Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Films pour adultes, un danger pour les enfants

C’est toute la personnalité de l’enfant qui pourrait être façonnée à la vision de films normalement réservés à l’adulte.

L’étude, publiée dans le Journal of Studies on Alcohol and Drugs et menée par le département de pédiatrie de la Dartmouth Medical School d’Hanovre (New Hampshire) a porté sur près de 3.600 collégiens. Les chercheurs ont constaté : un penchant plus fort à l’alcoolisme (90% de ces films présentent des scènes de consommation d’alcool) ; démarrage précoce de la consommation de tabac ; comportement violents… Cette étude qui démontre, entre autres conclusions, que les collégiens préservés de films réservés aux adultes sont moins susceptibles de commencer à consommer de l’alcool.

Les chercheurs soulignent l'importance de l’attention des parents à l'exposition de leurs enfants à certains programmes. "C’est un aspect très important de la parentalité,et qui est souvent négligé», déclare le Dr James D. Sargent. Ces résultats s'appuient sur des preuves liant l'exposition des enfants à des films “pour adultes” non seulement au début de la consommation d’alcool mais aussi aux premières cigarettes, aux comportements violents ou, dans un autre registre… à la probabilité d'avoir (très jeunes) des relations sexuelles.

Cela semble pourtant une simple question d’éducation. Les parents qui limitent l'accès à des films réservés aux adultes sont simplement plus prudents et stricts dans leur éducation, en général. Toutefois, après avoir également tenu compte d’autres critères tels que le niveau d’autorité des parents et leur capacité à exiger de manière légitime, et la perception des enfants, les chercheurs constatent toujours ce lien entre exposition à des films "pour adultes" et probabilité de commencer à consommer de l’alcool.

L’explication se trouve dans le fait que 90% des films interdits aux mineurs comportent des représentations de l’alcool et en celà accoutument déjà les collégiens à la pratique de consommation ou du moins “les rendent plus vulnérables” à l’alcool.

Mais là encore, l’analyse va plus loin : les enfants qui voient ce type de films deviennent plus enclins à «la recherche de sensations» et la prise de risque.“ Ces contenus vont jusqu’à modifier leur personnalité”, analysent les chercheurs.

(NIH, Journal of studies on Alcool and Drugs)

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Le risque d'autisme chez l'enfant augmenterait avec l'âge de la mère.

Une étude américaine réalisée sur plus de cinq millions de naissances révèle que le risque d'avoir un enfant autiste croît avec l'âge de la mère alors que l'âge du père semble avoir moins d'influence.

L'étude de l'Université de Californie, publiée dans le numéro de février 2010 de la revue "Autism Research", montre que les mères âgées de plus de 40 ans ont 50% plus de risques de mettre au monde un enfant atteint d'autisme que les mères âgées de 20 ans.
Chez les pères de plus de 40 ans, le risque est supérieur de 36% à celui des hommes de 20 ans.

Toutefois, le message le plus important est que le risque pour une femme de plus de 40 ans de donner le jour à un enfant autiste reste inférieur à 4 pour 1.000.

"Bien que l'âge des pères puisse constituer un facteur de risque, ce risque est éclipsé par l'âge de la mère", constate le principal auteur de la recherche, contredisant ainsi de récents travaux suggérant que l'âge du père jouait un rôle plus important que celui de la mère.

L'âge du père serait un facteur de risque probant uniquement dans les cas où la mère est jeune, révèle cette nouvelle étude. Chez les mères de moins de 25 ans, les cas d'autisme de l'enfant étaient deux fois plus courants lorsque le père était âgé de plus de 40 ans.

Pour de nombreux chercheurs et spécialistes de l'autisme, cette nouvelle étude s'avérerait plus concluante que les précédentes, car elle nous dresse un tableau plus complet de ce qui se passe, notamment grâce à son large échantillon.

Les conclusions de l'étude sont en effet basées sur les 5,6 millions de naissances survenues en Californie entre le 1er janvier 1990 et le 31 décembre 1999, et notamment sur 13.000 cas d'autisme diagnostiqués avant l'âge de six ans.
Chez 12.159 des enfants atteints d'autisme, l'âge des deux parents était connu. Des facteurs tels que l'éducation et la couleur des parents ont également été pris en compte, car ils peuvent avoir une influence sur le diagnostic.

L'autisme est un trouble du développement qui se traduit par des troubles plus ou moins sévères du comportement, de communication et de sociabilisation. Selon des chiffres récents, un enfant sur 100 serait atteint d'autisme aux Etats-Unis, ce qui révèle une nette augmentation ces dernières années.

De nombreux spécialistes estiment que cette augmentation est le reflet d'un meilleur dépistage de la maladie et d'une prise en compte plus étendue de l'ensemble des troubles du spectre autistique.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy