Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Bébé & Enfance
   Affichage # 
31 Pôle mère-enfant 30993
32 Sévérité des parents et troubles anxieux 38267
33 Autisme : un nouvel indicateur découvert chez les bébés 31646
34 Décret Morano : mobilisation des professionnels de la petite enfance 33409
35 Qu’est-ce que l’anorexie des nourrissons ? 78777
36 Le Sommeil de Bébé : son Importance dans le Développement du Tout Petit 33306
37 le Test du Bonhomme : Test d’Intelligence de l’Enfant 96430
38 Le Complexe d'Oedipe 48023
39 Les 3 Phases du Complexe d’Œdipe chez le Petit Garçon 65517
40 L’importance de la lecture dans le développement de l’enfant : « Je lis, donc je suis ». 70223
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Page 4 sur 13

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Allaitement et anti-dépresseurs

 

Une étude menée à l'Université de Cincinnati (Etats-Unis) montre que la prise d'antidépresseurs serait susceptible de gêner la montée de lait chez les jeunes mamans.


Près de 450 femmes ont été interrogées dans les suites immédiates de leur accouchement.

Pour celles qui étaient traitées par un médicament appartenant à la classe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), la montée de lait a connu un retard important. Elle n'est intervenue en moyenne qu'après 85 heures suivant la naissance, contre 69 chez les femmes non-traitées. Or pour les spécialistes, la montée de lait est considérée comme tardive si elle survient plus de 72 heures après l'accouchement.

Même après la première montée de lait, l'allaitement s'est avéré plus difficile pour ces femmes. Les ISRS en effet, freinent la production du lait. La lactation est en effet étroitement liée au métabolisme et à la régulation de la sérotonine dans l'organisme. Or ces antidépresseurs empêchent la recapture de la sérotonine, aussi bien au niveau du cerveau bien sûr, que des glandes mammaires !

De toute façon, l'indication d'allaitement pour une femme sous traitement antidépresseur doit être soumise à avis médical : la plupart de ces médicaments passent en effet dans le lait. Seul le médecin, selon l'état psychologique de sa patiente, pourra évaluer les bénéfices et les risques et décider de l'opportunité de poursuivre le traitement ou de poursuivre ou non l’allaitement.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy