Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Les dossiers de Conseil-Psy
Les méthodes pour se relaxer

 

Selon le thérapeute que vous consultez, la technique de relaxation utilisée ne sera pas la même.


Les principales techniques de relaxation sont les suivantes :

Hypnose :

Le sujet est plongé par suggestion dans un état de somnolence, ses muscles se relâchent, sa respiration se régularise, il va peu à peu se dégager de son environnement tout en restant en contact avec le praticien. Au bout de 10 minutes, il entre en hypnose. Des suggestions vont être faites pour amener le patient à un mieux-être. Après trente minutes environ, le praticien réveille son patient par étapes et lui demande de parler des sensations éprouvées pendant la séance. Au bout de quelques séances, le sujet se trouve dans un état physique et psychique nettement amélioré. Cette méthode a le mérite de faire accéder le sujet à son inconscient. Des conflits anciens et oubliés, des souvenirs pénibles et occultés, des fantasmes, des rêves remontent à la surface et sont traduits en mots par le sujet jusqu'à ce qu'ils perdent leur pouvoir de nocif.

Sophrologie :

Cette pratique tend à faire accéder le sujet à un niveau de conscience particulier, ligne crépusculaire entre veille et sommeil. Il s’agit de passer par des modifications des états de conscience et par des modifications des niveaux de vigilance.
Le thérapeute emploie un ton de voix neutre et régulier, propice à un état de relâchement. Guidé par la parole du thérapeute, le sujet se prête à un mode de respiration particulier ainsi qu'à des phases de méditation qui favorisent la détente corporelle. Surviennent alors des sensations, des émotions désagréables, des expériences douloureuses concernant le passé, des peurs de l'avenir. Le pratiquant est invité à revivre ces scènes ou à s'y projeter puis, par son discours activateur, le thérapeute procède au déconditionnement du sujet dont le vécu négatif est converti en pensée positive.
La suggestion thérapeutique est bien le contenu de la sophronisation. La levée de l’angoisse apportée par la sophrologie améliore l’asthme, réduit les tensions artérielles, remédie à certaines maladies dermatologiques non infectieuses, peut diminuer des troubles rhumatismaux ou même intervenir dans le domaine de l’obstétrique : l’accouchement sophronique est l’objet d’une légitime demande.
C’est en se prenant en charge que l’individu peut prétendre à son propre épanouissement : un esprit sain dans un corps sain. La sophrologie peut contribuer à cette approche. Attention ! Exiger comme praticien un sophrologue ayant une formation rigoureuse.

Musicothérapie :

Cette méthode thérapeutique repose sur le processus de la visualisation dans un contexte musical : la harpe suggère des rivières, des fontaines dans un paysage de campagne tandis que des chants d'oiseau évoquent l'été, les arbres… Soutenu par la musique, le pratiquant évacue les tensions psychiques et corporelles dues à des facteurs déstabilisants (hyperactivité, stress, bruit), tout en retrouvant la dimension harmonieuse de sa personnalité.

Reiki :

Il se pratique en institut à raison de séances d'une heure. La personne est allongée, les yeux fermés, tandis que le praticien procède par imposition des mains sans jamais toucher le corps. Il y a transfert d'énergie entre lui et le patient. Le corps reçoit les forces dont il a besoin en réagissant par des impressions de chaleur, de froid, de picotements. La sensation de détente est immédiate. Reste ensuite à traduire en mots les messages émis par le corps pendant la séance. Le reiki constitue une des multiples approches de la bioénergie.

Training autogène :

Cette méthode fait appel à l'autonomie du sujet. En effet, celui-ci est entraîné par son thérapeute à l'auto-hypnose et à des exercices quotidiens. Lors de la séance, la concentration mentale est favorisée par des formules répétitives. Assis ou couché, les yeux fermés, le patient se concentre sur un membre pour en sentir la lourdeur. Sur l'indication du thérapeute, il contrôle sa respiration et ses battements cardiaques, puis il se focalise sur son plexus solaire comme source de chaleur et son front comme source de fraîcheur jusqu'à ce qu'un nouvel équilibre émotionnel apparaisse, avec des répercutions physiologiques : chaleur et fraîcheur se diffusent dans le corps, remplaçant la lourdeur par la légèreté. Les sportifs de haut niveau font appel à cette méthode privilégiée.

Pour réussir une thérapie par la relaxation, le pratiquant doit se donner la faculté d'abandon à la technique proposée, et avoir confiance envers le praticien et en son propre pouvoir. Ainsi, la relaxation permet de lutter efficacement contre bien des maux, notamment le stress.

http://www.conseil-psy.fr/admin/index.php?2009/03/21/84-comment-se-passe-une-seance-de-relaxation

 

 
Burn Out, que faire ?

 

 

En aucun cas, on ne peut laisser une personne souffrant de burn out dans son milieu professionnel.



Certaines professions semblent plus « à risque » que d'autres, notamment celles :

- à fortes sollicitations mentales, émotionnelles et affectives ;

- à forte responsabilité notamment vis-à-vis d'autres personnes ;

- où les objectifs à atteindre sont difficiles, voire impossibles ;

- où il existe un fort déséquilibre entre les tâches à accomplir et les moyens mis en œuvre dans ce but ;

- où il existe une ambiguïté dans les postes ou un conflit de rôles.

De même, certaines personnes seraient plus « à risque » que d'autres :

- une personnalité ayant des idéaux exacerbés de performance et de réussite ;

- une personnalité liant l'estime de soi et ses performances professionnelles ;

- une personne sans autre centre d'intérêt que son travail ;

- une personne se réfugiant dans son travail et fuyant les autres aspects de sa vie personnelle.

La première chose à faire est de demander un arrêt maladie à son médecin traitant. En effet, lorsqu'il y a réellement burn out, il y a incapacité à travailler.

Après, il s’agit d’entreprendre un traitement médicamenteux et une psychothérapie.
Cette période de « soin » est plus ou moins longue. Le stress est devenu chronique et cela prend plus de temps que de soigner une crise aigüe de stress. Une aide auprès d’un professionnel semble pertinente et alors une thérapie est préconisée. Celle-ci permettra au patient de redéfinir ses priorités de vie en apprenant à faire une différenciation entre vie professionnelle et vie privée. Cela permet de relativiser les choses importantes, de prendre du recul quant à l'investissement personnel dans sa profession. Il s'agit de comprendre pourquoi le travail a pris cette place importante, pourquoi la personne s'investit autant. De même, la personnalité joue un grand rôle et une réflexion sur soi est souvent nécessaire.De même, un travail psychique sur l’estime de soi et sur la relation avec autrui semble nécessaire pour réapprendre à vivre en société et naturellement reprendre le chemin du travail dans de bonnes conditions.

Et même après être sorti de ce burn out, une difficulté reste encore à surmonter : il s’agit de la reprise d'une activité professionnelle. Souvent, la personne qui a souffert du burn out, a perdu l'estime de soi et doute de ses capacités à retravailler. Il s'agit aussi de préparer le salarié à faire face à ses collègues mais surtout à sa hiérarchie et/ou savoir affronter la pression, la gérer tout en se préservant.

Je précise que dans quelques cas, plus rares heureusement, le burn out peut entraîner la mort. Au Japon, le « Karoshi » a déjà touché plusieurs milliers de personnes et est considéré comme une maladie professionnelle. Ce syndrome dit "de mort par surmenage" est le degré le plus absolu du burn out. La mort résulte de la destruction des glandes surrénales, qui engendrent le stress. Ces dernières fonctionnent de façon intensive en période de stress puis, ne pouvant plus fournir les hormones, s'autodétruisent. Rassurez-vous, le Japon est un pays à part du point de vue travail, conscience professionnelle, investissement dans la carrière, productivité, réussite……. aucun cas n'a été identifié en France pour l'instant.

 
Petits tests psychologiques....pour bien commencer les vacances!

 

Pour avoir un aperçu de votre personnalité (bon ok c’est pas très scientifique) en s’amusant !!!!!


TEST 1 : C'est l'histoire d'une jeune fille. Aux funérailles de sa mère, elle aperçoit un jeune homme qu'elle ne connaissait pas. Elle le trouve fantastique, l'homme de ses rêves quoi. C'est le coup de foudre, elle en tombe éperdument amoureuse. Quelques jours plus tard, la jeune fille tue sa propre soeur.

Question : Pour quel motif a-t-elle tué sa soeur?

N'ALLEZ PAS TOUT DE SUITE plus bas pour lire la réponse. Réfléchissez d'abord à votre propre réponse à la question.

Réponse : Elle espérait que le gars se pointerait de nouveau aux funérailles.

Si vous avez répondu correctement à la question, vous pensez comme un psychopathe.

Ce test était utilisé par un célèbre psychologue américain pour savoir si une personne avait une mentalité d'assassin. Bon nombre de tueurs en série ont subi ce test et ont répondu correctement à la question. Si vous n'avez pas trouvé la bonne réponse - tant mieux pour vous. Si vos amis la trouvent, je vous recommande de garder vos distances...

TEST 2 : Prenez 10 secondes maxi pour le faire, sinon ça ne compte pas. Regardez ensuite le résultat plus bas sur la page : Comptez le nombre de 'F' dans le texte suivant :

+++

FINISHED FILES ARE THE RE-
SULT OF YEARS OF SCIENTIF-
IC STUDY COMBINED WITH THE
EXPERIENCE OF YEARS

+++

Ne faites défiler la suite que si vous avez fini de les compter! OK?

Combien? Trois?

Faux, il y en a six - C'est pas de blague! Revenez plus haut et comptez encore! L'explication est plus bas...

Le cerveau ne peut traiter 'OF'. Incroyable, non? Quiconque compte les six 'F' du premier coup est un génie, quatre ou cinq est plutôt rare, trois est normal. Moins de trois, on change ses lunettes.

TEST 3 : Faites le test suivant, c'est vraiment impressionnant. Vous êtes vous jamais demandé si votre esprit est normal ou s'il est différent? Bon, faites sérieusement l'exercice de réflexion et trouvez la réponse!!!!!! Suivez juste les instructions, et répondez aux questions une par une et aussi vite que possible, mais n'avancez pas avant d'avoir terminé la précédente. Vous n'êtes pas obligé d'écrire vos réponses. Vous serez étonné du résultat, c'est garantie !

Combien font :

15+6

3+56

89+2

12+53

75+26

25+52

63+32

eh oui, c'est plus dur les calculs mais c'est le vrai exercice! alors courage !

123+5

VITE! PENSEZ À UN OUTIL ET A UNE COULEUR! Puis descendez a nouveau.
Vous pensez à un marteau rouge pas vrai???
Si ce n'est pas le cas, vous faites partie des 2% de la population dont l'esprit est assez différent pour penser a autre chose. 98% de la population répondront 'marteau rouge' si on leur donne cet exercice a faire.

TEST 4 : Test du pied droit intelligent ! Ça vaut la peine d'essayer, c'est incroyable... mais vrai. Ce qui suit est tellement curieux que ça met au défi toute compréhension.

1.-Alors que vous êtes assis à votre bureau, levez votre pied droit du plancher et faites-lui faire des cercles dans le sens des aiguilles d'une montre.

2.-Pendant que vous faites des cercles avec votre pied droit, dessinez le chiffre 6 dans les airs avec votre main droite. Votre pied change de direction !

3.-Je vous l'avais dit... et il n'y a rien que vous puissiez y faire.

4.-Envoyez ce message à vos amis.... ils ne le croiront pas non plus, mais ils auront beaucoup de plaisir à essayer...

5.-N'oubliez pas le pied dans le sens des aiguilles d'une montre !

TEST 5 : Test du cochon : Surtout on ne triche pas et on fait le test correctement! C'est rigolo ! !

Prenez une feuille blanche et dessinez un cochon. Ne descendez PAS PLUS LOIN AVANT DE L'AVOIR DESSINE !
Le cochon sert de test de personnalité.

Si vous l’avez dessiné :

- Sur la partie supérieure de la feuille : vous êtes positif et optimiste.

- Plutôt vers le centre : vous êtes réaliste.

- Vers le bas de la feuille : vous êtes pessimiste et vous avez tendance à avoir un comportement négatif.

- S'il regarde vers la gauche : vous croyez à la tradition, vous êtes amical et vous vous rappelez facilement des dates : fêtes d'anniversaires,...

- S'il regarde vers la droite : vous êtes innovateur, actif mais vous n’avez pas un grand sens de la famille et vous n'accordez pas d'importance aux dates importantes.

- S'il regarde de face vers toi : vous êtes direct, vous aimez être l'avocat du diable et vous n’avez pas peur d'affronter des discussions.

- Si vous lui avez rajouté beaucoup de détails : vous êtes analytique, patient et méfiant.

- S'il n'a pas beaucoup de détails : vous êtes émotionnel, ingénu, pas très méthodique et vous prenez beaucoup de risques.

- Si vous lui avez dessiné moins de 4 pattes : vous êtes hésitant ou bien vous êtes en train de vivre une période de grands changements dans votre vie.

- Si vous lui avez dessiné 4 pattes : vous êtes sûr, obstiné et vous vous accrochez à vos idéaux.

- Si vous lui avez dessiné plus de 4 pattes : vous êtes un idiot.

- La taille des oreilles indique votre capacité d'écoute envers les autres: Plus elles sont grandes, mieux c'est !

- La longueur de la queue : indique la qualité de vos relations sexuelles. encore une fois, plus c'est long, mieux c'est !!!!!!

Qui a oublié de dessiner la queue ?.

 
Le sexe au travail

Vivre une relation avec un collègue de travail, c'est relativement courant, mais c'est également risqué !


Nous passons une grande partie de notre journée au travail, souvent plus de temps avec les collègues ou les supérieurs qu'avec le conjoint. Ainsi, des relations amoureuses et/ou sexuelles peuvent arriver au travail.

Loïck Roche (professeur en management, docteur en psychologie) se base sur une enquête réalisée auprès d'hommes et de femmes travaillant dans des entreprises, des collectivités et des administrations, à Paris et en province, pour établir « la loi Cupidon ».

Cette loi postule qu’une personne a un partenaire sexuel différent parmi son entourage professionnel par septennat d'ancienneté. Il semble également nécessaire d'établir une quarantaine de contacts pour parvenir à conclure. Ainsi, selon l’ancienneté et le nombre de personnes rencontrées sur le lieu de travail, chacun peut nouer des relations durant sa vie professionnelle. Les potentialités augmentent pour un manager, un responsable des ressources humaines, un dirigeant, un formateur, un consultant, un délégué syndical, ou encore un poste à l'accueil.

Les rencontres semblent favorisées sur le lieu de travail, car l’ensemble du personnel y passent le plus clair de son temps. De plus, au travail, chacun fait davantage attention à soi, à son apparence, alors qu'à la maison, on aura plus tendance à se laisser aller, que ce soit du côté de la tenue ou du comportement. Les relations informelles et extra-professionnelles ont tendance à se développer, lors de pots, soirées, séminaires, etc… Les rencontres sont ainsi facilitées.

Certains secteurs professionnels favorisent également ces relations intimes.
Cela semble le cas pour le milieu médical, où les relations sexuelles entre collègues existent d’avantage qu'ailleurs. En effet, un facteur semble jouer : le stress au travail. Ce stress amène les travailleurs à désirer des relations rapprochées. La complicité, un lien fort avec un collègue aideraient à résister aux pressions. La fréquence des relations intimes est également plus élevée dans les médias, ou les métiers créatifs.

Le pouvoir hiérarchique semble avoir une importance dans le fait de séduire ou d’être séduit. Le patron, le chef, a une image de toute puissance, de pouvoir et donc d'attractivité. Ce phénomène se voit beaucoup dans la sphère politique. Il ne faut pas se leurrer, les patrons recrutent sur compétence, certes, mais également sur le physique.

Le pouvoir rend plus sûr de soi mais aussi plus séduisant. Le pouvoir nourrit un fantasme : celui de «posséder», posséder l’autre. On note aussi une inversion de la position «hiérarchique» : le supérieur est séduit, cela correspond à un fantasme de mise en danger, parce que l'autre va connaître de lui une vérité intime. Cependant, attention aux conséquences quand la relation se termine. Le directeur, chef, patron essaie souvent de mettre fin aussi à la relation professionnelle avec sa (son) subordonné(e).

Avoir une relation intime au travail peut donc s’avérer dangereux pour sa carrière.
Le sexe au travail est un piment qu’il faut pouvoir « digérer » sans risque. La crise rend le travail précieux et donc la mise en danger de celui-ci est redoutée, malgré l’excitation convoitée et rêvée.

N’oublions pas que le lieu de travail est lieu propice aux rencontres furtives mais cela n'est pas sans conséquences. Une relation au travail est en effet difficile à cacher à ses collègues. Une personne qui a une relation sexuelle, a accès au côté intime qui n'est pas montré habituellement sur le lieu de travail.

Que penser de ce qu’on appelle la « promotion canapé » ? Une personne, certes compétente, pourra-t-elle être promue et reconnue dans cette promotion, alors que la rumeur dit qu'elle a «couché» pour y arriver ?

De nombreux patrons ayant une relation avec une collaboratrice feront le nécessaire, à la fin de leur histoire, pour licencier celle-ci. En effet le regard posé sur leur intimité devient insupportable.

En résumé, il y a beaucoup à perdre à se lancer dans une histoire sexuelle au travail. En effet, si la rupture se passe mal, on voit naître des conflits, notamment en ce qui concerne le harcèlement sexuel.

Enfin, il faut savoir qu’une relation au travail induit un mélange entre la vie personnelle et professionnelle qui peut s’avérer rapidement ingérable.

Bien sur, si vous tombez amoureux d’un(e) collègue et que cette histoire est appelée à durer, foncez !! On parle ici des aventures sexuelles, sans implication amoureuse.

 
Suicide chez France Télécom


La CFDT a décidé d'annoncer ce suicide plusieurs jours après l'acte afin de "laisser le temps au recueillement et à la réflexion".
Ce syndicat dénonce les méthodes de management de l'opérateur, et voit un lien de cause à effet entre celles-ci et l'acte de cet employé. Celui-ci avait été représentant du personnel à la CFDT et avait siégé au CHSTC (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) jusqu'en 2007.

La centrale syndicale "évoque 2 conflits récents rencontrés par cet employé dans son environnement direct de travail, et qui ont pesé sur son geste", et met en cause "des procédures managériales (...) très individualisées, voire infantilisantes".

Ces méthodes et des demandes telles que "améliorer son comportement", ont apparemment beaucoup déstabilisé et affecté cet employé, selon son entourage.

Le CHSCT de Lannion doit ouvrir une enquête sur les circonstances de ce drame.

Olivier Barberot, le directeur des ressouces humaines du groupe, avait rencontré les délégations des six syndicats de France Télécom, qui dans une lettre commune au PDG, Didier Lombard, début août, avaient demandé de "prendre en considération" le problème de la souffrance au travail et des suicides de salariés, et d'engager des négociations sur le stress dès la rentrée.

La direction de France Télécom s'est donc engagée le 26 août à "l'ouverture rapide d'une négociation" sur le stress au travail au sein du groupe national. Cette négociation doit commencer le 10 septembre, notamment par des réunions sur le "stress au travail", prévues ce jour-là dans l'entreprise.

L'Observatoire du stress et des mobilités forcées créé par les syndicats SUD-PTT et CFE-CGC annonce que 3 salariés du groupe se sont suicidés durant l'été, portant à 20 le nombre de suicides depuis février 2008.

L'un d'entre eux, à Marseille, a notamment dénoncé dans une lettre sa "surcharge de travail" et un "management par la terreur".

 
<< Début < Précédent 451 452 453 454 455 456 457 458 459 460 Suivant > Fin >>

Page 458 sur 485

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Le risque d'autisme chez l'enfant augmenterait avec l'âge de la mère.

Une étude américaine réalisée sur plus de cinq millions de naissances révèle que le risque d'avoir un enfant autiste croît avec l'âge de la mère alors que l'âge du père semble avoir moins d'influence.

L'étude de l'Université de Californie, publiée dans le numéro de février 2010 de la revue "Autism Research", montre que les mères âgées de plus de 40 ans ont 50% plus de risques de mettre au monde un enfant atteint d'autisme que les mères âgées de 20 ans.
Chez les pères de plus de 40 ans, le risque est supérieur de 36% à celui des hommes de 20 ans.

Toutefois, le message le plus important est que le risque pour une femme de plus de 40 ans de donner le jour à un enfant autiste reste inférieur à 4 pour 1.000.

"Bien que l'âge des pères puisse constituer un facteur de risque, ce risque est éclipsé par l'âge de la mère", constate le principal auteur de la recherche, contredisant ainsi de récents travaux suggérant que l'âge du père jouait un rôle plus important que celui de la mère.

L'âge du père serait un facteur de risque probant uniquement dans les cas où la mère est jeune, révèle cette nouvelle étude. Chez les mères de moins de 25 ans, les cas d'autisme de l'enfant étaient deux fois plus courants lorsque le père était âgé de plus de 40 ans.

Pour de nombreux chercheurs et spécialistes de l'autisme, cette nouvelle étude s'avérerait plus concluante que les précédentes, car elle nous dresse un tableau plus complet de ce qui se passe, notamment grâce à son large échantillon.

Les conclusions de l'étude sont en effet basées sur les 5,6 millions de naissances survenues en Californie entre le 1er janvier 1990 et le 31 décembre 1999, et notamment sur 13.000 cas d'autisme diagnostiqués avant l'âge de six ans.
Chez 12.159 des enfants atteints d'autisme, l'âge des deux parents était connu. Des facteurs tels que l'éducation et la couleur des parents ont également été pris en compte, car ils peuvent avoir une influence sur le diagnostic.

L'autisme est un trouble du développement qui se traduit par des troubles plus ou moins sévères du comportement, de communication et de sociabilisation. Selon des chiffres récents, un enfant sur 100 serait atteint d'autisme aux Etats-Unis, ce qui révèle une nette augmentation ces dernières années.

De nombreux spécialistes estiment que cette augmentation est le reflet d'un meilleur dépistage de la maladie et d'une prise en compte plus étendue de l'ensemble des troubles du spectre autistique.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy