Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

CESSER DE FUMER AVEC LʼHypno-sonothérapie

 

Libérez-vous de vos mauvaises habitudes grâce aux capacités de votre inconscient !

Le tabagisme est à l’origine de nombreuses maladies graves. Il est également nocif pour l'esthétisme et le porte-monnaie. Si, à la base, "fumer" est une mauvaise habitude, elle devient rapidement une sensation de besoin et le fumeur a l'impression que celui-ci ne pourra jamais disparaître.

Cette dépendance peut s'éliminer sans effort, sans contrainte et sans prise de poids grâce aux suggestions hypnotiques enregistrées par lʼinconscient pendant une séance dʼhypnose.

Tout part de l'idée que si le fumeur est capable de se passer de tabac en dormant sans ressentir de manque, c'est à dire pendant les phases d'activités prédominantes de son inconscient, une méthode comme l'hypnose utilisant les potentialités de l'inconscient peut obtenir ce sevrage sans frustration et sans besoin de compensation.

 

COMMENT L'HYPNOSE PEUT-ELLE INTERVENIR ?

Le procédé élaboré par Dany Dan DEBEIX en 1973 vise à une désintoxication progressive pendant laquelle l'inconscient du fumeur est reconditionné pour enrayer l'effet de manque psychique et physique dans un premier temps et le réhabituer à se séparer de cette cigarette gestuelle dans un second temps.

Cette méthode progressive et douce associe deux techniques : lʼhypnose moderne utilisant des suggestions à la pointe des dernières recherches en psychosomatique et la sonothérapie qui associe musique et synthèse d’ondes cérébrales pour harmoniser conscient et inconscient.

Dany Dan DEBEIX applique sa méthode en séances de thérapie et forme de nombreux thérapeutes à ce concept à l’Ecole Centrale d'Hypnose (ECH).

 

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Enurésie, quand faut-il s’en préoccuper ?

 

Votre enfant fait encore pipi au lit ? Ce trouble est très fréquent, et votre enfant n’est pas responsable !


L’acquisition de la propreté est basée sur la maturité de la vessie... et celle du cerveau qui doit la contrôler. Mais si vous pouvez apprendre à votre enfant à être propre le jour, c’est pratiquement impossible pour la nuit ! D’abord, la marche doit être bien maîtrisée. S’il monte les marches d’un escalier debout, c’est la preuve qu’il contrôle ses sphincters. A partir de 2 ans il peut être propre le jour. Il commence à l’être la nuit vers 3 ans avec votre aide, et de manière autonome vers 3 ans et demi. De petits "accidents" peuvent malgré tout subsister de temps en temps, jusqu’à 5 ans.

Il existe différents types d’énurésie nocturne, c’est à dire une incontinence urinaire pendant le sommeil, ce qui inclut aussi la sieste ! Les causes et les mécanismes de l’énurésie ne sont pas connus avec certitude, mais la plupart des médecins la considère comme une maladie dont l’enfant n’est en rien responsable. Sa survenue diminue avec l’âge : 20% des enfants de 5 ans sont atteints, mais ils sont encore 5% chez les 7-10 ans et 1% chez les jeunes adultes autour de 15 ans. Les petits garçons sont les plus concernés : 2 à 3 fois plus souvent que les filles !

Il y a plusieurs énurésies :

- L’énurésie nocturne primaire : l’enfant n’a jamais été propre la nuit. S’il fait pipi au lit presque quotidiennement, vous pouvez commencer à vous en inquiéter dès son entrée au CP. Consultez alors votre médecin, généraliste ou pédiatre… Avec le début de la socialisation en effet, ce trouble devient gênant pour l’enfant ;

- L’énurésie secondaire : après une période de propreté, l’enfant recommence à faire pipi au lit. Une consultation assez rapide s’impose : il peut en effet s’agir d’une pathologie organique, comme un diabète ou une maladie rénale ; il faut aussi penser à une perturbation psychologique : déménagement, arrivée d’un petit frère ou d’une petite soeur... ou tout événement perturbateur, cette énurésie disparaît assez rapidement.

- L’énurésie diurne : quand l’enfant a la phobie d’uriner hors de son domicile, il se retient toute la journée, et des « urgences-pipi » avec des « fuites » peuvent survenir. On parle alors d’instabilité vésicale. Une consultation permettra de lui expliquer le fonctionnement de la vessie, et le cas échéant un traitement médicamenteux pourra lui venir en aide.

N’attendez plus pour consulter car le "pipi au lit" a de nombreuses répercussions sur la vie scolaire et familiale de votre enfant. Le fait de parler avec le médecin permet de démystifier l’énurésie et produit souvent un déclic chez l’enfant.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy