Conseil-Psy: une écoute et un accompagnement permanents

Jeux de hasard, jeux d'argent, excès? addiction?

En France, plusieurs rapports publics récents (Trucy, 2006 ; INSERM 2008) ont été consacrés aux jeux de hasard et d’argent. Ceux-ci étaient non seulement envisagés en fonction de leur impact économique, mais aussi dans une perspective de santé publique tenant compte des problèmes personnels et sociaux potentiellement engendrés par cette activité en cas de pratique excessive. Mais, il manquait la quantification de l’ampleur de ces problèmes. C’est afin de combler cette lacune que les pouvoirs publics ont mandaté l’OFDT pour réaliser une première enquête nationale de prévalence sur le jeu. Celle ci a été conduite dans le cadre de l’enquête 2010 du Baromètre santé de l’INPES, avec l’objectif de fournir des données sur le nombre de joueurs occasionnels et réguliers, mais également d’estimer la taille de la population concernée par le jeu excessif ou pathologique. Cette estimation ne concernant que la période précédant l’ouverture du marché des jeux en ligne (loi du 12mai 2010), elle ne peut servir à mesurer l’impact de cette loi sur la prévalence du jeu excessif ou pathologique.

Auteurs :
Jean-Michel Costes, Maud Pousset, Vincent Eroukmanoff, Olivier Le Nezet, Jean- Baptiste Richard, Romain Guignard, François Beck, Pierre Arwidson

Lire l'enquête : http://www.ofdt.fr/BDD/publications/docs/eftxjcr9.pdf

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Consultations

Votre panier est actuellement vide.

Les News par Mail

Entrez votre adresse email:

YouCMSAndBlog Module Generator Wizard Plugin

Actualités

Allaitement et anti-dépresseurs

 

Une étude menée à l'Université de Cincinnati (Etats-Unis) montre que la prise d'antidépresseurs serait susceptible de gêner la montée de lait chez les jeunes mamans.


Près de 450 femmes ont été interrogées dans les suites immédiates de leur accouchement.

Pour celles qui étaient traitées par un médicament appartenant à la classe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), la montée de lait a connu un retard important. Elle n'est intervenue en moyenne qu'après 85 heures suivant la naissance, contre 69 chez les femmes non-traitées. Or pour les spécialistes, la montée de lait est considérée comme tardive si elle survient plus de 72 heures après l'accouchement.

Même après la première montée de lait, l'allaitement s'est avéré plus difficile pour ces femmes. Les ISRS en effet, freinent la production du lait. La lactation est en effet étroitement liée au métabolisme et à la régulation de la sérotonine dans l'organisme. Or ces antidépresseurs empêchent la recapture de la sérotonine, aussi bien au niveau du cerveau bien sûr, que des glandes mammaires !

De toute façon, l'indication d'allaitement pour une femme sous traitement antidépresseur doit être soumise à avis médical : la plupart de ces médicaments passent en effet dans le lait. Seul le médecin, selon l'état psychologique de sa patiente, pourra évaluer les bénéfices et les risques et décider de l'opportunité de poursuivre le traitement ou de poursuivre ou non l’allaitement.

Espace Client







Partenaires

Allo-Medecins.fr

les-numeros-medicaux.fr

Trouvez un psychologue près de chez vous sur Allo-psychologues.fr


Conseil Psy