Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Les ados dans le cyberespace Prise de risque et cyberviolence

 

Internet et les moyens électroniques de communication font partie du quotidien de la plupart des jeunes. Si Internet et le cyberespace présentent un réel progrès en termes d’accès à l’information, d’apprentissage et de communication, ils peuvent aussi faciliter des formes de violence et de harcèlement aux conséquences dramatiques.

L’auteur propose une synthèse internationale des recherches sur ces nouvelles formes d’expression de violence, leurs caractéristiques, leurs conséquences. Elle envisage aussi le problème en lien avec le milieu scolaire et la violence à l’école et présente des résultats de recherche empirique inédits sur la situation française montrant le lien entre ce qu’il se passe dans les établissements et les activités en ligne. Dans une deuxième partie, cet ouvrage présente une synthèse des politiques publiques et modes d’intervention possibles pour tenter de prévenir et réduire le phénomène.

Cet ouvrage de référence s’adresse aux professionnels de l’éducation, aux parents, aux travailleurs sociaux, aux étudiants en sciences sociales et en sciences de l’éducation.

Catherine Blaya a fondé (avec Eric Debarbieux) et dirigé l’Observatoire Européen de la Violence Scolaire, réseau de recherche international. Elle est professeure en sociologie de l’éducation à l’université de Bourgogne (Dijon) et membre de l’IREDU (Institut de Recherche en Education). Ses recherches portent sur des études comparatives quant aux problèmes de violence en milieu scolaire, la délinquance juvénile, le décrochage scolaire et la cyberviolence. Ses travaux sont connus tant en France qu’à l’étranger où elle enseigne et mène diverses collaborations. Elle est membre du comité scientifique du groupe COST IS0801 : Cyberbullying: Coping with negative and enhancing positive uses of new technologies, in relationships in educational settings et dirige les recherches françaises dans le cadre du groupe Eu Kids Online d’Internet Sans Crainte.

 

 

 

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Enfants et tabagisme passif

Des chercheurs de l’Institute of Environmental Medicine (IMM) du Karolinska Institute (Suède) avec une équipe d’experts de l’OMS ont réalisé une première série d'estimations de l'exposition au tabagisme à travers le monde.

Les chercheurs ont d’abord estimé l’ampleur de l'exposition à travers le monde à la fumée secondaire puis la charge de morbidité chez les enfants et les adultes non-fumeurs (en 2004). La charge du tabagisme passif a été estimée à partir du nombre de décès et d’années de vie d’invalidité ajustées (disability-adjusted life-years ou DALY) pour les enfants et les adultes non-fumeurs. Les calculs étaient basés sur des estimations du risque relatif des différentes maladies spécifiques réalisées à partir de données de 192 pays.

Les résultats publiés dans l’édition en ligne du Lancet du 26 novembre sont impressionnants :

- le tabagisme passif provoque 603.000 décès prématurés par an à travers le monde, dont 165.000 sont des décès d’enfants, écrit le Dr Annette Prüss-Üstün, co-auteur de l’étude. 40% des enfants dans le monde, 33 à 34 % des non fumeurs seraient donc exposés au tabagisme passif. La « fumée secondaire » provoquerait  chaque année dans le monde, 379.000 décès par AVC, 165.000 par infections respiratoires, 36.900 par crise d’asthme et 21.400 par cancer du poumon.

- cause d’invalidité… surtout chez les enfants : environ 11 millions d’années d’invalidité chaque année, seraient liées au tabagisme passif.  

Ainsi, près de 6 millions d’enfants souffriraient d’infections respiratoires et 1,2 d’asthme, liés toujours à l’exposition à la fumée du tabac. Deux tiers de ces décès surviennent en Afrique et au sud de l’Asie.

Les auteurs de cette recherche lancent un cri d'alerte car ces estimations de la charge mondiale de morbidité attribuable au tabagisme passif montrent que des gains substantiels pour la santé pourraient être apportés par une stratégie de lutte beaucoup plus intensive de réduction du tabagisme passif dans le monde entier.

 

(The Lancet  « Worldwide burden of disease from exposure to second-hand smoke: a retrospective analysis of data from 192 countries »)

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy