Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Adolescence
   Affichage # 
61 Les Ravages du « Binge Drinking » sur le Cerveau des Adolescents 8218
62 La Dysmorphophobie : Quand un Défaut Physique Tourne à l’Obsession ! 20454
63 Les Grossesses Précoces, à l’Adolescence 15815
64 Protéger les Ados des Dangers du Net 2423
65 Les jeunes fument moins de tabac et de cannabis mais consomment plus d'autres substances illicites et d’alcool 2887
66 Piercings et tatouages, juste un phénomène de mode…… 28845
67 Comprendre votre adolescent 7642
68 Piercings et tatouages : doit-on céder ? 6621
69 Le Red Bull est-il dangereux pour les enfants ? 7365
70 Sexualité des jeunes : pour une meilleure éducation 3283
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 Suivant > Fin >>
Page 7 sur 9

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Les lacunes de la pédopsychiatrie

Le Conseil Economique, Social et Environnemental (CES), sort un rapport qui pointe les lacunes de la pédopsychiatrie en France, malgré des progrès considérables.

Le rapport révèle notamment que les troubles mentaux sont souvent détectés tardivement chez les enfants. Ainsi, le délai moyen d'attente pour une première consultation en centre médico-psycho-pédagogique (CMPP)est de 50 jours en Seine-Saint-Denis.
Pour le CES, "le retard dans le dépistage est d'autant plus préjudiciable qu'il annonce des difficultés supplémentaires dans le traitement. Les détections tardives sont également à l'origine d'un passage à l'acte délictuel chez les jeunes".

Le rapport pointe également les difficultés à prendre en charge les urgences et à répondre au désarroi des familles.
En France, seuls 24% des secteurs peuvent adresser des patients à des centres de crise permettant un accueil en urgence. Ainsi, 78% des secteurs renvoient les patients vers les urgences de l'hôpital général et 41% vers un médecin de ville.

Enfin, les difficultés à assurer la continuité des soins dans certains secteurs sont également pointées du doigt. Ainsi, 1 enfant pris en charge en Seine-Saint-Denis reçoit en moyenne 10 soins dans l'année alors que la fréquence devrait être d'un soin par semaine.
Selon le rapport, cela s'explique par le non-remboursement par la sécurité sociale des soins délivrés par certains professionnels en libéral.

Pour palier à ces lacunes, le CES propose notamment d'"associer l'école au repérage des troubles", d'organiser un suivi pour les jeunes en situation d'absentéisme scolaire, d'assurer la prise en charge des professionnels par l'assurance maladie, ou encore de renforcer l'accompagnement des familles tout au long du parcours de soins.

 

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy