Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Les « accros » au sport ont trois fois plus souvent des problèmes d'alcool que les non « accros »

Observatoire « Les Français et l'alcool » / Edition 2016
Les « accros » au sport ont trois fois plus souvent des problèmes d'alcool que les non « accros »

L'Observatoire 2016 « Les Français et l'alcool », conduit par la Fondation pour la recherche en alcoologie, a analysé la relation entre l'activité physique et la consommation d'alcool*. Elle montre qu'il existe une relation entre l'addiction au sport** et une consommation problématique d'alcool. Pour le professeur Philip Gorwood, président du comité scientifique de la Fondation, « les addictions sont extraordinairement comorbides, c'est-à-dire facilement associées. L'association sport et alcool est intuitivement peu compatible, on serait donc plutôt en présence d'une consommation excessive de type " 3ème mi-temps" » », avec des facteurs de risque commun aux deux addictions. Les autres questions de l'enquête 2016 portent sur les connaissances pratiques liées à l'alcool et les comportements lors de situations à risque (lors des sorties et pendant la grossesse).

Une moitié environ des Français déclare faire du sport de manière régulière (52 %) alors que l'autre n'en fait pas (48 %). La pratique régulière est plus souvent le fait d'hommes, plus jeunes et plus souvent actifs que les non-pratiquants. La mesure de l'addiction au sport (test EIA) et de la détection des problèmes d'alcool (test DETA) montre que 5 % des personnes interrogées présentent les critères d'une addiction au sport et 15 % ceux d'une consommation problématique d'alcool. 

Les personnes qui déclarent une activité physique régulière ont plus souvent une fréquence de consommation élevée (au moins hebdomadaire) mais moins souvent des problèmes d'alcool. En revanche, les personnes présentant les critères d'une addiction au sport sont presque trois fois plus nombreuses à montrer les signes d'une consommation problématique d'alcool (11 % contre 4 %). 

Les autres résultats de l'Observatoire 2016 montrent que les connaissances pratiques essentielles à la maîtrise de sa consommation restent encore mal connues par les Français (équivalence en teneur d'alcool entre les différentes boissons alcoolisées, repères de consommation problématique). Dans le même temps, les Français semblent adopter un comportement de prudence : la pratique du conducteur désigné (SAM) est adoptée systématiquement par 6 personnes sur 10 lors des sorties en voiture et plus de 7 personnes sur 10 recommanderaient à une femme enceinte une consommation d'alcool égale à zéro. Ces résultats sont stables par rapport aux données recueillies dans le cadre de l'Observatoire 2014.
xxx

* Cette étude sera présentée notamment dans le cadre de la journée scientifique de la Fondation organisée le 29 septembre à Paris sur le thème : « Le sport, facteur de protection ou d'exposition au risque alcool ? ».
** Appelée aussi « bigorexie » l'addiction au sport est reconnue comme une maladie depuis septembre 2011 par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

A propos de l'Observatoire « Les Français et l'alcool » 

L'Observatoire est conduit régulièrement depuis 2006 auprès d'un échantillon représentatif de Français âgés de 18 ans et plus dans le cadre d'une enquête Omnibus. L'Observatoire alterne des questionnaires de connaissance et d'opinion sur l'alcool. Il se propose aussi d'explorer des questions thématiques (alcool et sports, alcool et route, alcool au travail, etc.). Il vise ainsi à dresser un état actualisé des connaissances, des opinions et des attitudes des Français vis-à-vis de l'alcool. 

L'édition 2016 été réalisée par GFK ISL CR France, entre le 13 et le 21 juin 2016, auprès de 2002 individus, âgés de 18 ans et plus, issus du Panel Online GfK ISL, qui ont répondu en ligne à l'enquête (selon la même méthode qu'en 2014, les précédents Observatoires ayant été en revanche réalisés en face-à-face ce qui limite les comparaisons dans le temps).


Récemment créée, la Fondation pour la recherche en alcoologie a pour vocation de développer et partager la connaissance sur l'alcool. Fondation sous l'égide de la Fondation de France, reconnue d'utilité publique, ses missions sont de soutenir la recherche et de faire connaître les savoirs sur ce thème avec l'ambition de contribuer à l'amélioration de la santé publique. 

La Fondation initie et participe à toutes les recherches jugées pertinentes en sciences biomédicales et/ou en sciences humaines et sociales en rapport direct ou indirect avec l'alcool. Elle s'attache également à la communication et à la discussion de leurs résultats.


Principaux résultats

Observatoire 2016 « Les Français et l'alcool » : 

L'Observatoire 2016 « Les Français et l'alcool », réalisé à l'initiative de la Fondation pour la Recherche en Alcoologie, s'est penché sur l'activité physique et ses relations avec la consommation d'alcool. Cette analyse sera présentée notamment dans le cadre de la journée scientifique de la Fondation organisée le 29 septembre à Paris sur le thème : « Le sport, facteur de protection ou d'exposition au risque alcool ? ».

Les résultats 2016 portent également sur les connaissances pratiques nécessaires à la maîtrise de sa consommation (équivalence entre boissons, repères de consommation) et sur les comportements lors de situations particulières (lors des sorties entre amis et pendant la grossesse).


Sport & alcool : des addictions qui peuvent s'associer

Le sport, une pratique qui divise la France en 2
Une moitié environ des personnes interrogées déclare faire du sport de manière régulière (52 %). Les Français qui déclarent pratiquer régulièrement un sport sont plus souvent des hommes (56 % versus 47 %), plus jeunes (43,4 ans versus 46,4 ans), et plus souvent actifs (59 % versus 42 %). 

Ceux qui déclarent une activité physique régulière estiment consacrer 4 heures par semaine à celle-ci. Dans ce cadre, un peu plus d'une personne sur 10 (11 %) déclare avoir eu un accident lié à son activité sportive durant les trois dernières années.

Addictions : 5 % au sport, 15 % à l'alcool 
L'addiction à l'activité physique peut être mesurée par le questionnaire (EAI) Exercise Addiction Inventory (voir en annexe). Dans le cadre de l'Observatoire 2016, 5 % des personnes interrogées présentent les critères d'addiction au sport (soit un score total supérieur à 23 au questionnaire EAI). 

Ce phénomène d'addiction au sport touche indifféremment les deux sexes, quelle que soit la taille de l'agglomération dans laquelle ils vivent. Ces Français « accrocs au sport » sont deux fois moins souvent actifs professionnellement et sont beaucoup plus jeunes (37,1 ans versus 45,3 ans). 

Pour l'alcool, le questionnaire a mesuré la fréquence de consommation d'alcool et utilisé le test DETA (voir Annexe) qui permet de détecter une consommation problématique. Selon ce test (en 4 questions), 15 % des personnes interrogées présentent un score égal ou supérieur à 2. Ce score signifie que l'on est en présence d'une consommation « à problème », qu'il convient donc de prendre en charge.

Relations sport et alcool : trois fois plus de problèmes d'alcool chez les « accros » au sport
La relation entre pratique régulière d'un sport et consommation d'alcool est complexe. Les personnes qui déclarent une activité physique régulière ont plus souvent que les autres une fréquence de consommation élevée (au moins hebdomadaire pour 57 % versus 43 %). En revanche, ils présentent moins souvent des problèmes d'alcool. Ce résultat rappelle combien la « fréquence » de consommation est un index incomplet de la consommation « à problème » d'alcool. On peut par exemple boire irrégulièrement de l'alcool et avoir des problèmes d'alcool, et inversement.

Pour les Français ayant une addiction au sport, leur fréquence de consommation n'est pas plus élevée que celle de ceux qui n'ont pas d'addiction au sport mais ils sont trois fois plus fréquemment exposés à une consommation problématique d'alcool (11 % versus 4 %). La pratique sportive en état d'alcoolisation étant peu probable, les alcoolisations excessives de type « 3ème mi-temps » pourraient être impliquées. D'autre part, ceux qui sont dans l'excès le sont probablement dans plusieurs domaines.

Connaissances sur l'alcool : toujours des lacunes 

Selon l'OFDT (Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies), près de 9 personnes sur 10 (87 %) parmi les 18-75 ans déclarent avoir bu de l'alcool au moins une fois dans l'année en 2014. Pourtant, les quelques informations de base sur un produit aussi familier, mais néanmoins à risque, restent peu connues.

4 personnes interrogées sur 10 ne connaissent pas l'équivalence entre les boissons.
L'équivalence entre les boissons alcoolisées, qui est véhiculée par toutes les campagnes de prévention du risque alcool, rappelle qu'aux doses servies dans les cafés, chaque boisson alcoolisée contient approximativement la même quantité d'alcool pur, soit 10 grammes, ce qui correspond à un verre « standard » ou une « unité d'alcool ».
Près de 4 Français sur 10 (38 %) pensent toujours que les verres qui leur sont présentés (ci-dessous) ne contiennent pas la même quantité d'alcool. Cette connaissance ne progresse pas depuis 2014, puisque 34 % des personnes interrogées faisaient la même erreur deux ans auparavant. On constate toujours que ce sont les plus jeunes, notamment les garçons (70 % des 18-24 ans), qui se trompent le moins. 

Les repères de consommation à moindre risque : 
Les repères de consommation d'alcool à moindre risque ont été formulés à l'usage des professionnels de santé afin de faciliter le repérage des consommations, d'une part, et du grand public, aux fins de prévention des consommations d'autre part. En France, les repères sont les suivants : une consommation de 3 unités d'alcool maximum par jour pour les hommes, 2 unités d'alcool maximum par jour pour les femmes, 4 unités d'alcool maximum en une seule occasion, au moins un jour sans alcool par semaine. L'abstinence est bien sûr recommandée dans les situations à risque : en cas de grossesse, au travail, lors de la prise de médicaments...

En ce qui concerne ces repères chez les hommes, seules 29 % des personnes interrogées les connaissent (ou en tout cas le déclarent de manière correcte), 46 % le situent en-dessous de trois verres et 24 % le surestiment (en le situant au-delà de 3 verres par jour, dont 14 % au-delà de 4 verres par jour). Ces chiffres sont globalement stables comparés à ceux de 2014.

Ces repères de consommation à moindre risque chez les femmes sont cités avec exactitude par 44 % des personnes interrogées, et en dessous de deux verres par 28 %. A peu près la même proportion d'interviewés propose par contre des seuils au-dessus de 3 verres par jour. On remarque donc que le seuil féminin est mieux apprécié (ou deviné), bien que dans les deux cas ces repères quotidiens restent insuffisamment connus dans tous les cas.

Comportements : les Français se déclarent plutôt prudents

Le conducteur désigné : systématique pour 6 Français sur 10
Si l'on exclut de l'échantillon ceux qui ne boivent jamais d'alcool ou ne sortent pas en voiture, 6 Français sur 10 (61 %) déclarent désigner systématiquement un conducteur qui ne boira pas pour ramener les autres (Si vous sortez en groupe et en voiture (en famille, entre amis, entre collègues ou autres), décidez-vous ensemble à l'avance que l'un d'entre vous ne boira pas d'alcool afin de pouvoir prendre le volant au retour ?). Ce chiffre est stable depuis 2014 (63 %).

Un quart des personnes interrogées déclarent adopter « souvent » le principe du conducteur désigné (25 %).  Il reste toutefois 12 % des personnes interrogées qui désignent « rarement » ou « jamais » un conducteur sobre. Ce sont les hommes de 35 à 49 ans et ceux de plus de 65 ans qui sont les plus réticents à appliquer le principe du conducteur désigné. 

Les consommateurs les plus fréquents (consommation quotidienne plutôt qu'hebdomadaire par exemple) pratiquent moins le conducteur désigné, de même que ceux qui présentent les signes d'une consommation problématique d'alcool (49 %, contre 65 % qui n'ont pas de problèmes).    

Le « zéro alcool pendant la grossesse » connu par 86 % des jeunes femmes
Les trois quarts des Français (75 %, contre 72 % en 2014) conseilleraient à une femme enceinte de ne pas boire du tout pendant sa grossesse. Un peu plus de deux sur 10 (22 %, contre 26 % en 2014) se trompe en répondant « qu'elle peut boire un verre de temps en temps, mais pas plus ».  Seulement 1 % pense qu'une femme enceinte peut boire régulièrement, mais modérément, en évitant l'ivresse. 

A noter que 86 % des jeunes femmes de 18 à 24 ans et 80 % de celles qui ont entre 25 et 34 ans savent qu'il ne faut pas du tout consommer d'alcool pendant la grossesse. C'est parmi les personnes plus âgées (de 50 à 65 ans), et notamment les hommes, que la connaissance du « zéro alcool pendant la grossesse » est la moins répandue (67 % seulement des hommes de 65 ans et plus).

Ceux qui ignorent cette consigne ignorent aussi plus souvent l'équivalence entre les boissons alcoolisées (27 % versus 22 %). Et plus la consommation est fréquente, moins la recommandation est reconnue (39 % pour les consommations quotidiennes, 11 % pour les consommations mensuelles). Enfin, les personnes ayant des problèmes d'alcool sont aussi moins souvent informées (23 % versus 29 %). 



ANNEXE

Questionnaire Exercise Addiction Inventory

Voici plusieurs phrases qui concernent l'exercice physique. Indiquez, pour chacune, si vous n'êtes pas du tout d'accord, pas d'accord, ni d'accord ni pas d'accord, d'accord ou tout à fait d'accord.

1-    L'exercice physique est la chose la plus importante dans ma vie
2-    Le temps passé à mes exercices physiques a provoqué des situations conflictuelles avec ma famille et/ou mon partenaire
3-    J'utilise l'exercice physique comme une manière de modifier mon humeur
4-    Avec le temps, j'ai augmenté la quantité d'exercice physique que je réalise en une journée
5-    Si je rate une séance d'exercice physique, je me sens de mauvaise humeur et irritable
6-    Si je diminue la quantité d'exercice physique que j'effectue, lorsque je reprends, je retrouve toujours la même fréquence qu'auparavant

Chaque réponse est notée de 1 à 5. 
1 = pas du tout d'accord
2 = pas d'accord
3 = ni d'accord, ni pas d'accord
4 = d'accord
5 = tout à fait d'accord. 
Un score supérieur à 23 indique que la personne présente des signes d'addiction au sport.


Test Alcool DETA

Quatre questions auxquelles on répond par oui ou par non :
1. Avez-vous déjà ressenti le besoin de diminuer votre consommation de boissons alcoolisées ?
2. Votre entourage vous a-t-il déjà fait des remarques au sujet de votre consommation ?
3. Avez-vous déjà eu l'impression que vous buviez trop ?
4. Avez-vous déjà eu besoin d'Alcool dès le matin pour vous sentir en forme ? 
RESULTATS : 
•    Score inférieur à 2 (au plus : 1 seule réponse positive) : consommation occasionnelle et modérée, la personne peut facilement se passer d'alcool sans que cela n'entraîne aucun malaise.
•    Score supérieur ou égal à 2 : la consommation est excessive, il faut la réduire sans tarder pour ne pas évoluer progressivement vers la maladie alcoolique. La plupart du temps, son entourage proche s'est rendu compte de son état.

 

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Comment Parler de la Mort à Votre Enfant ?

 

Comment aborder ce sujet délicat avec votre enfant ? Souvent les parents ont tendance à éviter le sujet pour mieux le protéger. Pourtant, il arrive un moment où l’on ne peut plus reculer devant cette vérité. Comment expliquer de façon claire ce sujet encore tabou et douloureux ?


Cette question existentielle est de la plus haute importante pour un enfant et il ne faut pas attendre la venue d’un drame pour en parler.

Les enfants sont intrigués par la mort. Ils sont très tôt confronté à celle-ci (animal de compagnie, famille…).
Le questionnement sur la mort s’inscrit dans le développement intellectuel, affectif et social de tout enfant, et encore plus à l’adolescence. Il ne faut surtout pas attendre qu'un drame survienne pour amorcer une discussion sur ce thème. En réalité, dans une famille où tous les sujets sont abordés librement, où l'enfant peut poser des questions sans craindre de fâcher ses parents, bref où le dialogue est une habitude, la mort apparaît forcément dans les sujets de conversation.

Dans le souci de préserver l’enfant, les parents sont parfois tentés de taire la gravité d’une maladie ou de la mort. Il est pourtant plus sain de ne pas fuir les questions de l’enfant, de ne pas inventer une histoire du type « Il est parti loin». Cela laisse la porte ouverte à tous les fantasmes. Il faut simplement lui expliquer qu’il ne reviendra pas. Si cela peut être dur à entendre sur le coup, l’acceptation n’en sera ensuite que moins douloureuse.

Il faut savoir que ce n’est pas la mort qui effraie l’enfant mais c’est la séparation, la peur d’être abandonné. Ainsi, le silence qui entoure la mort ne protège qu’illusoirement les adultes. Afin de protéger son enfant contre l’angoisse de mort, il faut le rassurer et lui donner la certitude qu’il est aimé et qu’il ne sera jamais abandonné.

L’enfant réagit différemment en fonction de son âge, de sa personnalité et de sa relation avec la personne décédée.

La vie et la mort sont présentes dès les premiers jours de l’enfant, symbolisées par l’absence, la perte et la réapparition, même si l’enfant ne peut intégrer ce qu’est réellement la mort. Chez les bébés, la relation à l'autre est cruciale. La dépendance physique et affective rendent l'autre constitutif de soi-même et par conséquent, la disparition d'autrui peut s'avérer très destructrice. Pour le petit enfant, les proches représentent une sécurité, une protection. Si l'un d'entre eux disparaît, l'enfant se sent perdu. Livré à lui-même, il ressent une profonde détresse. L'amour de l'autre était la condition sine qua non de son existence. Plus un enfant est petit, plus il perçoit la mort d'un point de vue sensoriel. C'est la disparition physique qui marque son esprit. Le timbre de la voix, le toucher, l'image de la personne disparue lui manquent très concrètement. D'ailleurs, un nourrisson qui perd sa mère, vit cette mort comme une amputation, une perte d'une partie vivante de lui-même. Ce deuil, non élaboré psychiquement, ne s'inscrit pas dans la mémoire du bébé mais dans son propre corps. Il ressent des années plus tard, sans même pouvoir l'identifier, une manière d'être porté ou bercé, l'odeur d'un parfum. Cela peut laisser des traces indélébiles.

Vers 2 ans, l’enfant prend conscience que les personnes et les objets continuent d’exister même hors de sa vue. Il n’a pas de représentation de la mort mais il connaît l’absence, la séparation et l’angoisse qui en découle.

Vers 3 ou 4 ans, l'enfant intègre l'idée de mort par les différentes expériences de perte qu'il traverse : celle de la perte d'une peluche fétiche, d'un animal domestique, la première séparation avec maman à la crèche etc.
Puis, par tout ce qu'il apprend à l'école et auprès de ses aînés, il est forcé d'accepter la notion de mort. La réalité s'impose à lui exactement comme pour la "révélation" de la non-existence du père Noël.
La mort passe d’abord par la notion d’abandon. Plus tard encore, ses aînés lui apprennent ce qu’est la perte, faire le deuil de quelque chose, en lui faisant prendre conscience de certaines réalités. Parmi les plus connues, la non-existence du père noël. Lors de la phase oedipienne, le petit garçon qui voulait tant que son père disparaisse pour enfin bénéficier de toute l'attention de leur mère aura la terrible impression que tout est de sa faute. Pour les filles, c'est bien évidemment le schéma inverse, mais les effets sont identiques. De la même manière, l'adolescence et son lot de conflits représente une période particulièrement délicate. La disparition d'un parent majore à l'extrême les discordes entre les membres de la famille. La mort rend réel les fantasmes les plus inavouables provoquant chez l'enfant une terrible culpabilité.

C’est entre 3 et 5 ans que le concept de mort apparaît, concept que les enfants peuvent utiliser sans angoisse mais qui est associé à de la tristesse ou à du chagrin. Pour les enfants de cet âge, la mort ne touche que les personnes âgées. La mort est également vécue comme temporaire et réversible. Cette idée de réversibilité est influencée par les jeux dans lesquels on joue à être mort et où l’on revit une fois le jeu terminé.

Entre 4 et 6 ans, l'enfant sort donc de son univers magique et perd son impression de toute puissance.

Jusqu’à l’âge de 7 ans, la mort sera imaginée sous la forme d’un personnage méchant et maléfique (fantôme, monstre,...) Les enfants parlent, interrogent et veulent comprendre ce que ressentent les personnes mortes et ce qu’elles font. Pour eux, les morts continuent à avoir des pensées, des ressentis, des sensations. Ils peuvent voir et entendre les humains. Les explications des parents sont d’autant plus nécessaires que cette période est celle de la pensée magique : l’enfant croit qu’il peut provoquer la mort simplement parce qu’il l’a souhaité ou imaginé d’où un sentiment de culpabilité qui peut parfois apparaître.

L’idée de la mort comme irréversible, universelle et inévitable s’installe à partir de 6-7ans, au moment de la scolarité obligatoire.

Vers 8-9 ans, la mort est vécue comme une injustice qui pourrait être évitée par une bonne conduite. D’où la nécessité que les parents soient clairs, simples en parlant du décès d’un proche, notamment en ce qui concerne les circonstances.

Les adolescents peuvent avoirs des difficultés à composer avec la mort. Contrairement à un enfant de 4 ans, ils se projettent déjà dans l’avenir et ont donc une conscience pertinente du deuil et de l’échéance de leur vie future.

Ainsi, si un décès survient dans la vie de votre enfant, il aura été judicieux d’avoir abordé le sujet auparavant.

Il est essentiel de lui annoncer rapidement, sans attendre qu’il s’étonne de ne plus voir la personne depuis quelques temps. Vous devez donc lui annoncer en douceur que cet être cher est parti au ciel et ne reviendra pas. Et si la douleur est trop grande pour vous, dites-lui simplement que vous êtes très triste et que vous lui en direz davantage un peu plus tard. Le mensonge doit donc être totalement exclu, au risque de générer des confusions et des angoisses chez l’enfant. Et puis, sachez aussi qu’un enfant est tout à fait apte à comprendre votre chagrin et peut même être un très bon consolateur.

Il est aussi nécessaire d’expliquer à un enfant que si l’être aimé n’est plus présent physiquement, il le sera toujours dans son cœur et l’accompagnera tout au long de sa vie.

Il n’y a pas qu’une bonne façon de parler de la mort avec les enfants. Mais il y a une très mauvaise façon de l’aborder et de traiter les enfants, c’est de ne pas parler avec ces derniers quand ils questionnent sur la mort ou quand ils la rencontrent.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy