Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Les dossiers de Conseil-Psy
« Santé mentale : comment en parler sans stigmatiser ? »

Du 15 au 21 mars : semaine d'information sur la santé mentale. Pour combattre les idées reçues et informer le grand public sur la réalité des différents troubles psychiques comme la dépression, les troubles anxieux et les troubles alimentaires, les professionnels de santé, les patients et leur proche organisent toute cette semaine, une campagne d’information.

Le thème de cette année amène le questionnement sur comment en parler sans que cela désigne ou exclue les personnes concernées ? Comment en parler tôt pour en parler à temps ? L’objectif est d’informer sans dramatiser, de rassembler, d’aider au développement de réseaux de solidarité et de faire connaître aux personnes qui en ont besoin les moyens et les éventuels lieux de soutien.

Pour en savoir plus sur les différentes manifestations et les lieux de rencontre, rendez-vous sur le site www.unafam.org

 
Emotional Freedom Techniques (E.F.T.)

Stage de formation : base et intégration de cette technique.

L' EFT est souvent comparée à de l'acupuncture ... sans les aiguilles.

L'objectif est de désactiver les émotions désagréables, ou de s'en libérer en tapotant avec les doigts sur une série de points situés sur le visage, le haut du corps et les mains. Cette technique semble efficace, rapide, non douloureuse... et simple à utiliser pour vous-même.

Si vous êtes intéressé(e) par l'apprentissage de cette technique énergétique de gestion des émotions, un stage de formation d'une journée (Base & Intégration de la technique Emotional Freedom Technique) est programmé le Lundi 26 Avril ou Mercredi 26 Mai à Bois d'Arcy (près Versailles, Yvelines).

http://www.vcesario.fr/4.html

 
Tout sur la PNL

-Enchantement- (Laurence Gentil, art-thérapeute)

La Programmation Neuro Linguistique existe depuis plus de 25 ans. Elle est utilisée par les plus grandes entreprises comme par des centaines de PME, par des sportifs de haut niveau ( Tennis, Rugby, 110 mètres haies, judo, golf etc.) mais aussi par des enseignants et des parents pour l’éducation des enfants de tous âges, comme par des milliers d’autre gens de tous horizons.

Négocier, apprendre, former, communiquer, changer, choisir, diriger et se diriger, se connaître, autant de processus et d'apprentissages que chacun de nous peut améliorer grâce à la pratique de la PNL, mode d’emploi du cerveau.

Voici 7 domaines clés où la PNL apporte des outils efficaces :

Communication

Communiquer de façon claire et efficace. Surmultiplier votre impact relationnel en exerçant une influence positive dans votre milieu. Négocier et partager les idées.

Confiance en soi

Acquérir un ensemble de guides d'action qui vous permettent de définir vos objectifs avec précision et les atteindre à coup sûr.

Qualité relationnelle

Apprendre à négocier gagnant/gagnant. Développer des relations constructives et épanouissantes avec votre entourage.

Excellence

Connaître et reproduire vos stratégies d'excellence - et celles des autres - pour fonctionner en haute performance dans les domaines de votre choix et donner le meilleur de vous même.

Vision du monde

Intégrer un ensemble de principes et de présupposés qui permettent d'enrichir votre vision du monde et développer votre flexibilité dans le respect et la tolérance des autres.

Direction de vie

Choisir et créer la vie que vous voulez pour vous. En devenir pleinement l'auteur et l'acteur.

Développement personnel

Choisir ses émotions, changer les comportements et les habitudes qui nous limitent.

La Programmation Neuro Linguistique est un ensemble de modèles descriptifs des structures de la subjectivité de l’expérience humaine.

C’est en fait une nouvelle approche du comportement et du psychisme humain, synthèse pragmatique de différentes théories et courants de pensées. Elle se situe au carrefour de la psychologie, des neurosciences, de l’anthropologie, de la cybernétique et de l’intelligence artificielle.

C'est l’idée que l’Homme n’opère pas à partir des propriétés objectives de son environnement, mais bien à partir d’une représentation qu’il s’en fait et qu’il crée.

A qui s'adresse la PNL ?

A tous les communicateurs professionnels : managers, chefs du personnel, cadres, formateurs, commerciaux, etc.
A tous les professionnels de la relation d’aide.
A tous les enseignants et parents soucieux d’apprendre à leurs enfants d’apprendre à apprendre.
A toutes les personnes soucieuses de leur développement, leur potentiel, leurs ressources et émotions, leur harmonie.

www.pnl.fr



 
L’hypnose contre la douleur

La pratique de l’hypnose « se développe progressivement (à l’hôpital), notamment pour traiter la douleur et le stress des enfants ».

Un « travail (est) effectué depuis une dizaine d’années par des médecins et psychologues, qui font peu à peu entrer l’hypnose dans les box d’urgence et les chambres d’hôpital ».

« A Robert-Debré (Paris), plus d’une centaine de soignants ont reçu une formation ces dernières années. C’est également le cas dans les hôpitaux de Lyon, et dans certains services pédiatriques de Montpellier, où de plus en plus de personnels se familiarisent avec les techniques de l’hypnoanalgésie ».

Le but est de « réduire la douleur du patient en focalisant son attention sur autre chose. Des techniques autrefois décriées mais aujourd’hui réputées très efficaces ».

« L’utilisation de l’hypnose pour réduire la douleur de l’enfant est encore marginale à l’hôpital. Mais il faut dire que la prise en charge de la douleur de l’enfant ne date que des années 1980 ».

Fanny Nusbaum, psychologue clinicienne et chercheuse à l’université de Lyon, « vient de réaliser une étude sur les mécanismes de l’hypnose, qui démontre son efficacité contre la douleur ».

Fanny Nusbaum explique : « Nous avons étudié 14 patients souffrant de douleurs lombalgiques chroniques. Pour chacun, nous avons suggéré un soulagement de leur douleur, d’abord en état d’éveil puis en état d’hypnose, en comparant l’activité cérébrale dans les deux états de conscience ».

« Il y avait une baisse plus importante de la douleur sous hypnose. En éveil, avec une suggestion analgésique, la douleur a baissé de 28% en moyenne. En hypnose, elle a baissé de 64% ».

Cette étude « valide un nouveau champ de soins pour ceux qui ne parviennent pas à être totalement soulagés par les médicaments, et cela dans tous les domaines : les douleurs lombalgiques, mais aussi migraineuses, articulaires, neuropathiques… ».

(informationhospitaliere.com)

 

 
Psychiatrie : le tout sécuritaire ?

Projet de loi relatif aux droits et à la protection des personnes faisant l’objet de soins psychiatriques et leurs modalités de prise en charge, Union syndicale de la Psychiatrie ; Collectif psychiatrie, Psychiatrie : circulaire du 11 janvier 2010 : Hospitalisation d’office.

Le conseil des ministres a examiné mercredi 5 mai, le projet de loi relatif aux droits et à la protection des personnes sur les modalités de l'hospitalisation d'office (HO) en psychiatrie.

Un durcissement est attendu et était discuté depuis de longs mois par les médecins et professionnels en psychiatrie, notamment au sujet de l'Hospitalisation d’Office “simplifiée”, soins sous contraintes élargis à la ville, impossibilité de sortir d’HO sans décision du Préfet...

Cette réforme soulève quelques questions au sein de la profession : quel recours si désaccord entre le Préfet et le collège de soignants ?, les soignants sont-ils chargés de contrôler l'ordre public ? ...

Les principales mesures sont les suivantes :

- Le projet de loi poursuit la ligne du projet présenté en 2008 par Nicolas Sarkozy et de la récente circulaire du 11 janvier 2010 laissant aux Préfets la décision finale sur les sorties d’essai, une circulaire qui avait inquiété psychiatres et soignants donnant priorité à l’analyse de l’état clinique du patient plutôt qu’à une volonté de contrôle social. Cette réforme annoncée par le Président, concerne près de 70.000 patients par an qui souffrent de troubles mentaux rendant impossible leur consentement aux soins. “Tout en garantissant aux patients le respect de leurs droits fondamentaux et de leurs libertés individuelles, cette loi doit permettre une meilleure qualité des soins psychiatriques et garantir la sécurité du patient et celle des tiers” (Elysée).

- L’hospitalisation sans consentement toujours possible sur demande d’un tiers, devient également possible, par seule décision du corps médical et sans l'accord d'un tiers. L’entrée en HO peut s’effectuer sur demande d’un tiers sans second certificat médical. Les principales motivation d’HO restent le trouble grave à l’ordre public et la nécessité de soins immédiats, conformément la loi du 4 mars 2002.

- Les soins sous contrainte sont élargis à la ville : Le remplacement de la notion d’hospitalisation par celle de « soins », ouvre la possibilité d’une prise en charge en hospitalisation ou en soins ambulatoires : jusque-là pris en charge à l'hôpital psychiatrique, les soins sous contrainte sont élargis à la ville. (Cependant est-ce réaliste de containdre un patient atteint de troubles psychiques, à se soigner, en dehors de l'hôpital?)

- Seules des sorties de courte durée d’une durée de 12 heures maximum subsistent, c’est donc un durcissement par rapport à la précédente circulaire du 11 janvier 2010. Un collège de soignants (deux psychiatres et un cadre infirmier) fourniront un avis médical aux préfets sur les sorties de l’hôpital pour les patients placés en hospitalisation d’office. Sur ce point, la circulaire laissait diligence au Prefet d’autoriser les sorties: « l’appréciation de l’état de santé mentale de la personne revient au seul psychiatre, en revanche il appartient au Préfet d’apprécier les éventuelles conséquences en termes d’ordre et de sécurité publics ». En conclusion, une fois en HO, le malade ne peut quitter l'hôpital jusqu’à décision du préfet sur proposition du Collège de soignants ou du Juge.

Ce projet de loi est condamné par certaines organisations de psychiatres et de soignants pour sa “dérive sécuritaire” et sa “banalisation de la contrainte” mais il recueille l’agrément de l’Union Nationale des Amis et Familles de Malades psychiques.

(santelog.com)

 
<< Début < Précédent 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 Suivant > Fin >>

Page 458 sur 471

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Qu'est ce que la néophobie alimentaire ?

 

Cette peur de la nouveauté en matière d'alimentation apparaît le plus souvent chez l'enfant à partir de 18 mois.


L'enfant, à partir de cet âge, a l'aptitude à rejeter tout aliment inconnu qui ne correspond pas à ses préférences alimentaires. Du jour au lendemain, son bel appétit disparaît et l'enfant refuse de gouter ce qu'on lui propose.

Les parents peuvent s'en trouver déroutés ou même s'inquiéter.

Cependant, il n'y a aucune raison de paniquer. La néophobie est donc un trouble alimentaire qui se définit par la crainte et le refus de goûter de nouveaux aliments. Ce trouble correspond à une phase normale de développement de l'enfant.

La néophobie peut avoir plusieurs causes :

- L'enfant a envie de s'affirmer et d'exprimer son indépendance envers ces parents en appliquant le pouvoir de dire "non". En effet, l'enfant exprime ainsi sa prise d'autonomie par rapport à maman et papa.

- Il recherche la sécurité dans le domaine alimentaire. Lors de cette période, l'enfant peut aussi prendre conscience des dangers et développent une crainte face à de nouveaux aliments.

- Il a besoin de confiance pour ne pas se bloquer devant un aliment inhabituel.

La néophobie est souvent d'origine génétique, elle frappe surtout les enfants entre 2 à 10 ans. Un pic semble avoir lieu entre 4 et 7 ans.

Quelles que soient les causes de ce trouble, les conséquences peuvent être catastrophiques sur la santé de l'enfant. Car elle touche généralement les légumes et fruits qui sont riches par les éléments nutritifs qui aident l'enfant à se prévenir de certaines maladies et surtout à bien grandir. Donc il est nécessaire d'aider son enfant à élargir ses goûts alimentaires et atténuer cette néophobie.

Pour cela :

- Il faut obliger l'enfant à gouter un petit peu de tout, sans le forcer à continuer.

- Lui parlez des bienfaits des légumes et fruits pour la santé.

- Lui permettre le droit d'avoir un ou deux dégouts alimentaires et les respecter.

- Ne jamais le forcez à terminer son assiette s'il n'a plus faim.

- Essayer toujours de varier son alimentation : textures, couleurs, modes de cuisson, présentations...

- Lui montrer que l'aliment est bon et que les adultes prennent plaisir à le manger.

- Ne perdez pas patience lorsque vous présenter un aliment au repas autant de fois qu'il le faudra pour qu'il l'accepte.

- Enfin, ne dramatisez pas les repas s'il fait une petite crise, c'est presque un passage obligé.

- Associer votre enfant à la préparation du repas, aux courses, au choix du menu.......

Il s'agit de faire face en trouvant un bon compromis.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy