prennent garde, leur intimité peut être perturbée par la présence du bébé. Certains hommes ont du mal à faire l'amour à leur femme quand elle est enceinte ou après l’accouchement. Ils expliquent souvent qu'ils ne trouvent plus en leur femme toute la séduction qu'elle déployait au début. Ainsi, ils en viennent à la considérer davantage comme une mère. Souvent, ils ne veulent pas la quitter pour ne pas la faire souffrir et maintenir une stabilité chez l'enfant. Mais il faut savoir que c'est un faux prétexte car l'enfant sera plus heureux avec des parents séparés qu'avec des parents qui se disputent constamment. Certaines femmes, nouvellement mères, se consacrent exclusivement à leur enfant à la naissance de celui-ci. S’ajoute à cela la difficulté parfois à retrouver une image satisfaisante de leur corps... Les femmes qui sont infidèles peuvent aller chercher dans le regard d'un autre ce qu'elles ne trouvent plus dans les yeux de leur partenaire. Souvent aussi, mais cela est valable autant chez les hommes que chez les femmes, la santé sexuelle du couple chavire et elles ont besoin d'un petit coup de piquant pour la relancer. Pendant la période qui entoure la naissance d'un enfant, le couple doit s'efforcer de préserver des espaces de tendresse, d'échange et d'intimité. Sinon, le fait d’être devenu parent risque d’évincer totalement la sexualité et la sensualité.
L'infidélité peut survenir à cause d’un trouble sexuel, culpabilisant l’un et lassant l’autre. Dans ce cas précis, il est salutaire pour le couple d’aller consulter ensemble un spécialiste afin de trouver une solution satisfaisante pour les deux partenaires et pour que ceux-ci puissent exprimer leur vécu face à l'autre.
Chaque couple et même chaque individu donne un sens très personnel à l'infidélité. Est-elle la violation d'un serment social, religieux, sacré? Un petit écart sans lendemain ni conséquence, qui ne fait de mal à personne ou vraiment un coup de canif définitif dans le contrat conjugal?

L’incartade amoureuse est acceptée par la société, mais pour l’individu qui la subit, elle est insupportable. L'adultère incarne désormais l'expression d'une liberté mais peut entraîner une réaction radicale chez le/la trompé(e). Il reste d'ailleurs le motif principal de divorce. Personne n'en sort indemne : il y a toujours de la culpabilité et presque toujours une victime. La personne trompée se sent foudroyée par une blessure narcissique, comme si elle n’existait plus car n’existe plus pour le conjoint (en tout cas dans ses désirs). Parmi les causes d'infidélité, on a énoncé le tiédissement des sentiments et une frustration sous-jacente. Cependant, la réponse n'est pas forcément une aventure extraconjugale. Il faudrait analyser la situation dans le couple et de trouver les moyens d'être satisfait. Néanmoins, on ne peut pas grand chose contre le besoin d'exotisme, le besoin d'aventure. Mais encore faut-il être conscient, que pour assouvir ce besoin, on risque d'entrer dans des situations qui s'avèreront douloureuses.

L'adultère ne résout pas les problèmes du couple. Il est seulement l'indicateur de l'usure conjugale. Il révèle souvent un état de manque profond, qu'il faudrait peut-être analyser par un travail personnel. Et cette quête permanente de l'homme que mènent certaines, traduit sans doute un manque d'amour de soi et d'affirmation.

L'infidélité serait-elle thérapeutique ? Certains lui prêtent cette vertu. En effet, dans certaines circonstances, elle permettrait, en effet, de prendre du recul sur son quotidien... pour s'apercevoir ô combien finalement, on est bien dans son couple ! Cependant, entre l'infidélité qui va ressouder le couple et celle qui va l'éclater, très peu d’écart….. Rien n’est jamais sûr !!! Mais il apparaît que, souvent, lorsqu'un partenaire est infidèle, il lui arrive de réévaluer ses sentiments et de constater qu'il tient finalement à sa vie actuelle et son conjoint. Cela permet parfois de prendre un recul nécessaire afin de tirer un bilan plus positif de son quotidien. L’adultère amène une bouffée d'oxygène, quand un couple est en crise En s'éloignant du couple en souffrance, il pourra retrouver une harmonie après avoir relativisé les problèmes du couple. Cela permet de faire une mise au point. Mais attention, cela n’est pas un conseil, ça fonctionne pour certains mais cela peut mettre un point final à une union pour d’autres.
Les progrès techniques apportent de nouvelles formes d'infidélité, notamment la "cyber-infidélité", à portée d’écran, sans sortir de chez soi... Il existe même des agences spéciales qui fournissent des "alibis" pour "tromper" en toute sécurité. Si la ruse se perfectionne, quel combat permanent pour vivre dans la dissimulation. L'infidèle doit manier la double vie avec précaution parce que apprendre la trahison de son conjoint est toujours un choc.

http://www.conseil-psy.fr/admin/index.php?2009/02/27/38-que-faire-en-cas-d-infidelite

 
<< Début < Précédent 481 482 483 484 485 486 487 488 489 490 Suivant > Fin >>

Page 482 sur 499

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Mon bébé pleure, pourquoi?

Journée PMI, le samedi 29 mai 2010, organisée par le Conseil Général des Hauts de Seine.

Les pleurs des nourrissons ou les larmes des jeunes enfants sont compliqués à interpréter tant que les enfants n'ont pas les capacités pour exprimer clairement la cause de leurs cris et pleurs. Cette incompréhension est souvent source d'anxiété pour les jeunes parents. Les pleurs provoquent des inquiétudes et souvent des incertitudes sur les bonnes façons de réagir à ceux-ci.

Les tous-petits pleurent pour se faire entendre et exprimer un inconfort, une insatisfaction ou de la douleur. Quand ils crient beaucoup, ou pleurent sans raison apparente, il est souvent difficile de les consoler.
Les parents se posent des questions et se demandent s'il faut prendre bébé dans les bras, le laisser pleurer.... etc.

Pour répondre à tous ces questionnements, 150 professionnels de la petite enfance (psychologues, médecins, puéricultrices...) se mobilisent le samedi 29 mai de 10h à 17h.

Vous êtes donc attendus en famille au centre de PMI le plus proche de chez vous. Vous y trouverez un espace dédié aux pleurs des bébés, un jeu pour les plus grands, un coin lecture pour tous.

La Protection Maternelle et Infantile (PMI) est à la disposition des familles pour tout ce qui concerne la santé et le développement des enfants de moins de 6 ans.

La PMI suit les enfants en collaboration avec les crèches et les écoles maternelles. Elle propose un accompagnement aux femmes enceintes pendant leur grossesse. Elle offre une aide aux pères et aux mères dans leur rôle de parents.

 

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy