Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Les dossiers de Conseil-Psy
A cheval dans la nature

25 situations pratiques  

« Quel bonheur de chevaucher dans la nature avec une monture complice et bien éduquée. » Thierry Lhermitte

Qui n’a jamais rêvé de parcourir de somptueux paysages, à cheval ? Libre, en harmonie avec l’animal et la nature.

Ce guide pratique donne toutes les clefs pour faire face aux principales situations rencontrées lors de sorties à cheval, en extérieur. Véritable atout pour l’éducation du cheval, s’aventurer dans la nature renforce la complicité entre le cavalier et le cheval. Quelque soit la pratique équestre, l’extérieur contribue à l’équilibre mental et physique du couple.

Avant de prendre la campagne, des prérequis sont indispensables, tels que connaitre les réactions naturelles du cheval. Pourquoi son instinct le pousse par exemple à fuir en cas de danger ? Comment analyser ses modes d’apprentissage pour le préparer aux surprises de l’extérieur… Comprendre la nature du cheval permet de lui enseigner les bonnes attitudes à adopter en toute situation. Grâce à des exercices préparatoires à pied et monté, le cavalier devient peu à peu son référent face à l’imprévu.

L’expertise du Haras de la Cense livre dans ce guide pratique tous les conseils nécessaires pour progresser et prendre du plaisir à travers les sentiers, sur la plage ; seul ou entre amis.

Inclus dans l'ouvrage l'accès gratuit à 15 exercices de la Méthode la Cense : sur l'e-campus, la plateforme de formation en ligne de la Cense, le lecteur accède gratuitement à 15 vidéos, pour illustrer les propos de l’ouvrage.

 
Yoga pour méditer !

100 postures et conseils...

Stress, manque de sommeil, anxiété, ce cahier de yoga calme propose de nombreuses postures douces (yin yoga, exercices de stretching pour se détendre) et des exercices de méditation pour s’apaiser et être à l’écoute de soi.

Mon programme de méditation : les idées préconçues (faire le vide, comment gérer ses émotions, apprendre à se concentrer, se relaxer, bien respirer…) ; les différents types de méditation (de pleine conscience assis et en marchant ; les mantras et le travail du son ; les lectures méditatives…) ; comment mettre en place son programme sur mesure…

Mes séquences de yoga keep calm : des postures et des enchaînements de yin yoga, de relaxation et de mouvements pour faire le vide et se recentrer, apprendre à avoir confiance en soi…  

Mon yoga restoratif : des postures et des enchaînements pour aller plus loin dans le calme et trouver l’harmonie intérieure...  

Passionnée de yoga, Mathilde Piton vit à Boston. Auteure du blog Mathilde fait du Yoga (22 000 visiteurs uniques/mois), et du Blog de Mathilde (journal de bord d’une expatriée aux États-Unis, 80 000 visiteurs uniques/mois), elle est l’auteure de plusieurs ouvrages, dont Yoga attitude ! aux éditions Larousse.

pour mon bien-être !

 
Yin yoga

 

. le yoga méditatif

Le yin yoga met l’accent sur la relaxation et la pleine conscience de soi : des postures à tenir plusieurs minutes, qui permettent l’étirement en douceur du corps. On atteint alors une sorte d’état méditatif qui permet d’être à l’écoute de son corps et de son moi intérieur.

Très complet avec plus de 280 photos, ce guide rassemble tout ce qu’il faut savoir pour pratiquer facilement à la maison !

Plus de 70 postures de yin yoga illustrées pas à pas avec des légendes explicatives : le tailleur, la guirlande, la chenille…

Un programme de 20 séances d’enchaînements avec des objectifs ciblés pour tous les niveaux : se relaxer, avoir un sommeil réparateur, améliorer sa digestion, faire le plein d’énergie, ouvrir ses chakras…

Les bienfaits du yin yoga :

Sur le plan physique : favorise la bonne circulation du sang et la respiration ; stimule le système digestif, les reins et les intestins…  

Sur les plans mental et émotionnel : apaise l’esprit et le système nerveux, favorise la venue de la paix intérieure…

 

pour développer sa pleine conscience !

 

 
Telle que tu me vois L'histoire d’une fille qui aurait dû être un garçon

 

Le récit émouvant, plein d’autodérision et de fraîcheur, d’une jeune fille qui aurait dû naître garçon et découvrira à quinze ans seulement sa véritable « identité ».

 

J’ai quinze ans et je n’ai toujours pas mes règles. Tant pis, je garde précieusement au fond de mon sac un tampon, pour le jour où. Mais ce jour n’arrivera pas.

L’échographie a révélé un trou noir à la place de l’utérus. Un trou noir ? Chez moi, cela résonne comme un vide abyssal. Mais alors, est-ce que je pourrais avoir des enfants ? Est-ce que je suis quand même une femme ? Mes parents savaient, pourquoi n’ont-ils rien dit ?

Je comprendrai plus tard qu’il ne s’agit pas tant d’astronomie que d’un syndrome rare : je suis une femme XY. Une fille avec le patrimoine génétique d’un garçon. Et il faudra bien que j’apprenne à vivre avec.

Dans un récit empreint d’une grande délicatesse et de beaucoup d’humour, Élodie raconte comment elle a réussi à se forger un destin de femme avec ce syndrome hors norme. Et nous donne à lire une vraie leçon de vie, de courage et d’amour.

 

Élodie Lenoir a 28 ans. Elle est atteinte d’un syndrome rare (le SIA  : Syndrome d’insensibilité aux androgènes) : née avec le patrimoine  génétique d’un homme, son corps s’est développé comme celui  d’une femme. Elle n’a appris la vérité qu’à l’âge de quinze ans.

 

 

Parution le 3 mai 2018

 

 
S'initier à la méditation, c'est parti !

Analysez votre état émotionnel !

Vous arrive-t-il de ressentir l’angoisse du temps qui passe ? Un sentiment d’échec, de honte, de culpabilité ? Connaissez-vous la déprime du lundi matin, la jalousie, la frustration de ne pas être vous-même ?

STOP ! La méditation peut vous aider à trouver la paix.

Cet ouvrage propose un chemin initiatique, semé d’exercices, d’outils pratiques et de méditations guidées. Doucement, vous ferez tomber les inhibitions, les peurs, les croyances qui vous cachent le bonheur. Vous êtes invité(e) à pratiquer, chaque jour, une méditation et une activité en pleine conscience. Sur le chemin, vous partirez à la rencontre de vous-même, vivrez l’instant présent et apprendrez à utiliser la pleine conscience face aux défis de la vie. C'EST PARTI !

Scientifique de formation, Olivier Raurich a découvert très tôt le bouddhisme et pratique la méditation depuis 32 ans. Il enseigne la pleine conscience et intervient dans des émissions de TV et radio, des conférences, séminaires et stages. Il est l’auteur, aux Éditions Jouvence, de Science, méditation et pleine conscience.

Editions Jouvence - En librairie dès le 13 mars 2018

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 5 sur 499

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Tout sur l'encoprésie

C’est la persistance d’un non contrôle de l’émission de selles chez un enfant de plus de 2 ans, ceci en l’absence de tout trouble médical neurologique ou digestif de type malformation. On parle également d’incontinence fécale fonctionnelle.


L'encoprésie est la défécation "involontaire" ou délibérée dans des endroits non appropriés chez un enfant d'âge chronologique et d'âge mental d'au moins 4 ans. Pour porter ce diagnostic, il faut que ce trouble survienne de façon durable (depuis au moins 6 mois) à une fréquence d'au moins une fois par mois.

L'encoprésie est presque toujours diurne ; elle se reproduit chaque jour, l'enfant étant conscient de l'émission de la selle, qu'il dit ne pouvoir contrôler. Il s'agit soit de selles véritables, dures ou liquides soit de simples souillures.
L'encoprésie ne doit pas être confondue avec les incontinences du sphincter anal (encéphalopathies, affections de la moelle etc.) et les banales souillures de slip de l'enfant qui s'essuie mal après être allé à la selle.

L'encoprésie survient le plus souvent après une période de continence fécale d'au moins un an.

La fréquence est de 3% à 4 ans et 1,5% à 8 ans. Elle est parfois associée à l'énurésie (" pipi au lit ") ou à d'autres troubles du développement : langage, coordination des mouvements etc.

L’encoprésie primaire est le fait d’enfants qui n’ont jamais pu maîtriser le contrôle de leurs selles. Les lésions neurologiques sont alors souvent la cause.

Bien souvent, l'encoprésie a été précédée d'une constipation opiniâtre pour laquelle différents traitements ont été essayés. Dans d'autres cas, il s'agit d'épisodes d'encoprésie sans constipation ni mégacôlon fonctionnel, liés à des troubles psychologiques (désir d'opposition ou de vengeance, naissance d'un puîné, difficultés scolaires ou familiales etc.) : l'encoprésie est la manière de l'enfant de dire :"non"!

L’encoprésie secondaire est en effet le versant « fécal » de l’énurésie : c’est un mode de protestation ou de réaction contre des contraintes extérieures que l’enfant juge trop fortes ou trop contraignantes.
Il s’agit alors d’une régression, dont la cause est souvent une rigidité trop importante des parents, ou une volonté de ceux-ci à ce que l’enfant brûle des étapes. Le passage délicat de la mise sur le pot, s’il est mal géré peut être à l’origine d’une encoprésie secondaire.

Le mécanisme de l'encoprésie est initialement une rétention fécale : au contraire de l'enfant qui acquiert le contrôle de la défécation, le futur encoprétique retient sa selle : c'est une opposition à la mère. L'effort qu'il fait pour retenir les selles est souvent interprété par les parents comme une tentative de défécation. L'enfant s'isole, s'accroupit et fait de violents efforts pour retenir ses selles ou les faire remonter si l'expulsion a commencé.

Une erreur éducative sphinctérienne est à l'origine de la plupart des cas : éducation coercitive ou trop précoce. A la longue, se crée une dyschésie intestinale génératrice de fécalomes ; la sensation de besoin est émoussée, l'encoprésie devient quotidienne, les exonérations ne se faisant plus que par regorgement. La défécation dans la culotte survient lorsque les moyens de rétention de l'enfant sont débordés ou lorsqu'une partie du fécalome se liquéfie et franchit le sphincter.

Les facteurs émotionnels et affectifs en cause se réfèrent au mode de relation de l'enfant avec ses parents, et surtout avec sa mère, vis-à-vis de laquelle le refus de la selle peut être une première manifestation d'opposition.

Les mères d'enfants encoprésiques ont souvent une personnalité particulière. Elles manifestent un intérêt pathologique aux évacuations intestinales de l'enfant . Elles sont incapables de tolérer une seule journée de constipation. Elles sont souvent angoissées, névrosées. La père est souvent absent. Une dissociation du couple est souvent retrouvée. L'encoprésie, une fois constituée, suscite des sanctions familiales, un comportement rejetant de la part de tout l'entourage, à l'école, qui peuvent aggraver le repli sur lui-même de l'enfant encoprétique. Le garçon d'âge scolaire devient souvent la risée de ses camarades de classe.

Le trouble entraîne très souvent une baisse de l'estime de soi avec un sentiment de honte et de culpabilité qui peut se compliquer de dépression.

Comment réagir ?

Préventivement il s’agit de laisser l’enfant aller à son rythme pour acquérir son autonomie.
Une fois installée, l’encoprésie primaire nécessite la consultation d’un pédiatre qui adressera l’enfant à un neurologue pour éliminer un trouble neurologique. Une encoprésie secondaire, elle, ne nécessite que le recours au psychologue. Celui-ci essayera de comprendre la raison de cette régression dans le contexte familial et personnel de l’enfant.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy