Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Les ados dans le cyberespace Prise de risque et cyberviolence

 

Internet et les moyens électroniques de communication font partie du quotidien de la plupart des jeunes. Si Internet et le cyberespace présentent un réel progrès en termes d’accès à l’information, d’apprentissage et de communication, ils peuvent aussi faciliter des formes de violence et de harcèlement aux conséquences dramatiques.

L’auteur propose une synthèse internationale des recherches sur ces nouvelles formes d’expression de violence, leurs caractéristiques, leurs conséquences. Elle envisage aussi le problème en lien avec le milieu scolaire et la violence à l’école et présente des résultats de recherche empirique inédits sur la situation française montrant le lien entre ce qu’il se passe dans les établissements et les activités en ligne. Dans une deuxième partie, cet ouvrage présente une synthèse des politiques publiques et modes d’intervention possibles pour tenter de prévenir et réduire le phénomène.

Cet ouvrage de référence s’adresse aux professionnels de l’éducation, aux parents, aux travailleurs sociaux, aux étudiants en sciences sociales et en sciences de l’éducation.

Catherine Blaya a fondé (avec Eric Debarbieux) et dirigé l’Observatoire Européen de la Violence Scolaire, réseau de recherche international. Elle est professeure en sociologie de l’éducation à l’université de Bourgogne (Dijon) et membre de l’IREDU (Institut de Recherche en Education). Ses recherches portent sur des études comparatives quant aux problèmes de violence en milieu scolaire, la délinquance juvénile, le décrochage scolaire et la cyberviolence. Ses travaux sont connus tant en France qu’à l’étranger où elle enseigne et mène diverses collaborations. Elle est membre du comité scientifique du groupe COST IS0801 : Cyberbullying: Coping with negative and enhancing positive uses of new technologies, in relationships in educational settings et dirige les recherches françaises dans le cadre du groupe Eu Kids Online d’Internet Sans Crainte.

 

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Le «baby blues» : les papas aussi !

Une étude américaine menée par le Dr James Paulson de l'Eastern Virginia Medical School, et publiée dans le Journal of the American Medical Association conclut que le « baby-blues» n'est pas seulement l'affaire des jeunes mères. Les conclusions se fondent sur 43 études ayant inclus 28.004 parents de 16 pays différents.


Les papas souffrent aussi de dépression post-natale et il serait pertinent que les médecins songent à moins les ignorer. En effet, selon les chercheurs, un jeune père sur 10 pourrait souffrir de «baby blues».

Le Dr Paulson espère que plus d'attention sera accordée à ces pères dont la dépression post-natale est rarement diagnostiquée. Il déplore que peu de médecins soient même au courant du phénomène.

Le manque de sommeil, les nouvelles responsabilités, ou la dépression post-natale de la jeune mère comptent parmi les causes de ce «baby blues». La dépression, quand elle existe, étant souvent partagée par les deux parents, les chercheurs proposent donc que des traitements en couple soient envisagés.

D'après l'étude, le «baby blues» n'apparaît pas tout de suite. Les pères sont généralement très heureux dans les premières semaines après la naissance. La dépression n'arrive qu'au bout de 3 ou 6 mois. Comme chez les jeunes mères, les signes de dépression sont très variables, pouvant aller d'une dépression relativement faible à des pensées suicidaires.

Le «baby blues» des papas ne doit pas être sous-estimé, cependant, pas d’excès, il ne faut pas en arriver à médicaliser des émotions normales.

(www.slate.fr)

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy